Pandémie de Covid-19 : comment notre sexualité est-elle affectée ?

La maladie du coronavirus (COVID-19) a fait son apparition en décembre 2019 à Wuhan, en Chine, et s’est propagée rapidement dans le monde entier depuis le début de l’année 2020.

Cette nouvelle maladie infectieuse est associée à divers symptômes et, dans les cas graves, entraîne une défaillance des organes et la mort. À cette fin, des restrictions de voyage, des couvre-feux et des interdictions de contact ont été imposés dans de nombreux pays du monde, et toutes les institutions publiques non essentielles ont été fermées (fermeture ou confinement) de COVID-19. La plupart des événements politiques, culturels, religieux et sportifs ont été annulés ou reportés.

Effets de la pandémie de COVID-19 sur la santé sexuelle

Outre les nombreuses autres conséquences de la pandémie, les effets de COVID-19 sur les sexualités humaines ont été intensément discutés tant dans les médias de masse que dans les médias sociaux.

Les chercheurs ont également commencé à s’intéresser aux effets de la pandémie de COVID-19 sur la sexualité.

Les premières enquêtes en ligne à grande échelle sont déjà en cours : L’Institut Kinsey (Université de l’Indiana), par exemple, a lancé une étude longitudinale en trois vagues sur « Le sexe et les relations à l’époque de la COVID-19 ».

En mars 2020. Un réseau international d’organisations et d’institutions de recherche trans* a lancé une enquête mondiale sur la « Mesure de l’impact de la pandémie COVID-19 sur la santé et les soins de santé des trans ».

Ce document vise à inciter les chercheurs et les cliniciens à explorer plus avant les implications de la pandémie COVID-19 en matière de sexualité.

À cette fin, un aperçu des effets qui ont été largement discutés dans les médias et dans les revues universitaires est présenté.

Les effets de la pandémie COVID-19 sur la sexualité sont abordés dans quatre blocs thématiques : (1) les relations sexuelles en couple, (2) les relations sexuelles en solo, (3) les questions de santé sexuelle et génésique dans les groupes vulnérables, et (4) les soins de santé sexuelle et génésique et l’éducation sexuelle.

Effets du COVID-19 sur les relations sexuelles entre partenaires

Dans l’isolement domestique COVID-19, les couples sont moins distraits, ont plus de temps l’un pour l’autre et peuvent s’adonner plus souvent à l’amour pendant la journée, ce qui – planifié ou non – entraînera inévitablement un « baby-boom des coronavirus » dans neuf mois.

Une étude turque portant sur un échantillon de 58 femmes mariées en âge de procréer (Yuksel & Ozgor, 2020) a montré que pendant la pandémie COVID-19, la fréquence des rapports sexuels dans le cadre du mariage a augmenté de manière significative (de 1,9 fois à 2,4 fois par semaine en moyenne) par rapport aux 6-12 mois précédents ; dans le même temps, cependant, la proportion de femmes ayant l’intention de tomber enceintes a diminué (de 32,7 à 5,1 %).

Ainsi, en ce qui concerne le baby-boom prévu des coronavirus, il faut toujours se demander s’il s’agit de grossesses voulues ou non.

Entre les contraintes du virus, le port du masque, le confinement, difficile pour certains, parfois déjà seuls, de faire des rencontres.

Plus de sexe au téléphone et en ligne

Le fait que les relations sexuelles en couple avec des personnes extérieures au foyer présentent un risque important de transmission du SRAS-CoV-2 est incontesté.

Toutefois, il reste à considérer les contacts sexuels interpersonnels à distance.

Ces interactions et relations sexuelles médiatisées par la technologie sont connues depuis les années 1990 sous des étiquettes telles que cybersexe, sexe virtuel, sexe électronique, sexe en ligne, sexe par caméra.

Compte tenu de l’interdiction des contacts coronavirus, ces contacts sexuels interpersonnels à l’aide de la technologie jouissent soudainement d’une grande popularité et sont tellement visibles.

Il est remarquable que le sexe en ligne, y compris les sextos, qui est souvent mal vu et même déclaré comme un comportement pathologique ou déviant à risque, soit maintenant officiellement passé à un comportement de prévention des maladies.

Les organismes de santé du monde entier recommandent le sexe par téléphone et en ligne comme alternative aux rendez-vous sexuels en personne.

Dans ce cadre, la plateforme « Escort Europe » a su s’adapter et passer d’un simple annuaire, à une plateforme polyvalente qui propose des services en compagnie d’escort à Paris de manière virtuelle.

Plus d’utilisation de matériel pornographique

Pendant la masturbation, les gens ont recours non seulement à des jouets mais aussi souvent à la pornographie, actuellement principalement sous forme de pornographie en ligne.

Au cours de la pandémie COVID-19, cela a été de plus en plus le cas, du moins c’est ce que prétend le récit de l’utilisation accrue de la pornographie circulant dans les médias : « Corona fait exploser les achats de pornographie » était le titre du plus grand quotidien allemand (Döring & Walter, 2020).

Dans l’espoir de commercialiser et exploiter rapidement les vaccins découverts récemment, il sera de notre devoir de faire le nécessaire pour que la pandémie n’affecte pas notre sexualité de manière négative et irréversible.