Alimentation intuitive : Le régime qui n'en est pas un !

Vous avez tout essayé pour perdre du poids ? Lisez ceci...

--- Le ---

Oubliez les grands régimes populaires et autres tendances alimentaires. L’alimentation intuitive va révolutionner votre rapport à la nourriture !

Alimentation intuitive : Le régime qui n'en est pas un !
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine

La vérité sur les régimes, c’est qu’ils sont inefficaces. Sur le long terme, ils favorisent le mal-être et vous font prendre du poids. En vous focalisant sur votre poids et sur les restrictions alimentaires, vous obtenez l’inverse de l’effet escompté. C’est de ce constat que part l’alimentation intuitive.

 

L’idée de base est la suivante : écoutez votre faim, respectez votre corps et arrêtez de vous mettre la pression ! Oui, c’est aussi « simple » que ça.

 

Et, aussi étonnant que cela puisse paraître, cette nouvelle approche a fait ses preuves. Sur la durée, elle fait perdre plus de poids que les régimes traditionnels ! Mais ce n’est pas tout : elle vous aidera aussi à vous sentir mieux.

 

Vous pouvez donc jeter tous les magazines qui vous promettent un ventre plat pour l’été prochain. Oubliez les grands régimes populaires et autres tendances alimentaires. L’alimentation intuitive va révolutionner votre rapport à la nourriture, en le rendant plus naturel… et plus sain.

 

En voici les grands principes :

 

Faites une croix sur les régimes

Vous avez certainement dû le constater : même lorsqu’un régime fonctionne dans un premier temps (ce qui est loin d’être toujours le cas), nous finissons souvent par reprendre plus de poids qu’avant de l’avoir commencé !

 

L’obsession du poids et de la silhouette nous poussent à surveiller constamment notre alimentation. Nous comptons les calories, suivons les conseils de soi-disant experts et finissons par nous abîmer la santé – et par nous sentir mal.

 

Accordez-vous ceci : oubliez l’approche diététique, le temps d’essayer l’alimentation intuitive. Arrêtez de vous intéresser aux régimes et de calculer tout ce que vous mangez.

 

Mangez à votre faim

Ecoutez votre corps. Ne cherchez plus à vous priver constamment. En effet, la sensation continue de privation finit par provoquer des pulsions de suralimentation – et donc par :

 

  • vous rendre malade
  • déclencher un sentiment de culpabilité et de mal-être
  • vous faire reprendre du poids

 

Donc, ne vous mettez plus la pression sur les quantités ! Au lieu de cela, mangez à satiété et ne finissez plus un repas en ayant encore faim.

 

Oubliez les tabous alimentaires

Abandonnez cette idée que certains aliments ne doivent surtout pas faire partie de votre alimentation. En bannissant des aliments sous prétexte qu’ils ne sont pas sains ou qu’ils vous font grossir, vous créez une intense sensation de privation.

 

Celle-ci déclenche des effets encore plus néfastes sur votre esprit et votre corps. Par exemple, vous finirez par vous ruer au supermarché pour faire le plein de ces délicieuses tablettes de chocolat dont vous vous privez depuis des semaines… et par en manger deux ou trois d’affilée !

 

S’en suit généralement un nouveau cycle de culpabilité, l’abandon du régime et une reprise de poids déprimante.

 

Pour garder un rapport sain avec la nourriture, arrêtez de vous interdire de manger !

 

Écoutez le sentiment de satiété

Bien sûr, quand on a passé la moitié de sa vie à s’interdire certains aliments et à compter tout ce que l’on mangeait, cette approche peut faire peur. Pourtant, réfléchissez-y un instant :

 

Avant de faire des régimes, vous aviez sûrement un rapport moins problématique à la nourriture. Au niveau biologique, nous sommes tous conçus pour manger jusqu’à satiété et pour ne plus trop y penser jusqu’au prochain repas. Les cycles de privation / suralimentation sont très souvent causés par une volonté de dominer ce rapport à la nourriture.

 

Faites à nouveau confiance à votre corps : apprenez à écouter ces signaux qui vous disent que vous n’avez plus faim. N’hésitez pas à faire une pause au milieu du repas et à vous demander :

 

  • Quel est le goût de cet aliment ?
  • Est-ce que je prends du plaisir à manger ?
  • Ai-je encore faim ?

 

Retrouvez le plaisir simple de manger, sans stress ni contrainte, dans un environnement agréable. En effet, pour réapprendre à écouter de votre corps, il faut vous détendre et vous faire confiance. Cela viendra petit à petit.

 

Variez les plaisirs

Pour que les repas soient une expérience saine et positive sur le long terme, pensez à varier votre alimentation. C’est aussi de cette manière que vous apprendrez à écouter votre faim et vos envies.

 

Arrêtez de compter les fruits et les légumes, calculer les calories ou étudier les rapports lipides/glucides/protides. Cherchez plutôt à varier les plaisirs ! C’est OK si vous mangez vos aliments préférés de temps en temps, mais ne vous limitez pas à ceux-là.

 

Découvrez de nouveaux plats, mangez un peu de tout (céréales, fruits, légumes, laitages…) et apprenez à apprécier ces diverses saveurs ! Il sera plus facile ainsi de vous libérer des pulsions de suralimentation liées à un aliment précis.

 

En bref, ne cherchez pas la perfection alimentaire, mais respectez votre corps et votre santé. Vous connaissez les grandes lignes, pas la peine de compter et de chercher à faire le repas parfait ! L’important est d’avoir une alimentation assez variée et équilibrée, sur la durée.

 

Réglez les problèmes plus profonds

Les pulsions de suralimentation et le rapport addictif à certains aliments sont liés à des problèmes plus profonds. Il s’agit en quelque sorte de l’arbre qui cache la forêt.

 

Pour beaucoup de personnes, manger est un moyen d’oublier des sentiments enfouis, comme la peur, l’ennui, ou la colère. Vous aurez du mal à améliorer votre rapport à la nourriture si vous n’apprenez pas à gérer ces émotions.

 

Et vice-versa : vous n’apprendrez pas à gérer ces émotions tant que vous mangerez de manière compulsive pour les enfouir au fond de vous.

 

L’alimentation intuitive implique donc, en parallèle, de prendre le temps de mieux se connaître. Identifiez et apprenez à gérer la source de votre mal-être – elle est différente pour chacun de nous. Voir la vérité en face et apprendre à vivre avec n’est pas forcément chose facile ; si besoin, une thérapie peut vous y aider.

 

Acceptez-vous comme vous êtes

Une des pistes pour aller mieux est de vous accepter comme vous êtes. Les magazines et les médias en général nous renvoient une image tronquée de la beauté. Selon cet "idéal médiatique", il faudrait nécessairement avoir une silhouette fine pour être agréable à regarder et mériter d’exister…

 

Mais rien n’est plus faux.

 

La nature est diverse. Certaines personnes sont biologiquement déterminées à être minces, d’autres moins. Faites la paix avec votre nature morphologique. C’est une étape très importante pour aller mieux et sortir de la désastreuse spirale des régimes.

 

Tant que vous aurez une fausse image de vous et que vous vous fixerez des objectifs irréalistes, l’alimentation intuitive ne pourra rien pour vous.

 

Au contraire, lorsque vous vous accepterez, vous commencerez à aller mieux. Votre entourage le ressentira et les effets positifs (bien-être, pouvoir de séduction, etc.) suivront petit à petit. Ensuite, vous retrouverez votre poids naturel, car ne vous solliciterez plus votre corps par des cycles constants de privations / suralimentation.

 

Faites de l’exercice

Bougez ! C’est une des clés essentielles pour vous sentir mieux dans votre corps.

 

Pas besoin de verser des litres de sueur ou de forcer jusqu’à l’épuisement. Pas la peine non plus de compter les calories brûlées. Au contraire même ! Comme pour l’alimentation, pas question de transformer l’activité physique en une série de calculs ou de règles strictes et impossibles à suivre.

 

Ça serait le meilleur moyen de laisser tomber rapidement !

 

Qui ne s’est pas déjà inscrit à une activité sportive pour s’arrêter au bout de quelques séances ?… La raison est simple, il s’agissait d’une « bonne résolution » (avec une motivation extérieure, par exemple la perte de poids), et non d’une envie réelle.

 

Optez pour la démarche inverse : cherchez une activité physique qui vous plaise pour elle-même. Le choix dépend vraiment de vos envies et de ce que vous pouvez faire ! Heureusement, il y en a pour tous les goûts : marche, nage, golf, danse... laser game ! La liste est sans fin et vous trouverez forcément votre bonheur.

 

L’important est de faire de l’exercice modérément, plusieurs fois par semaine, et d’y prendre plaisir ! Cela vous aidera vraiment à vous sentir plus à l’aise dans votre corps.

 

Alimentation intuitive : conclusion

La culture autour de la nourriture semble être en train de changer.

 

Certes, de nombreux diététiciens prônent encore les modèles traditionnels basés sur le poids et des régimes stricts… Mais les études récentes indiquent que l’approche intuitive est meilleure sur le long terme. Elle est recommandée par de plus en plus de spécialistes à travers le monde.

 

Et ce n’est pas étonnant. La pression culturelle autour de l'alimentation épuise les gens.

 

Il est donc normal que des experts et des personnes en surpoids finissent par chercher une nouvelle approche… Même s'il serait plus juste de qualifier l'alimentation intuitive de « très vieille approche ». Nous sommes tous nés mangeurs intuitifs… Regardez comment mangent les jeunes enfants. Ils savent toujours quand ils veulent s’arrêter !

 

Personne ne peut connaître mieux que vous les sensations de votre corps. Vous seul pouvez savoir ce que cela fait d'avoir faim, de se sentir repu, d'apprécier le goût des aliments. Vous connaissez les sentiments, les expériences et les pensées que cela vous inspire.

 

Apprenez à vous écouter et vous verrez les améliorations sur le plan physique et moral - lentement mais sûrement. En travaillant sur tout cela, avec patience et bienveillance envers vous-même, vous pourrez progresser et aller mieux.

 

Ouvrages sur l'alimentation intuitive

 

Thèmes connexes : alimentation regime sante
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES