Rien à déclarer : rien à voir ?

Comment Dany Boon a-t-il géré l’après Ch’tis ?

Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde. Mais comment a-t-il pu rebondir après le raz-de-marée de son précédent long-métrage ? Et ce « Rien à déclarer » vaut-il vraiment le détour ?

20,4 millions d'entrées…. C'est le chiffre incroyable réalisé par « Bienvenue chez les Ch'tis en 2008. Autant le dire tout de suite, « Rien à déclarer » ne devrait pas l'atteindre. Pas parce qu'il s'agit d'un mauvais film. Simplement parce qu'il paraît peu probable que l'emballage médiatique dont avaient bénéficié les Ch'tis se reproduise…
Comparaison obligatoire
On aurait bien voulu essayer, mais cela semblait impossible : évoquer « Rien à déclarer » sans parler de « Bienvenue chez les Ch'tis ». A la conférence de presse, les journalistes semblaient aussi vouloir éviter le sujet et finalement, c'est Dany Boon qui y est venu lui-même…

Il faut dire que de nombreux éléments tendent à rapprocher ces deux films. A commencer par l'histoire : après le facteur su Sud muté dans le Nord, ce sont les douaniers belges et français qui sont au cœur de l'intrigue. Et comme dans les Ch'tis, les clichés vont avoir la vie dure…

« Rien à déclarer » a nécessité deux ans d'écriture. « Après les Ch'tis, je n'avais pas envie de décevoir le public », raconte Dany Boon. « C'est vraiment difficile de revenir après un tel phénomène. » Un phénomène qui lui permet aussi de jouir d'un budget plus important pour sa nouvelle réalisation… Malgré tout, Dany Boon ne change pas une formule qui gagne : « Comme dans les Ch'tis, je me suis intéressé ici à des gens normaux. »


Des villes de western
L'idée de ce film, Dany Boon l'a eue en traversant la frontière franco-belge un jour où il allait présenter… « Bienvenue chez les Ch'tis » en Belgique ! « Cela m'a rappelé l'époque où je passais la douane quand j'étais jeune, pour aller faire des courses ou le tiercé de mon père. A l'époque, toute une économie dépendait du passage de la frontière. Aujourd'hui, il n'y a plus rien. Certaines villes sont devenues de vraies villes de western. »

On l'a dit, « Rien à déclarer » se plaît à jouer sur les clichés – comme les Ch'tis en leur temps. Blagues belges, lieux communs et surnoms ridicules se succèdent ainsi à vitesse grand V, le personnage campé par Dany Boon ne manquant pas non plus d'imiter l'accent belge à la perfection… ou presque !


Un racisme vraiment idiot
Du coup, ce film est aussi une très belle occasion pour le réalisateur de traiter le sujet du racisme sur un ton léger. « Ici, le sujet est moins sensible que lorsque l'on parle de couleur de peau ou de religion. Il est simplement question de clichés de longue date », reconnaît Dany Boon.
Une position partagée par Benoît Poelvoorde, très à l'aise dans son rôle de douanier belge raciste et complètement hystérique. « Peut-être encore plus que les autres formes de racisme, ce racisme entre Français et Belges est idiot parce que, quand vous les regardez, rien ne distingue un Belge d'un Français ! »

Blagues belges et clichés racistes. Voilà qui promet une belle comédie. Surtout avec des acteurs comme Dany Boon et Benoît Poelvoorde, parfaitement secondés par Karin Viard, Bouli Lanners ou encore François Damiens. D'ailleurs, on ne peut rien reprocher à tous ces comédiens, qui s'en donnent à cœur joie, confirmant les propos de Dany Boon qui évoquait « la super ambiance qu'il y avait sur le tournage ».


Comme les Ch'tis… en différent
En fait, « Rien à déclarer » ne peut que pâtir de la comparaison avec les Ch'tis. Bien que différents, on ne peut s'empêcher de penser que ces deux films sont… identiques sur le fond. Les clichés Nord-Sud sont ainsi essentiellement remplacés par des clichés France-Belgique. Et si les blagues fusent, il reste difficile de ne pas avoir un sentiment de déjà-vu. Du coup, il y a de quoi sourire (beaucoup), mais pas forcément de quoi rire aux éclats…


Une comédie populaire française
Au final, « Rien à déclarer » est donc une comédie française populaire classique. Ce que les cultureux élitistes traduiront par un mauvais film pendant que d'autres l'assimileront à un divertissement qui permet de passer du bon temps. Alors, oui, la barre des 20 millions de spectateurs en salles semble inatteignable, mais « Rien à déclarer » a tout de même tous les éléments pour installer Dany Boon confortablement dans le fauteuil de réalisateur de comédies à succès.

Synopsis : 1er janvier 1993 : passage à l'Europe. Deux douaniers, l'un Belge, l'autre Français, apprennent la disparition prochaine de leur petit poste de douane fixe situé dans la commune de Courquain France et Koorkin Belgique. Francophobe de père en fils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandevoorde se voit contraint et forcé d'inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge. Son partenaire français sera Mathias Ducatel, voisin de douane et ennemi de toujours, qui surprend tout le monde en acceptant de devenir le co-équipier de Vandevoorde et sillonner avec lui les routes de campagnes frontalières à bord d'une 4L d'interception des douanes internationales.

« Rien à déclarer » de et avec Dany Boon.
Avec aussi Benoît Poelvoorde, François Damiens, Karin Viard, Bouli Lanners, Zinédine Soualem, Jérôme Commandeur, Julie Bernard…
Durée : 1h48
Sortie le 2 février 2011

La bande-annonce

Extrait 1 – Les Janus

Extrait 2 – La rencontre

Extrait 3 – Les blagues belges

Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Trois ans après Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon repasse derrière la caméra avec Rien à déclarer. Un film où il partage l'affiche avec Benoit Poelvoorde.
Partager