Masculin.com  ››  Culture  ››  Musique  ››  Arcade Fire : nothing now ?

Arcade Fire : nothing now ?

Everything Now est-il le pire album d'Arcade Fire ?

--- Le ---

Si Arcade Fire s'est imposé au sommet des classements de ventes d'album, le nouvel opus Everything Now est loin d'être le plus réussi.

Arcade Fire : nothing now ?
DR ©
Ludovic Bonnet

Rédacteur en chef
Masculin.com
[Google+]

Omniprésent dans les festivals d'été, Arcade Fire s'est aussi illustré dans les charts avec l'album Everything Now. Quatre ans après la sortie de Reflektor, le nouvel opus du groupe canadien s'est imposé en tête des téléchargements d'albums sur iTunes et n'a été devancé dans les bacs que par Céline Dion.

La semaine de sa sortie, Everything Now s'est ainsi écoulé à quelque 7800 exemplaires "physiques". Un chiffre tout à fait honnête dans le paysage musical actuel, mais bien loin des plus de 16 000 ventes de Reflektor en novembre 2016. Au-delà du simple bilan comptable, ces résultats traduisent parfaitement ce que les fans ont pu ressentir avec ce nouvel Arcade Fire : une grosse attente... et une déception presque aussi importante.


Quand Arcade Fire rencontre (la moitié de) Daft Punk

Alors, que les choses soient claires : non, Everything Now n'est pas un mauvais album. Il y a même de très bonnes surprises dedans. Néanmoins, c'est aussi le plus décevant du collectif montréalais. Depuis sa formation en 2001, le groupe avait pourtant fait l'unanimité ou presque. Notamment grâce à son indépendance : Arcade Fire n'avait pas peur de proposer une musique différente, créative. Du U2 ou du Radiohead de la grande époque, en somme !

Alors, en apprenant la collaboration de Thomas Bangalter – la moitié des Daft Punk – pour ce nouvel album, on pouvait légitimement espérer un résultat énorme... Las. Plutôt qu'apporter une variété supplémentaire, l'association de ces talents – Geoff Barrow de Portishead et Steve Mackey de Pulp ont aussi apporté leur touche – semblent avoir transformé Arcade Fire en groupe mainstream. Soit tout ce que rejettent habituellement les fans d'un collectif indé.


Trop commercial pour être honnête ?

Alors, oui, le résultat se veut nettement plus commercial que dans les précédents opus, Funeral en tête. Il n'empêche : la funk de Signs of Life donne immanquablement envie de se lancer sur le dancefloor et Creature Comfort dégage cette brillante noirceur propre à Arcade Fire – et qui nous fait parfois penser à Bowie.

Plaisant à écouter, varié, Everything Now souffre essentiellement de son côté trop calibré. Un peu comme si nos amis canadiens cherchaient à séduire un large public d'ados. Une critique qui ne dérangera pas tout le monde, mais qui devrait horrifier les fans de la première heure.


Thèmes connexes : rock pop music musique 2017
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS