La Rédac' Masculin
Il y a 10 ans

Passer à la télé tue

Fumer tue. Ça, on le sait. Mais le fait que participer à un jeu télé puisse tuer est un peu nouveau. C’est pourtant un fait que France 2 va démontrer dans son documentaire choc baptisé « Le jeu de la Mort – Jusqu’où va la télé ? », diffusé le mercredi 17 mars.

Des candidats à la chaise électrique
Dans ce programme qui suscite déjà de vives réactions, Christophe Nick a décidé de savoir jusqu’où les gens sont prêts à aller pour passer à la télé et pour gagner. Dans « La zone Xtrême », le faux jeu télé présenté par Tania Young créé dans l’optique de ce documentaire, les candidats doivent infliger des chocs électriques à un inconnu à chaque mauvaise réponse. Déjà barbare en soi, le jeu pousse le vice plus loin : les décharges peuvent effectivement monter à 460 volts, ce qui entraîne potentiellement la mort du candidat.

La soumission à l’autorité en question
La mort deviendrait-elle donc un divertissement ? Qui va se soumettre à l’autorité de Tania Young ? Qui osera désobéir afin de ne pas faire souffrir le candidat ? C’est bien à ce genre de questions que s’attèlera à répondre « Le jeu de la mort ».
Pour ce documentaire, Christophe Nick s’est inspiré du livre « Soumission à l’autorité » de Stanley Milgram, un chercheur américain qui voulait jadis comprendre comment les nazis pouvaient obéir à des ordres jugés aujourd’hui aberrants.

La télé-réalité de demain ?
A l’heure où la télé en général et la télé-réalité en particulier sont régulièrement pointées du doigt pour leurs multiples dérives, ce documentaire risque de rajouter de l’huile sur le feu. Surtout quand on sait que plus de 80 % des candidats ont accepté d’aller jusqu’au bout du jeu – c’est-à-dire la décharge potentiellement mortelle – pour remporter une exceptionnelle cagnotte de… 40 euros.
Dérive de la société ? Premiers signes de la télé-réalité de demain ? « Le jeu de la mort » n’a pas fini de faire parler…

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error