Ludovic Bonnet
Il y a 9 ans

Testeur de jeux vidéo : un métier d’avenir

Votre travail ? Chasser les bugs !

À Montréal, Bug Tracker s'est taillé une solide réputation en devenant expert dans l'art de débusquer… les bugs des jeux vidéo ! Et attention, il s’agit bien d’un vrai travail !

Quand je serai grand, je veux être pompier. Ou faire comme mon papa… Nombreux sont les petits garçons qui évoquent leur métier d’adulte. Mais au moment de faire un « vrai » choix, les rêves d’enfants ont parfois bien changé, rattrapé que vous êtes par la réalité de la vie ! Et à une époque où le chômage est omniprésent, on peut se demander vers quel secteur d’activité il est préférable de s’orienter. Les nouvelles technologies et le web sont évidemment très prisés. Dans ce domaine, il est un métier qui est très prisé, celui de testeur de jeux vidéo.
La success story de Bug Tracker
Tester un jeu vidéo, ça n’est pas seulement dire : « oui, il est bien » ou « non, il est pourri ce jeu » ! Le travail de testeur est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. L’exemple de la société Bug Tracker est d’ailleurs édifiant. Créée par un Français il y a douze ans, elle est aujourd’hui implantée sur trois continents. Et si vous jouez (parfois) à des jeux vidéo impressionnants, c’est peut-être aux petites mains de Bug Tracker que vous le devez. Au plus fort de la saison, 400 testeurs travaillent ainsi dans cette entreprise renommée et dans quelques mois, la société va encore s'agrandir, avec de nouveaux locaux et une antenne à Tokyo.

Quand on parle des grands noms des jeux vidéo, on pense avant tout à Electronic Arts, Konami, Ubisoft ou, dans un autre rayon, Nintendo, Sony, Sega… Mais avant de voir arriver un jeu de la qualité d’un FIFA, GTA ou Call of Duty, il faut un paquet de travail ! Développeurs, graphistes, scénaristes, de multiples corps de métier sont requis. Et celui de testeur n’est pas le moins important.
Des milliers d’heures sur chaque jeu
La mission de ces testeurs est pour ainsi dire top secrète. Ainsi, lorsqu’on les interroge, pas question de révéler le nom de ce jeu star de la rentrée prochaine, dont ils sont en train de traquer les défauts. Avant qu'il arrive dans votre salon, ces experts vont le tester plus d'un millier d'heures. De quoi le connaître par cœur et saturer ? Peut-être. Mais c’est aussi la seule solution pour traquer tous les petits défauts : « Il peut y avoir des problèmes de synchronisme, des points qui ne se calculent pas, ou si j'appuie sur une touche et que le jeu ne capte pas. »

Le métier de testeur de jeux vidéo est finalement assez nouveau. Mais celui-ci dispose déjà de sa propre formation, créée par Antoine Carre, PDG Fondateur de Bug Tracker. C’est cet homme qui a eu l’idée de créer une formation destinée aux jeunes en décrochage scolaire, qui a depuis été reconnue par le gouvernement.
« Je passais 20 heures par jour sur ma console »
Les gamers les plus accros ne sont donc pas condamnés à rester scotchés devant leur écran, en étant au chômage, coupés du monde. David Bilodeau en est un bel exemple, lui, l’ancien joueur devenu testeur : « Je passais 20 heures par jour sur ma console, à dormir le moins possible et à jouer le plus possible. Quand j'ai vu qu'il y avait des possibilités d'emploi dans ce domaine-là, je n'étais vraiment pas au courant à l'époque, j'ai essayé de trouver un emploi là-dedans. Et depuis ce temps-là, tout ce que je fais, c'est continuer à avancer, à acquérir des compétences supplémentaires, et continuer à jouer passionnément. » Travailler en jouant… De quoi faire du métier de testeur un vrai job de rêve ?

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !