Comment surmonter le décès d’un proche ?

Comment te dire adieu ?…

Le deuil est une étape qui, malheureusement, fait partie de la vie. Grands-parents, parents, amis ou même enfants, la mort est une véritable épreuve, la surmonter est difficile, voire inconcevable. Pourtant, nous y serons tous un jour confrontés, alors comment y faire face ? Comment la vivre au mieux ? Comment aider un enfant à la comprendre ?


Pas à pas vers l’acceptation
On dit généralement qu'un deuil se fait par étape. La première, l’anesthésie, plonge dans un état neurasthénique où l’on perd le contact avec la réalité. C’est le passage du «  je ne peux pas y croire ». Puis l’on commence à chercher des affaires personnelles, des photos et des signes indirects de l’être aimé : c’est la phase de recherche, où l’on a l’impression qu’il n’est pas encore vraiment parti.
Partager sa souffrance
Ensuite, une profonde tristesse s’installe : c’est la phase de dépression réactionnelle. La souffrance est forte, intense, et les émotions vives. Cette étape peut même devenir pathologique si elle perdure. Enfin, la phase de restructuration permet l’acceptation du deuil.
Durant ces phases, il est primordial de ne pas s’emmurer dans le silence et l’abnégation. La principale chose à faire est de communiquer avec ses amis, sa famille, de partager sa souffrance, de l’exprimer et de la vivre. Personne ne vous en voudra d’être triste, déprimé ou abattu.
«  Il est monté au ciel »
Le vécu du deuil pour un enfant est différent du nôtre. De 0 à 3 ans, il ne réalise pas ce qu’est la mort mais il ressent nos émotions et notre tristesse, comme une véritable «  éponge ». Puis, à partir de 4 ans, il prend conscience de la mort mais ne peut encore exprimer sa propre souffrance, qui pourra arriver des années plus tard. Et entre 7 et 10 ans, il réalise le caractère irréversible de la mort.
Rester à l'écoute
Votre rôle de parent ? Savoir l’entourer, être à l’écoute, ne pas l‘exclure de la cérémonie de deuil (mais ne pas lui imposer non plus), lui parler simplement mais honnêtement, et surtout, le rassurer. C'est aussi important de dire qu'il n y aura pas de retour possible, il ne faut pas que l'enfant soit dans l'attente.

Pour en savoir plus :
Des associations venant en aide aux personnes endeuillées existent, n’hésitez pas à les contacter :
Vivre son deuil, Ecoute deuil, Association Astree ou encore SOS amitié

Partager
Tags: famille