Square Eyes : la sombre poésie de Yodelice

Sans se réinventer, Yodelice propose un album efficace

--- Le ---

A défaut des yeux doux, Yodelice nous fait les « yeux carrés » pour son nouvel album intitulé Square Eyes. Mais que vaut ce nouvel album ?

Square Eyes : la sombre poésie de Yodelice
© Yann Orhan ©
Ludovic Bonnet

Rédacteur en chef
Masculin.com

Pour les lecteurs assidus des magazines people – si, si, il y en a probablement parmi vous ! –, le nom de Yodelice est « avant tout » celui de l’ancien compagnon de Jenifer. Quand celui-ci se faisait appeler Maxim Nucci. Mais pour les amateurs de musique, et depuis 2009, le jeune homme s’est bel et bien fait un nom avec son « projet » Yodelice.

YodeliceMais qui est Yodelice ?

Derrière ce personnage librement inspiré des univers de Jim Jarmusch et Tim Burton, Yodelice se présente lui-même comme « un personnage venu d'un monde imaginaire appelé Spookland, un grand gaillard habillé sombrement, chevelu et barbu, avec une plume piquée sur son chapeau melon et une larme maquillée sur la joue ».

C’est en tout cas ce qu’il déclarait dans une interview au moment de la sortie de son premier album, intitulé Tree of Life et dont le single Sunday with a Flu a fait un vrai carton.

Depuis, 4 ans ont passé. Entretemps, une apparition dans les Petits Mouchoirs, le film de Guillaume Canet – qui avait aussi réalisé le clip de Sunday with a Flu, vous suivez ? –, et un autre album en 2010, Cardioid, resté plus discret malgré la présence sur scène de Marion Cotillard pendant la tournée qui suivit. Mais aujourd’hui, Maxim Nucci, pardon Yodelice, revient avec un nouvel opus, Square Eyes.

Yodelice fait le job. Et il le fait plutôt bien

Time, le premier single, nous plonge très rapidement dans l’univers du chanteur. Entre folk, rock et pop, on navigue aussi entre univers de rêve – le titre Like a Million Dreams en est la plus belle preuve – et sonorités plus sombres. Certaines envolées, comme dans Haystack, apportent un peu plus de tonus à l’ensemble.

On pourra peut-être reprocher à Yodelice un manque de nouveauté, l’artiste se contentant de faire ce qu’il sait faire. Heureusement, il le fait bien. Ce qui fait de cet album Square Eyes un agréable moment de « poésie gothique »… à la Tim Burton.


Thèmes connexes : musique 2013 rock pop music
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES