Renault R8 Gordini : la sportive « envoûtante »

Le premier modèle acrobatique d’Amédée Gordini

De 1964 à 1970, six ans ont suffi à la Renault R8 Gordini pour accéder au statut de mythe automobile. Ce modèle marque une rupture dans l'histoire de la marque au losange. Accessible au grand public, elle démocratise la pratique du sport automobile en France. Tout en affichant des performances sur route qui lui ont permis de dominer Porsche et Alfa Romeo.


R8 Gordini : la patte magique du « sorcier »
Impossible de parler de la R8 Gordini sans évoquer son maître d'œuvre : Amédée Gordini. Mécanicien mué en redoutable pilote de course puis en constructeur de génie, Gordini est un bricoleur alchimiste, capable de transformer le plomb en or, à l'image des Simca Cinq et Huit, qu'ils transforment en bolides endurants pour les 24 heures du Mans. La R8 Gordini succède à la Dauphine Gordini dans la success-story de Renault. Elle inaugure une nouvelle ère : celle de la conduite sportive à la portée de tous, grâce à son prix attractif. C'est la voiture de l'homme pressé.

Présentée en 1962 et sortie d'usine en 1964, la R8 Gordini révolutionne la conduite sportive. Elle introduit un nouvel élément technique sur le train arrière, qui autorise le survirage de la voiture. Les pilotes peuvent désormais négocier les virages serrés sans rétrograder. L'heure des glissades acrobatiques a sonné, un ingrédient « spectaculaire » perpétué dans le rallye automobile aujourd'hui.

La R8, c'est aussi un look et un potentiel mécanique exceptionnels. Les deux bandes blanches courant sur la carrosserie – dans le sens de la route – et sa couleur bleu France « Gordini » forgent sa légende. Autant que son comportement sur route, et sa mécanique travaillée, signature de l'esprit « inventif » de Gordini.
Renault pousse la voiture à 170km/h, une barre symbolique à l'époque. Le « sorcier » envoûte le bloc d'origine de la R8 et porte la cylindrée au-dessus de 1 108 cm3, avec une puissance de 77,5 chevaux sous le capot. Les quatre amortisseurs à l'arrière parachèvent la qualité de ses performances sur route.

Au fil des ans, Gordini peaufine son bijou. Il lance en 1965 la Gordini 1300, un modèle de plus grosse cylindrée qui pointe à 175 km/h. Le modèle passe à un boîtier à cinq vitesses. C'est l'apogée de la R8 Gordini, illustrée par une série de triomphes dans les courses automobiles. Deux victoires au Tour de Corse en 1965 et 1966 complètent le sacre surprise de 1964. En 1968, le rallye du Maroc couronne une dernière fois le modèle emblématique dans les grandes courses.
L'heure du repos sonne en 1970 pour la R8 Gordini… Avec une digne héritière pour assurer sa descendance : la R12 Gordini, dernier chapitre de la légende « Gordini »… avant que Renault ne se décide à la relancer en 2009.

Partager