Confessions « Toute nue » d’une politicienne fictive

Les éditions La Musardine complètent en ce mois de mars sa collection coquine, en rééditant « Toute nue », le roman à succès de l’auteur espagnol Lola Beccaria. Décryptant l’influence du rapport affection/sexe, de l’enfance à la vie d’adulte, les 252 pages de l’ouvrage laissent suinter une démonstration contestataire de la libido civilisée. Ce qui pourrait apparaître comme un déballage pornographique sert de support à l’exposition d’un inversement des valeurs, où l’animalité de la sexualité outrepasse l’éthique.

Confessions intimes d’une ministre
« Toute nue » met en scène Martina Iranco, ministre de l’Intérieur du gouvernement espagnol. A la veille de la révélation d’une affaire de mœurs qui risque fort de marquer le coup d’arrêt de sa carrière politique, elle décide de se mettre à nu et d’exposer sa propre vision des faits. Commence alors une exploration au plus profond de son univers intime. De la passion interdite et infantile au danger de ses aventures sexuelles à l’âge adulte, Martina Iranco retrace son insatiable quête d’amour et d’affection de manière crue et sans ambages.

A l’origine : un roman à succès
Traduction du roman à succès de Lola Beccaria, paru en Espagne en 2004 sous le titre « Una mujer desnuda », « Toute nue » est une réflexion sur une certaine approche de la sexualité. Universitaire reconnue, journaliste et scénariste, l’auteur a été propulsé sur le devant de la scène littéraire ibérique par le biais de ses deux premiers romans, toujours inédits en France.

Partager