728x90-timeone

Leadership : 8 conseils pour faire de vous un vrai boss

Devenir un leader et réussir, ce n’est pas toujours inné… mais ça s’apprend !

Tout homme rêve forcément de devenir meilleur un jour ou l'autre. Et ce, dans bien des domaines : devenir plus fort, être plus beau, être mieux habillé ou même être un meilleur amant. Mais être cet homme que les autres ont envie de suivre n'est pas inné chez tout le monde. Il faut opérer un gros travail sur soi pour développer son charisme, devenir plus convaincant… Il faut aussi (et surtout) toujours avoir à l'esprit que l'on ne peut pas tout réussir du jour au lendemain et que l'échec est très formateur. Savoir rebondir pour aller de l'avant, c'est essentiel.

Mais si vous ne voulez pas aller de l'avant tout seul, si vous voulez guider les autres, montrer l'exemple, bref, devenir un vrai leader, vous allez devoir aller encore plus loin dans ce travail sur vous-même. Et pour cela, s'inspirer d'hommes qui ont déjà réussi, qui ont déjà dirigé d'autres hommes est essentiel. Si la lecture d'un livre comme L’Art de la guerre de Sun Tzu est déjà un bon début (et même un indispensable), d'autres ouvrages peuvent vous aider à développer vos compétences en leadership. On pense notamment au "second livre militaire le plus vendu de tous les temps", coécrit par Jocko Willink et Leif Babin et intitulé Responsabilité Absolue.

Jocko Willink et Leif Babin, des exemples à suivre ?

John Gretton "Jocko" Willink est né en 1971. S'il est aujourd'hui un auteur, podcasteur et entrepreneur reconnu selon sa fiche Wikipedia, c'est au sein des Navy SEALs qu'il a fait ses premières armes. Un profil similaire à celui de Leif Babin, lui aussi ancien officier des forces spéciales de la marine américaine.

Sur le terrain, ils ont notamment été responsables de l'unité Cogneur, pendant la bataille de Ramadi, en Irak. Une mission quasi impossible qu'ils ont pourtant menée à bien, et qui les a ensuite conduits à transmettre leur expérience à de futurs soldats.

De ce passé militaire en commun, les deux hommes ont aussi tiré un livre, Responsabilité Absolue – La méthode des Navy SEALs pour réussir ("Extreme Ownership: How US Navy SEALs lead and win" en VO), déjà écoulé à plus d'un million d'exemplaires dans le monde entier. Leur volonté avec ce récit : prouver que les principes militaires valables sur le champ de bataille peuvent aussi s'appliquer au quotidien, dans la vie civile.

Certes, ce livre "typiquement américain", un peu trop grandiloquent pour être honnête, n'est pas exempt de défauts. Mais à défaut de faire de vous des héros de guerre, il pourra vous aider à "agir plus efficacement et à gagner". A prendre les bonnes décisions et à réussir, ce qui est déjà un bon début.

8 leçons de Navy SEALS à appliquer pour devenir un leader

En attendant de vous plonger dans les quelque 430 pages de Responsabilité Absolue, voici 10 leçons de Navy SEALs que vous pourrez rapidement mettre en pratique dans votre vie de tous les jours. Garde à vous !

#1. Pour réussir, il faut y croire

Pour commencer, une affirmation simple, basique. Comment espérez-vous réussir si vous pensez que vous allez échouer ? Même un personnage comme Jean-Claude Dusse, dans Les Bronzés, l'a compris : "Si tu veux un conseil, oublie que t'as aucune chance."

300x250-timeone

Et une fois que vous êtes lancé, allez-y à fond : si vous réussissez, votre leadership sera naturellement renforcé. Sinon, vous devrez savoir comment vous servir de cet échec pour rebondir, persévérer et retenter votre chance.

#2. Bonnes ou mauvaises, il faut assumer ses décisions

Le titre du livre en version originale parle de "responsabilité à l'extrême" (Extreme Ownership). Vouloir être un chef d'entreprise, un chef de service ou un leader dans l'âme, c'est bien joli, mais il faut assumer derrière.
Si un message a été mal compris ou des consignes mal appliquées, c'est au plus haut lieu qu'il faut chercher le responsable. Il est toujours plus facile de rejeter la faute sur les autres mais vous verrez que vous serez nettement plus respecté dès lors que vous saurez reconnaître vos erreurs.

De la même façon, souvenez-vous que la prise de décision est toujours plus valable que l'absence de décision. Qui pourrait vouloir suivre un homme qui n'est pas sûr de ce qu'il faut faire ? Vous imaginez vraiment un soldat suivre son chef sur le champ de bataille si lui-même ne sait pas s'il faut attaquer ou non ? Non, vraiment, il n'y a pas de pire leader qu'un leader qui ne décide pas.

#3. Un mauvais leader fera de mauvais suiveurs

On dit toujours que les grands de ce monde sont seuls, individualistes. C'est vrai… en partie. On ne peut pas être un leader efficace si l'on est mal entouré. Mais, à l'inverse, un leader efficace rendra nécessairement son équipe meilleure.

300x250-timeone 728x90-timeone

C'est quelque chose que l'on voit souvent dans le monde du sport : un entraîneur trouvera toujours les mots justes, le bon comportement, pour tirer le meilleur de ses joueurs. L'équipe de France de football n'était sans doute pas la meilleure de la Coupe du Monde 2018, mais Didier Deschamps a su faire le nécessaire pour créer un vrai groupe et maximiser le potentiel de son équipe. Il a donné confiance aux autres et le résultat est là.

Vous pouvez transposer cet état de fait dans le monde de l'entreprise ou chez les Navy SEALs, le principe est le même !

#4. On ne commande jamais seul

Prendre une décision en tant que chef, c'est normal, on l'a dit. C'est même la base. Mais personne n'a dit que vous deviez prendre la décision en douce, dans votre coin, sans en référer à personne.
Sur le terrain militaire, il arrive fréquemment que le commandement soit décentralisé. Vous n'êtes pas obligé d'aller systématiquement jusque-là. Mais si, pour une raison ou une autre, vous n'êtes pas en mesure de décider ou d'agir à l'instant T, faites confiance à votre équipe.

Un leader doit avoir de l'ego… mais pas trop ! Prenez votre part de responsabilité, mais n'oubliez pas d'en laisser aux autres. Dans la vie de l'entreprise, on dit qu'il faut savoir déléguer. Et, une fois encore, si l'opération échoue, soutenez vos collègues, vos proches, votre équipe : que l'on soit soldat ou simple employé, on aura toujours envie de se défoncer pour un chef qui nous défend quand on en a besoin.

300x250-timeone

#5. Toujours avoir une longueur d'avance

Si l'improvisation a parfois du bon, la planification permet de parer à tout imprévu. Le plan A a échoué ? Pas de problème, vous avez un plan B dans la poche.

Et si l'on vous demande "qu'est-ce qu'on fait après ?", ne dites surtout pas que vous ne savez pas. Un vrai patron aura toujours su anticiper ou saura toujours s'adapter pour prendre les décisions qui s'imposent. Et là, on vous ramène au conseil #2.

#6. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

Rien ne vaut la simplicité. Apple en a fait sa marque de fabrique et Jocko Willink et Leif Babin le répètent à plusieurs reprises dans leur livre : "Lorsque les plans et les ordres sont trop compliqués, les gens peuvent ne pas les comprendre. Et quand les choses tournent mal, et elles finissent inévitablement par tourner mal, la complexité peut aggraver les problèmes au point de les faire dégénérer en catastrophe totale."

Des consignes claires, comprises de tous, sont la clé du succès. On ne peut pas faire plus simple comme explication !

#7. Ne pas oublier de définir des priorités

S'il n'y a qu'un problème à résoudre, la solution est généralement simple. Mais, sur le champ de bataille comme dans la vie de tous les jours, d'innombrables problèmes peuvent survenir, parfois avec un effet démultiplicateur ou "boule de neige". Dans ce cas, il faut parer au plus pressé, réagir en situation d'urgence. Mais cela ne se fait pas n'importe comment.

Il faut d'abord évaluer le problème le plus important, préparer une solution simple et efficace, expliquer clairement comment on va la mettre en oeuvre et concentrer tous ses efforts sur cette tâche pour résoudre le problème au plus vite. Ensuite, il ne reste qu'à passer au problème prioritaire suivant et à répéter le processus. Et si jamais les priorités changent en cour de route, pas de panique : il suffit d'en avertir les personnes concernées rapidement et simplement.

#8. Se discipliner, ce n'est pas (se) priver de liberté

Chez les Navy SEALs comme dans toute autre unité militaire, la discipline est une valeur essentielle. Celle-ci est malheureusement trop souvent négligée au quotidien, en entreprise ou ailleurs. En tant que leader, vous devez donc la remettre au coeur des débats. Mais attention, la discipline n'est pas nécessaire synonyme de routine ou d'ennui.

Vous avez l'habitude de suivre un processus précis dans un cadre précis ? Très bien, faites-le ! Mais si quelqu'un vient perturber ces petites habitudes, ne le rabrouez pas tout de suite ! Ces petits ajustements pourraient même s'avérer bénéfiques.

S'il faut définir un cadre à chaque opération (militaire, personnelle ou professionnelle), il faut parfois s'autoriser à en sortir. C'est un équilibre difficile à trouver comme le disent Jocko Willink et Leif Babin. Un leader doit mener mais aussi être prêt à suivre les autres ; il doit être agressif mais pas dominateur ; il doit être calme mais pas robotique, courageux mais pas téméraire ; il doit avoir l'esprit de compétition mais être bon perdant. Et puis, pour finir cette liste de paradoxes, il faut rappeler qu'un bon leader n'a rien à prouver… mais tout à prouver.

Aussi envieuse soit-elle, la position de leader n'est jamais (ou presque) la plus facile à tenir. Les deux anciens officiers de la Navy SEALs affirment même que "diriger des gens est la tâche la plus difficile et, par conséquent, la plus gratifiante de toutes". Mais à partir du moment où l'on accepte ces règles du jeu, il ne reste plus qu'à abattre ses cartes à l'instant choisi pour réussir. Et ça, tout le monde peut le faire !

Responsabilité absolue
La méthode des Navy SEALs pour réussir

Jocko Willink & Leif Babin

Parution le 24 janvier 2019
Editions Ring
429 pages
ISBN-13: 979-1091447928

Acheter (19,95€)

Partager
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !