Fatal : finalement, c’est pas si pire…

--- Le ---

« Fatal » est un film fondamentalement important pour les dégorgements médiatiques de tous poils. C'est l'un des thèmes de son intrigue propre, certes,

Fatal : finalement, c’est pas si pire…
Filmsactu.com - Arnaud Mangin, © Universal Pictures ©
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine

« Fatal » est un film fondamentalement important pour les dégorgements médiatiques de tous poils. C'est l'un des thèmes de son intrigue propre, certes, mais il ressort du film de Michael Youn quelque chose qui semble aller au-delà de la pellicule. Dans les faits, le garçon est un peu la bête noire du paysage audiovisuel national, ayant entretenu sa propre image d'une manière tellement puérile qu'il en a suscité un mépris rare. De la haine, même […].
Et pourtant, dès ses premières minutes, « Fatal » provoque quelque chose d'inattendu en cela que le plaisir de spectateur s'installe de la façon la plus sincère qui soit. Comme si le sale gosse totalement irréfléchi avait découvert comment apprivoiser son talent – y aller à fond dans le n'importe quoi –, ludiquement, pour le mettre à profit d'une envie réellement cinématographique. Chose jusque-là totalement inexistante dans sa filmographie […].

Oui, « Fatal » est un film drôle
C'est sans doute aussi étrange à lire qu'à écrire, mais oui, « Fatal » est un film drôle qui fonctionne plutôt efficacement sur la durée et qui s'inscrit dans un registre de la comédie américaine moderne là où ses collègues s'étaient fourvoyés dans des reproductions de sketchs TV sur grand écran. On est franchement loin d'un « Seuls Two », « Cyprien » ou « Coco », calibrés par (et pour) du télévisuel condescendant, relevant plus du caprice filmique friqué qu'autre chose. Et puisque l'on est dans les compliments, on pourra également féliciter le trublion de tirer le statut de la comédie française le haut, en flirtant sans honte vers le cinéma des frères Farelly ou celui de Ben Stiller, c'est à dire faire du débile bien poussif mais dans le bon sens du terme […].

Non, on ne crie pas au chef d’œuvre
Mais si « Fatal » fonctionne c'est parce que, là encore à l'inverse d'un « Coco », Youn est également le héros central de son propre film mais n'en n'abuse pas pour s'étaler de tout son long. Son personnage existe, mais tous les autres aussi – en particulier Stéphane Rousseau.
Evidemment, on ne crie pas au chef d'œuvre ni à la comédie révolutionnaire attendue depuis longtemps parce que les défauts sont bien là : certains gags tombent à plat à force de lourdeur, ça surjoue pas mal, et la dernière partie perd clairement en punch. Rien de plus normal pour un premier film, mais « Fatal » a le mérite d'être un rare contre-exemple qui avait tout pour être aligné par des snipers pour simple délit de sale gueule et qui fait pourtant l'effort d'assurer le minimum syndical de façon originale. On ne peut pas appeler ça une mauvaise surprise.

En salles depuis le 16 juin 2010
Note de la rédaction de Filmsactu.com : 13/20


Retrouvez l’actualité du ciné, des DVD et séries TV sur www.filmsactu.com

Thèmes connexes :
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES