Sorties cinéma Juillet 2008

Les films à l’affiche

 

 

Sans Sarah, rien ne va
De Nick Stoller,
Avec Kristen Bell, Jason Segel, Russel Brand, Mila Kunis…
USA – Durée: 1h51
Genre: Comédie romantique
Sortie: 18 juin 2008
Lire l’article complet…>>
Génération électro
De Christophe Chevalier,
Avec Maestro, Spoke, Jack Herror, Daisy, Treaxy…
France – durée: 1h30
Genre: Docu-drama
Sortie le 4 juillet 2008
Lire l’article complet…>>
Kung Fu Panda
De Mark Osborne et John Stevenson,
En VF : Manu Payet, Marie Gillain, Pierre Arditi, Marc Lavoine, Tomer Sisley…
USA – Durée: 1h30
Genre: Dessin Animé – Sortie: 9 juillet 2008
Lire l’article complet…>>
Balles de Feu
De Ben Garant,
Avec Christopher Walken, Georges Lopez, Dan Fogler…
USA – Durée: 1h30
Genre: Comédie
Sortie: 9 Jullet 2008
Lire l’article complet…>>
Hancock
De Peter Berg, avec Will Smith, Jason Bateman, Charlize Theron, Daeg Faerch…
USA – Durée: 1h40
Genre: Comédie
Sortie le 9 Juillet 2008
Lire l’article complet…>>
Fool Moon
De Jérôme L’Hostky, avec Bruno Salomone, Ged Marlon, François Morel, Artus de Penguern…
France – Durée non communiquée
Genre: Comédie
Sortie: 9 juillet 2008
Lire l’article complet…>>
Wanted : choisis ton destin
De Timur Bekmambetov ,
Avec Angelina Jolie, Morgan Freeman, James McAvoy…
USA – Durée: 1h50
Genre: Thriller
Sortie: 16 juillet 2008
Lire l’article complet…>>
Spartatouille
D’Aaron Seltzer et Jason Friedberg,
Avec Sean McGuire, Kevin Sorbo, Dietrich Bader…
USA – Durée: 1h24
Genre: Comédie
Sortie: 16 juillet 2008
Lire l’article complet…>>
L’Incroyable Hulk
De Louis Leterrier,
Avec Liv Tyler, Edward Norton, Tim Roth…
USA – Durée: 1h54
Genre: Super-Héros
Sortie: 23 juillet 2008
Lire l’article complet…>>
X-Files Regeneration
De Chris Carter, avec David Duchovny, Gillian Anderson, Mitch Pileggi…
USA- Durée non communiquée  (la vérité est ailleurs)
Genre: Thriller
Sortie: 30 juillet 2008
ThrillerLire l’article complet…>>


De : Nick Stoller,
Avec : Kristen Bell, Jason Segel, Russel Brand, Mila Kunis…
Origine : USA
Durée : 1h51
Genre : Comédie romantique

Sortie le 18 Juin

Le cauchemar des vacances : partir pour oublier une petite amie volage, une rupture et se retrouver avec ladite ex, à Hawaï, dans le même hôtel en étant obligé, humiliation supplémentaire, de supporter son nouveau boyfriend. À partit d’un pitch fleurant bon le vaudeville, Nick Stoller réussit à tirer une comédie à la fois très vacharde (les relations entre les deux courtisans de la belle Sarah Marshall ne sont jamais loin du règlement de comptes façon « Petits meurtres entre amis ») et pourtant romantique. Véritable pivot de l’intrigue, la très jolie Kristen Bell, vue notamment dans la série « Heroes » s’amuse manifestement comme une petite folle dans cette affaire de ménage à trois. Comédie au scénario très léger reposant essentiellement sur le talent des trois comédiens principaux, « Sans Sarah, rien ne va » ne révolutionne pas le genre ultra-galvaudé de la relation
« la femme, le mari et l’amant », mais constitue une relecture au vitriol de la comédie romantique.


De : Christophe Chevalier,
Avec : Maestro, Spoke, Jack Herror, Daisy, Treaxy…
Origine : France 
Durée : 1h30
Genre : Docu-drama

Sortie le 2 Juillet

« Kikoo ! T’m la T3kt0n1k ? Tu kif ta race en b0ite 2 nui ? Alorr vien vitt vo4r ce film ké fé pour toi, lol, mdrrrr ». La génération 1980 avait eu «House Rap» et son phrasé d’un autre âge, consacré au Hip-Hop, celle des années 1990 avait subi « Bouge », véritable ode à la dance et au Hit-Machine dans laquelle l’éphémère Ophélie Winter interprétait son propre rôle, il était donc dans l’ordre des choses que le phénomène « Tektonik » n’échappe guère aux producteurs et se retrouve un beau jour décliné sur grand écran. Voilà qui est fait, donc, avec ce « Génération électro », faux documentaire (ou du moins, romancé à l’extrême) narrant les déboires d’une bande de d’jeunz – dans leur propre rôle – dont cette étrange danse de saint-Guy constitue l’unique but dans l’existence.  C’est évidemment d’une connerie confondante et abyssale, mais le film mérite tout de même le coup d’œil, ne serait-ce que d’un point de vue sociologique. Car il constitue un témoignage autant qu’un cri d’alarme pour les générations futures : ceux qui ne tirent aucune morale des erreurs du passé sont condamnés à les reproduire. Sé bi1 kompri lol ?


De : Mark Osborne et John Stevenson,
Avec : en VO les voix de : Dustin Hoffman, Jack Black, Angelina Jolie, Jackie Chan.
En VF : Manu Payet, Marie Gillain, Pierre Arditi, Marc Lavoine, Tomer Sisley…
Origine : USA 
Durée : 1h30
Genre : Dessin Animé

Sortie le 9 Juillet

Les dessins animés récents ont ceci en commun qu’ils se suivent et ne se ressemblent pas. Si les années 1990, trustées par le seul Disney avaient été globalement affligeantes, la décennie suivante, avec l’arrivée sur le marché d’une pléthore de nouveaux studios a entraîné une saine émulation entre tous les faiseurs, dont la plupart ont commencé à lorgner du côté de l’Asie. L’Asie, justement, est au cœur de « Kung-Fu Panda », film d’animation  d’animaux anthropomorphes, mêlant gros délire à la Jackie Chan (d’ailleurs, il est au casting dans le rôle d’un vieux maître ès kung-fu) et reconstitution assez fidèle de la Chine médiévale (les arrières plans et décors sont fabuleux), le tout passé à la moulinette folle furieuse du Saturday Night Live. Déception cependant, les responsables de la VF n’ont pas résisté à l’attrait facile de confier aux stars du moment le soin de doubler les personnages  pour mieux amener le public non anglophone dans les salles obscures (On offre au passage une sucette au génie ayant confié la VF de « Garfield » à… Cauet pour remplacer le génial Bill Murray) … On se retrouve donc avec Manu Payet en lieu et place de Jack Black et le résultat n’est pas franchement concluant. Rendez service à vos enfants : faites les apprendre l’anglais en allant voir le film en version originale.


De:  Ben Garant,
Avec : Christopher Walken, Georges Lopez, Dan Fogler…
Origine : USA 
Durée : 1h30
Genre : Comédie

Sortie le 9 Juillet

À force de le voir jouer les psychopathes, les sadiques, les traîtres, les maîtres du monde mégalomanes, les fourbes, les cauteleux, bref, les méchants de tout poil, on avait un peu oublié à quel point Christopher Walken pouvait être un comique d’une force rare. Un travail de mémoire effectué en beauté avec ce « Balles de Feu », conçu par la même équipe déjà responsable d’ « Alerte à Miami/Reno 911 ». Louchant aussi bien du côté de « Dodgeball » que de
« James Bond », avec son histoire de tournoi de ping-pong organisé par un aspirant dictateur universel mégalo (qui, ô surprise, n’est PAS joué par Walken), « Balles de feu »  s’inscrit dans la lignée des films sportifs traités sur le mode burlesque avec « Shaolin Soccer ». Si les effets spéciaux posent quelques petits problèmes (très honnêtement, ils sont extrêmement mal fichus), cela ne nuit en rien au reste du film qui s’avère être une énorme pochade délirante, tout à fait en adéquation avec l’aspect foutraque de son sujet. Bon enfant tout en restant drôle, ne tombant jamais dans la vulgarité ou le pastiche facile (on pense aux derniers « Austin Powers »), « Balles de feu » est l’une des comédies les plus réussies de l’été.

De : Peter Berg,
Avec : Will Smith, Jason Bateman, Charlize Theron, Daeg Faerch…
Genre : USA 
Durée : 1h40
Genre : Comédie

Sortie le 9 Juillet

Les super-héros reviennent à la mode au cinéma. Il était donc logique que les parodies de tels films le soient aussi. Du plus facile (« Super Heros Movie ») au plus ambitieux (« Mystery Men », plein de bonnes idées et de bonnes intentions, mais malheureusement raté), les pastiches du genre se sont multipliés en même temps que les films les inspirant. Parmi eux, cet « Hancock », décrivant le quotidien d’un super-héros ringard obligé de recourir à un coach en communication pour se refaire une image de marque, se situe clairement en haut du panier. Certes, les références et clins d’œil sont nombreux, jusque dans l’affiche qui renvoie bien évidemment à la trilogie « Spiderman », mais le film pêche par sa bonne conscience en n’allant pas jusqu’au bout de sa logique, devenant une sorte de remake de « Hitch » où Will Smith ne serait plus le conseilleur mais le conseillé. Un Will Smith qui pose d’ailleurs l’autre problème majeur du film : la mégalomanie de l’acteur n’étant plus à démontrer, le script à manifestement été écrit pour lui, et exclusivement pour lui, cannibalisant les prestations des autres acteurs, réduits au rang de faire-valoir de la star. Finalement, Smith n’a jamais été aussi bon que dans « Je suis une légende », film où il apparaît quasiment seul à l’écran.

De : Jérôme L’Hostky,
Avec : Bruno Salomone, Ged Marlon, François Morel, Artus de Penguern…
Origine : France 
Durée : non communiquée
Genre : Comédie

Sortie le 9 Juillet

Un concept intéressant, cette « comédie de seconds couteaux » (en effet, à l’exception de Bruno Salomone et, dans une moindre mesure, de François Morel, peu d’acteurs présents au générique connurent de vrais premiers rôles, ou alors dans des flops retentissants comme « Grégoire Moulin contre l’humanité » pour Artus de Penguern), lorgne clairement du côté du cinéma britannique. Huis-clos à mi-chemin entre la comédie et l’horreur, « Fool Moon » se rapproche assez des premiers films de Danny Boyle. Si le pitch du film est franchement tentant et envoie quelques coups de coude au spectateur en pastichant notamment la série télévisée « Dolmen », le film, lui, à quelques rares exceptions est mou, très mou, d’autant que l’impression, diffuse au début, mais omniprésente ensuite, que les acteurs ne jouent pas vraiment dans le même film est patente. Un film qui se transforme en cinq ou six one-man-show, on n’avait plus vraiment vu ça depuis « Mission Cléopâtre ». C’est d’autant plus dommage qu’à la lecture du script, on aurait pu s’attendre à un petit chef d’œuvre vachard à l’image d’un « Serial lover ». Peut mieux faire, donc.


De : Timur Bekmambetov
Avec : Angelina Jolie, Morgan Freeman, James McAvoy…
Origine : USA 
Durée : 1h50
Genre : Thriller

Sortie le 16 Juillet

Hollywood est probablement l’une des plus efficaces machines à recycler de la planète. Un réalisateur Ouzbèko-Moldave fait un film qui marche dans son pays ? Hop, le voici aussitôt flanqué de quelques millions de dollars et d’un beau billet d’avion pour rejoindre la Californie par le premier vol pour contribuer à l’entertainment américain, quitte à perdre une partie de son âme au passage. Le Russe Timur Bekmambetov, repéré après les succès exportés de « Night Watch » et « Day Watch » fait partie de cette fournée venue de l’Est après que les Japonais et Hong-Kongais aient tiré un trait sur les contraintes imposées par les producteurs US (à l’exception du pauvre John Woo qui ne se rend plus guère compte de ce qu’il tourne depuis « Volte-Face »). Ce thriller, assez réussi par ailleurs, est l’une des illustrations de cette grande machine à tuer la créativité. Certes, le film n’est pas mal, mais à aucun moment on n’y retrouve l’esthétisme si particulier et les petites touches de génie qui avaient fait de l’auteur de « Day Watch » un réalisateur avec lequel il fallait compter. À l’image d’un M Night Shyamalan, complètement brisé par le carcan des exécutifs d’Hollywood, le Russe ne produit ici qu’une infime part de ce qu’il avait été capable de mettre à l’écran avec un budget dix fois moindre. Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi !


