Toy Story 3 : l’ascenseur émotionnel

--- Le ---

Il y a autant de façons d'aborder « Toy Story 3 » qu'il y en avait de l'attendre ou de l'appréhender. En effet, en signant l'une des suites les plus

Toy Story 3 : l’ascenseur émotionnel
Filmsactu.com - Arnaud Mangin, © Walt Disney Pictures ©
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine

Il y a autant de façons d'aborder « Toy Story 3 » qu'il y en avait de l'attendre ou de l'appréhender. En effet, en signant l'une des suites les plus attendues de ces dernières années, Pixar se risquait également à une forme de régression artistique/nostalgique sortant un peu de la chronologie du studio et en particulier de ses deux derniers films (« Wall-E » et « Là-Haut »).

Un film plus mature
Et puis, paradoxalement, si le film demeure essentiellement une grosse œuvre familiale avec tout ce qu'il faut pour surexciter les zygomatiques, ce dernier impose une certaine évolution de caractère totalement inattendue qui n'hésite pas à jouer avec des cassures de ton et des thèmes de fonds parfois graves pour en faire une œuvre au discours étonnement plus mature que les deux opus précédents […].
Le problème, c'est qu'en rajoutant ce nouveau trait de caractère au burlesque et à la poésie qui composaient les deux premiers, le film s'encombre de thématiques et d'autant de péripéties qui s'entassent parfois jusqu'à obstruer l'ensemble d'ingrédients souvent de trop […]. Certes le film n'est pas indigeste, loin de là, et même globalement maitrisé pour être agréable à suivre. Mais sur ce point, « Là-Haut », « Wall-E », « Ratatouille » ou « Cars » bénéficiaient d'une écriture autrement plus aboutie.

Une dernière demi-heure très intense
Comme toute œuvre inégale, si « Toy Story 3 » a quelques défauts de conception, il conserve dans sa besace de nombreux atouts qui lui permettent même de faire l'impasse sur le reste, puisqu'il parvient à maintenir notre attention tout du long de par son énergie […]. Et quand bien même, si l'ensemble ne fait pas mouche, le film mérite qu'on lui accorde notre attention jusqu'à sa dernière demi-heure qui, elle, se montre autrement plus inspirée, franchement fun dans sa relecture de « La Grande évasion » et incroyablement intense. Pour ne pas dire très triste.

Pixar en a-t-il fait trop ?
Dans sa tentative de touche-à-tout émotionnel, « Toy Story 3 » se montre donc moins convaincant que les deux films qui le précèdent, perdu dans un gloubiboulga trop riche : à la fois trop adulte dans ce qu'il dévoile en sous-couche et trop enfantin dans ce qu'il bazarde parfois en surface – les gags notamment, beaucoup trop faciles ou référencés. Reste néanmoins le souvenir d'un divertissement qui tient malgré tout la route sur la durée, aussi peu impérissable que la triste réalité qu'il dénonce, mais souvent bien amusant. C'est en tout cas à ce jour la seule opportunité d'assister à l'improbable affrontement entre une tortilla vivante et un pigeon. Rien que pour ça, ça mérite le déplacement.

En salles le 14 juillet 2010
Note de la rédaction de Filmsactu.com : 13/20


Retrouvez l’actualité du ciné, des DVD et séries TV sur www.filmsactu.com

Thèmes connexes :
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES