Le Mazda RX-8 soigne son look… mais pas l’environnement

Chez Mazda, le MX-5 fait figure de « voiture culte ». Mais le cabriolet, qui a fêté ses 20 ans en 2009, n’est pas le seul modèle sportif de la marque. Le coupé Mazda RX-8 lancé en 2003 n’avait effectivement rien à lui envier en termes d’esthétique et de dynamisme. Sauf peut-être une certaine usure, le RX-8 ayant été lancé en 2003.

Une sportivité renforcée
Sept ans après son arrivée sur le marché, le coupé japonais bénéficie donc d’un restylage bienvenu. Et le résultat est plutôt positif, le RX-8 affichant un caractère encore plus sportif qu’auparavant. Ceci est notamment dû aux changements au niveau de sa calandre, avec des entrées d’air plus imposantes, mais aussi des feux à LED ou encore des sorties d’échappement élargies.

Un moteur qui ne demande qu’à chanter
Simple poudre aux yeux ? Non, car le coupé Mazda bénéficie toujours du fameux moteur rotatif Renesis birotor, qui a reçu les titres de « moteur de l’année » en 2003 et 2004. Optimisé pour ce coupé RX-8 new-look, ce moteur développe une puissance de 231 chevaux à 8 200 tr/min pour un couple de 211 Nm à 5 500 tr/min. Des chiffres plus qu’intéressants qui permettent à ce petit bolide de passer de 0 à 100 km/h en 6,4 secondes et d’atteindre la vitesse de pointe de 234 km/h.

Un vrai gros malus
Seul hic : la consommation de la voiture. Car le coupé RX-8 est gourmand : 11,5 l/100 km en cycle mixte pour des émissions en CO2 culminant à 299 g/km. Soit un malus écologique de 2 600 euros.
Belle à l’extérieur, soignée à l’intérieur, cette voiture ne manque donc pas d’atouts pour séduire les amateurs de belles voitures. Mais à l’heure où l’aspect écologique – et financier – le Mazda RX-8 risque de pâtir de sa sportivité. Ce coupé a peut-être simplement les défauts de ses qualités…

Partager
Tags: mazda