De : Aaron Seltzer et Jason Friedberg,
Avec : Sean McGuire, Kevin Sorbo, Dietrich Bader…
Origine : USA 
Durée : 1h24
Genre : Comédie

Sortie le 16 Juillet

Les habitués des critiques de Masculin.com pourraient croire que les rédacteurs cinéma sont une bande de pervers qui se ruent aux projections de presse de toutes les comédies affligeantes façon « Bidule Movie » la bave aux lèvres, dans le but aussi évident et malsain d’être consternés à coup sûr et de mieux pouvoir les assassiner d’un trait de plume (enfin, de clavier) vengeur et mesquin. Vous savez quoi ? C’est exactement ça ! Et grâce à ce
« Spartatouille », nous n’étions pas loin de l’orgasme ! Bref, cette parodie de « 300 » et d’énormément d’autres films constitue un morceau de choix tant le niveau de crétinerie au centimètre carré de pellicule y est en constante évolution. Oubliez « Super Heroe Movie », « Epic Movie » ou « Sexy Movie ». À côté de « Spartatouille », ce sont des chefs d’œuvres oscarisables ! Il faut dire qu’avec l’habitude des deux margoulins Seltzer et Friedberg d’entamer l’écriture de leurs scripts avant même que le film qu’ils parodient ne soit complètement terminé, le résultat ne peut qu’être catastrophique. Vivement « Disaster Movie », leur prochaine production annoncée ! « Disaster Movie »… c’est presque ce que les alcooliques anonymes appellent un flash de lucidité. 


De : Louis Leterrier,
Avec : Liv Tyler, Edward Norton, Tim Roth…
Origine : USA 
Durée : 1h54
Genre : Super-Héros

Sortie le 23 Juillet

Tout bon film adapté d’un comic-book se doit de donner naissance à un certain nombre de suites dont l’histoire a prouvé qu’elles devenaient de plus en plus nazes proportionnellement au chiffre situé derrière le titre. (On se souvient ainsi des catastrophes cinématographiques que furent « Batman III » et
« IV »). Le premier « Hulk » d’Ang Lee n’ayant pas été fameux, on pouvait s’attendre au pire avec ce deuxième opus pas franchement attendu. Et bien, quelle claque ! Non seulement, cette « suite » (qui n’en est pas une en réalité) est largement meilleure que l’original, mais elle parvient même à relancer l’intérêt pour le géant vert. Car ce film de Louis Leterrier (cocorico, un petit gars de chez nous !) fait revivre tous les éléments qui manquaient à la version de 2003 pour rendre compte de la richesse de la mythologie de cet « anti »-Super Héros. Là où Ang Lee dépeignait un freak asocial et malheureux pourchassé par de méchants militaires, le Hulk de Leterrier est une machine à casser, prompte à broyer tout ce qui se met en travers de sa route sans faire de distinguo. En outre, un élément supplémentaire vient rappeler l’essence même du film de super-héros : la présence d’un super-vilain face auquel Big Green paraît d’un coup tout petit. Authentique film de casse (une demi-heure de destruction totale en tout lors d’un final homérique), « L’Incroyable Hulk » pourrait bien être le point de départ d’une nouvelle franchise à succès pour Marvel Comics.
 


De : Chris Carter,
Avec : David Duchovny, Gillian Anderson, Mitch Pileggi…
Origine : USA
Durée : non communiquée
Genre : Thriller

Sortie le 30 Juillet

L’un des films les plus attendus de l’année. Et l’un des plus curieux, aussi. Certes, « X-Files » fut LA série culte des années 1990, mais la tentation de tirer à la ligne, de multiplier les intrigues secondaires sans fin et un premier film globalement raté, ont fait que, depuis longtemps, l’intérêt pour les enquêtes des agents Mulder et Scully s’était émoussé et que le mythe conspirationniste à base de Petits Gris, de Zone 51 et de Cigarettes-Smoking-Man n’existait plus. Alors, relancer un nouveau film se situant aux frontières du réel (clin d’œil appuyé) pouvait laisser perplexe d’autant que Chris Carter a tout fait pour garder un secret maximal autour du script et du tournage. Une seule certitude, « X-Files Regeneration » ne s’inscrit pas dans la continuité d’une série que tout le monde, y compris les fans, a oublié. Foin donc d’intrigues à tiroir compréhensibles uniquement pour ceux qui auraient su décrypter les indices parsemés dans l’épisode 237, (à remettre bien évidemment en corrélation avec une phrase sibylline de l’Homme à la Cigarette prononcée dans l’épisode 641) pour comprendre toute la portée du complot, mais, à la place un thriller efficace sur fond de surnaturel. Vont-ils enfin s’embrasser à la fin ?
Partager