Watches & Wonders 2024 : Arnold & Son réinvente le chronomètre de marine avec une superbe montre en titane

L’édition 2024 de Watches & Wonders, à Genève, devrait une nouvelle fois permettre de découvrir de belles pépites horlogères. A quelques jours de l’ouverture du salon (du 9 au 15 avril), les marques commencent à dévoiler les premières images des montres qui seront exposées dans les allées de Palexpo. Parmi elles, Arnold & Son cède à la mode du titane avec sa nouvelle Longitude Titanium, inspirée par les chronomètres de marine d’antan.

Un bel hommage à l’histoire d’Arnold & Son

La marque Arnold & Son n’a officiellement vu le jour qu’à la toute fin des années 1990, en Suisse. Pourtant, l’année 1764 est aujourd’hui fièrement accolée à son logo et son nom a une résonnance plutôt… britannique. Pour bien comprendre l’esprit de la marque, il est donc important de se replonger dans son histoire. Et celle-ci commence bel et bien au 18e siècle, avec deux grands noms de l’horlogerie britannique, George Graham et John Arnold. L’influence de ce dernier est particulièrement visible aujourd’hui.

On a trop tendance à l'oublier, mais à côté de ses foulards et parfums, Hermès est aussi une maison qui propose de très belles montres : l'Heure H et son iconique boîtier carré, l'Arceau taillée pour...Lire la suite

Né en 1736 à Bodmin, John Arnold découvre le métier d’horloger auprès de son père, avant de parfaire ses connaissances aux Pays-Bas à l’âge de 19 ans. De retour au pays, en 1757, il se penche sur le développement de nouveaux types de garde-temps. Cet inventeur de génie est ainsi considéré comme le père du chronomètre tel qu’on le connaît aujourd’hui. A partir des années 1780, il se spécialise plus particulièrement dans les chronomètres de marine, dont la précision et la fiabilité sont appréciées à bord de nombreux navires.

Quelques années plus tard, John Arnold est rejoint par son fils… John et l’aventure d’Arnold & Son débute officiellement. La suite est plus nébuleuse et les versions divergent au sujet de cette marque horlogère britannique, qui finit par disparaître au milieu du 19e siècle. Il faut donc attendre 1995 pour la voir officiellement relancée, avant d’être rachetée par La Joux-Perret en 2010, puis d’intégrer le groupe Citizen en 2012.

Aujourd’hui, Arnold & Son est (re)devenue une marque qui compte dans le paysage horloger. Les montres de la marque combinent héritage britannique et savoir-faire suisse à travers des modèles d’exception tels que la complexe Nebula ou la Luna Magna Red Gold Meteorite (l’une des plus belles montres à phases de lune actuelles !). C’est encore plus vrai avec la nouvelle collection Longitude Titanium présentée à Genève, présentée comme « un hommage aux chronomètres de marine de John Arnold, à sa vision révolutionnaire et à son rôle déterminant dans le calcul de la longitude en mer ».

Longitude Titanium, une montre fidèle aux premiers chronomètres de John Arnold

Loin de la complexité d’une Nebula ou d’une Time Pyramid, la nouvelle collection Arnold & Son mise sur davantage de simplicité. Une initiative heureuse tant cette Longitude Titanium se montre séduisante.

Comme son nom l’indique, cette montre arbore un boîtier en titane de 42,5 mm de diamètre. Très simple en apparence, ses courbes et son profil évoquent « le design des voiliers contemporains » selon la marque. Subtil. Même la lunette graduée de 60 crans, et assimilée au bastingage d’un navire, fait écho à la bague cannelée des chronomètres de marine de John Arnold.

Le cadran de cette Longitude Titanium a lui aussi fait l’objet de toutes les attentions. Ainsi, les 3 coloris proposés (bleu océan, vert fougère et sable doré « Kingsand ») sont directement inspirés par les paysages des Cornouailles, terre natale de John Arnold. La marque précise par ailleurs que « l’esprit dans lequel le cadran a été dessiné est à la fois graphique et historique », avec des index qui adoptent la même forme que les maillons du bracelet en acier et deux complications placées suivant un axe vertical, soit la même implantation que les chronomètres de marine. La petite seconde placée à 6 heures n’est pas si petite, mais c’est surtout l’indicateur de réserve de marche qui attire le regard à 12 heures, étant visible à travers la découpe du cadran.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

D’ailleurs, l’autonomie de cette Longitude Titanium est de 60 heures, grâce à l’action du mouvement automatique A&S6302, dont la masse oscillante en or rouge et les composants sont visibles à travers le fond du boîtier. Certifié par le COSC, ce chronomètre de marine nouvelle génération, étanche à 100 mètres, est disponible à partir de 21 500€ (et près de 23 000€ pour l’édition « Kingsand », limitée à 88 exemplaires).

Watches & Wonders 2024 - montre Arnold & Son Longitude Titanium

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *