Sexe et Internet : que recherchent les hommes ?

Du bon usage d'Internet à des fins sexuelles

--- Le ---

Sexting, sexcam, revenge porn... Internet a ouvert la voie à de nombreuses pratiques sexuelles. Quelles sont les plus répandues chez nous ?

Sexe et Internet : que recherchent les hommes ?
© iStock ©
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine

Le site CAM4, dédié au sexcam, a commandé une enquête à l'IFOP, à l'occasion du lancement de sa nouvelle application pour smartphones. 1 113 personnes françaises de 18 à 69 ans ont pu répondre à un questionnaire en ligne concernant leur utilisation des nouveaux moyens de communication dans le cadre du sexe virtuel et des jeux sexuels sur le Web. Mais les ressortissants d'autres pays d'Europe et des USA ont aussi été interviewés.

Sexting et sexto : des différences culturelles

La pratique du sexting consiste à envoyer des photos ou des vidéos sexuellement explicites. Cette pratique est répandue chez les femmes américaines (40% des moins de 35 ans l'ont déjà fait, 25% toutes classes d'âge confondues) et beaucoup moins en Europe (7% en moyenne tous pays confondus, et 15% des femmes françaises de moins de 35 ans).

Le sexto, ou l'envoi de messages coquins par voie électronique, est en revanche largement plus répandu en Europe. Plus de 30% des Européennes s'y sont déjà fait, dont une majorité de jeunes françaises (58%) ou allemandes (55%).

Les sites de sexcam : les mêmes différences

Les Américains sont largement plus friands de ce type de sites que les Européens. 25% des Américains de moins de 35 ans ont déjà assisté à un show sexuel sur Internet, quand en Europe cette proportion oscille entre 8% et 14% selon les pays. En revanche, la proportion de ceux qui pourraient être intéressés est quasiment la même : un jeune sur deux se déclare sous cette rubrique.

D'autres pratiques sont en revanche très minoritaires

Notamment en Europe, où le sexselfie par exemple, ou le revenge porn encore, qui consiste à se venger d'un ex-partenaire, n'ont pas les faveurs du public. Cela concerne tout juste 5% des Européens, dans un cas comme dans l'autre. Et c'est finalement plutôt heureux !

A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS