Max et les Maximonstres : un maxi dilemme

--- Le ---

Adapté du livre pour enfants de Maurice Sendak, « Max et les Maximonstres » raconte l'histoire de Max, un petit garçon désobéissant envoyé au lit sans

Max et les Maximonstres : un maxi dilemme
Filmsactu.com - Elodie Leroy et Kevin Prin, © Warner Bros ©
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine

Adapté du livre pour enfants de Maurice Sendak, « Max et les Maximonstres » raconte l'histoire de Max, un petit garçon désobéissant envoyé au lit sans souper, et qui va créer son propre monde, une forêt habitée par des créatures sauvages et féroces le couronnant comme leur roi. Un monde dans lequel tout le monde ne rentrera pas forcément, loin s'en faut.

POUR : Un maxi-beau film sur l'enfance
Bercé par une poésie visuelle palpable à chaque plan, « Max et les Maximonstres » saisit tout le potentiel dramatique et onirique du conte de Maurice Sendak pour délivrer une vision sans concession de l'enfance, à travers ses moments d'insouciance mais aussi ses peurs, ses blessures. Evitant le cliché de dégager une morale claire et définie comme l'aurait fait un Disney, Spike Jonze pose sa caméra à hauteur d'enfant et projette le spectateur dans le tourbillon des émotions changeantes de Max (le jeune Max Records, formidable), avec une énergie et un grain de folie libérateurs. Un maxi-beau film sur l'enfance.

CONTRE : Pas très net moralement et exaspérant
Avec son concept d'enfant confronté aux monstres de son imaginaire et sa superbe bande-annonce pleine de promesses, « Max et les Maximonstres » s'annonçait comme un film s'adressant aux plus jeunes sans faire l'impasse sur le côté sombre de son histoire. Hélas, la poésie n'est pas au rendez-vous : le parti pris esthétique des monstres empêche toute empathie, on ne peut s'empêcher d'y voir des acteurs déguisés comme au carnaval et chaque aspect du film est appuyé, la morale étant littéralement assénée au forceps.
Pire encore : le héros renvoie plus aux sales gosses qui ne savent que tirer la queue des chats qu'on leur confie, qu'aux enfants qui savent rêver et discernent la beauté dans les créatures les plus bizarres. Le résultat confère au final à un dérapage (non- ?)contrôlé contredisant complètement les intentions annoncées et aboutissant à un faux film poétique pas très net moralement et surtout exaspérant.

En salles le 16 décembre 2009
Note de la rédaction de Filmsactu.com : 11/20


Retrouvez l’actualité du ciné, des DVD et séries TV sur www.filmsactu.com





Thèmes connexes :
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES