3 weeks ago

Camille Lacourt : “L’horlogerie, c’est du sport de haut niveau”

La famille Frederique Constant s’agrandit encore, avec l’arrivée de l’ancien nageur Camille Lacourt en tant qu’ambassadeur de la marque. Un nouveau chapitre donc s’ouvre pour cet athlète touche-à-tout et c’est à cette occasion que nous avons pu longuement discuter… entre la diffusion des championnats d’Europe à la TV et un jeune chien qui n’en fait qu’à sa tête !

La carrière de Camille Lacourt en bref

Même sans être un passionné de natation, il faut vraiment avoir vécu dans une grotte pour ne pas avoir entendu parler de Camille Lacourt ces dix dernières années.

Né le 22 avril 1985 à Narbonne, il est quintuple champion d’Europe et quintuple champion du monde de natation (ayant également décroché 2 médailles d’argent et 1 médaille de bronze). A l’heure où j’écris ces lignes, Camille Lacourt est toujours recordman d’Europe du 100 m dos (record de 52s11 à Budapest en 2010). Seuls les Jeux Olympiques ne lui ont pas souri, avec une 4e place à Londres en 2012 et une 5e à Rio, 4 ans plus tard, sur sa course préférée.

Retraité des bassins depuis 2017, il n’est pas resté inactif pour autant : chroniqueur sur Canal+ pour le Canal Sports Club, on l’a aussi vu participer à Danse avec les Stars sur TF1 en 2017 et présenter le bêtisier avec Camille Cerf sur NRJ 12. En dehors des médias, Camille a aussi développé une activité de coaching en entreprise et publié son autobiographie intitulée 50 nuances de bleu (avec Jean-François Kervéan)… entre autres choses !

Et pour ne rien gâcher, le trentenaire a une vie personnelle bien remplie, avec l’arrivée prévue d’un second enfant en juin prochain, 9 ans après sa petite fille Jazz. Quelques jours avant l’arrivée de ce fiston, j’ai donc pu échanger longuement avec Camille autour de tous ces sujets, de ses projets à venir et de son nouveau partenariat avec Frederique Constant.

Camille Lacourt nouvel ambassadeur de Frederique Constant

Horlogerie, natation, golf, famille : j’ai aimé papoter avec Camille

Il y a quelques semaines, j’avais déjà eu le plaisir de m’entretenir avec le footballeur Clément Grenier, premier ambassadeur français de la marque horlogère Frederique Constant. La maison suisse poursuit donc son joli développement sur tous les fronts en cette année 2021 et après avoir dévoilé son oscillateur révolutionnaire et sa montre Slimline Monolithic Manufacture, elle accueille Camille Lacourt.

Pendant une petite heure, j’ai donc eu la chance de parler de tout et de rien avec ce multiple champion. Une discussion à bâtons rompus, en toute simplicité, au moment où se déroulent les championnats d’Europe de natation 2021 à Budapest, où Jazz termine ses devoirs… et le chiot Sumo n’en fait qu’à sa tête !

Masculin.com : Bonjour Camille ! Alors, tu as un planning un peu chargé, en ce moment, mais je voulais commencer avec l’actu du moment : ton contrat avec Frederique Constant. Comment se sont passés les premiers contacts ?

Camille Lacourt : En fait, c’est une pure coïncidence. Ma fiancée est amie avec la femme de Yohan Bizy, le directeur de la marque. On s’est rencontré, je leur ai dit que j’aimais les montres et il m’a dit “pourquoi tu viendrais pas avec nous ?

C’était une vraie rencontre humaine, tout ça s’est fait assez naturellement. En plus, on se connaît aussi avec Clément (Grenier, ndlr), donc ça me faisait une raison supplémentaire d’accepter !

Et donc, l’horlogerie, c’est vraiment quelque chose que tu apprécies ?

Ah oui, depuis toujours ! Je suis un vrai fan de montre. Je trouve que c’est quelque chose de beau, de précis où l’erreur n’a pas sa place. En fait, pour moi, l’horlogerie, ça ressemble beaucoup au sport de haut niveau !

Interview de Camille Lacourt sur Masculin.com

Le rôle d’ambassadeur, c’est quelque chose que tu connaissais déjà (avec Carnet de Vol, Krys, ClarinsMen, Andros…). Alors, il y a un aspect financier, bien sûr, mais du coup, comment choisis-tu les marques que tu représentes ?

Bien sûr, on ne va pas se mentir, ça permet de mettre du beurre dans les épinards. Mais ce n’est pas mon activité principale ! Et au risque de paraître cliché, je pars à chaque fois sur des rencontres humaines, comme je t’ai dit. C’est important pour moi, parce que c’est “la vraie vie”, c’est comme ça qu’on arrive à s’épanouir. C’est en partageant les mêmes valeurs qu’on fait de belles choses.

On t’a aussi beaucoup vu à la TV depuis la fin de ta carrière : chroniqueur, candidat danseur, présentateur. C’est un milieu qui t’attire ? Tu t’y verrais développer des projets ?

Oui ! Je suis fan de sport, évidemment, donc j’aime beaucoup mon rôle de chroniqueur au Canal Sports Club. Bon, par contre, Danse avec les Stars, c’est pas là où j’étais à mon meilleur niveau (rires) !

Et sinon, en effet, je trouve qu’on peut faire beaucoup de parallèles entre le sport de haut niveau et les gens “normaux”. Si quelqu’un, dans sa vie, se fixe des objectifs, se met en condition, je suis sûr que ça t’aide à te lever le matin et à te donner la motivation. Ce genre de message positif, oui, j’aimerais bien le faire ressortir au travers d’une émission TV.

“Il y a énormément de choses que font les sportifs qui peuvent être inspirantes dans la vie de tous les jours.”

Et sinon, après Danse avec les Stars, tu ne te verrais pas participer à un Koh Lanta de sportifs par exemple ?

Ah mais si, carrément, il faut leur soumettre l’idée ! Bon, là, c’est pas la période idéale, avec les enfants, notamment… Et puis bon, il ne faudrait pas tomber face à Martin Fourcade, sinon, c’est mort, il battra tout le monde ! Je le suis sur Instagram, il a une condition physique de fou !

Sinon, je trouve qu’une émission comme RDV en Terre Inconnue, c’est quelque chose d’extraordinaire, mais je crois que la liste d’attente est longue comme le bras. En tout cas, si on me le propose, je ferai le nécessaire pour le faire.

Dans les deux cas, si je participais à ça, ce serait clairement pour l’aventure, pas pour la télé. On sort forcément grandi d’une expérience comme celle-là.

La natation, ça te manque ou pas du tout ?

La compétition me manque oui, mais les entraînements et tout ce qu’il faut faire pour être au top, non, pas du tout ! J’aime toujours regarder, hein. Là, d’ailleurs, je me dis que c’est peut-être ma dernière interview en tant que recordman d’Europe, il y a un Russe super fort (finalement, ce record n’aura pas été battu los des championnats de Budapest, ndlr)…

On garde aussi le contact avec les anciens nageurs, on a un groupe WhatsApp sur lequel on échange. Les nouveaux de l’équipe de France, je les connais moins, bien sûr, mais j’aime toujours les regarder, les encourager. Avec les réseaux sociaux, c’est facile de communiquer. Là, ce matin, j’ai envoyé un message d’encouragement aux dossistes, en mode “si vous avez besoin des conseils d’un vioc, je suis là”. Mais sinon, je n’ai pas la prétention de devoir être présent !

On sait que la reconversion d’un sportif de haut niveau n’est pas toujours simple. On a parlé de la TV, des partenariats, mais je crois que tu as une autre activité professionnelle au quotidien…

Oui, en fait, deux ans avant la fin de ma carrière, j’ai repris mes études pour devenir conférencier. J’ai commencé avec mes sponsors d’alors et j’ai vu que ça me plaisait beaucoup. J’adore faire passer des messages en toute modestie pour faire évoluer des vies.

Du coup, j’ai beaucoup travaillé là-dessus, pour essayer de rendre le message plus percutant, pour vraiment aider les gens. J’ai pris un coach pendant environ 2 ans pour m’améliorer et aujourd’hui, je sais que je peux rester seul sur scène face à 400 personnes sans être désarmé. Avec ma société, j’interviens donc dans des entreprises, je fais le parallèle entre le sport de haut niveau et l’entreprise, j’évoque la gestion de la réussite et de l’échec, le management… Simplement, j’essaie de m’inspirer de mes expériences en tant que nageur et de les intégrer à l’entreprise.

Il me semble que tu as aussi des projets autour du golf, non ?

En effet ! Cette période de Covid a mis un coup de frein à tout ça, mais ça va repartir ! Vu la conjoncture, les gens auront envie de se retrouver, les salariés en entreprises auront besoin de se retrouver aussi. Et moi, je pense que ça peut passer par le golf. C’est un sport que j’aime beaucoup et, contrairement à son image “bourge” et élitiste, je veux montrer qu’il peut être accessible au plus grand nombre.

On n’a pas besoin d’un physique de champion (même si ça reste un vrai sport !) et c’est une activité qui peut être très ludique. Surtout en ce moment et surtout en entreprise où je pense que, parfois, tu as juste envie de mettre le téléphone dans une boîte, prendre l’air et te vider la tête.

On peut aussi faire plein de parallèles entre le golf et le monde professionnel. On pourrait imaginer des concours de putt pour renforcer la cohésion d’équipe par exemple. Ou alors, quand tu apprends à faire un swing, que tu décomposes le mouvement, eh bien on peut imaginer que ça peut aider à bien décomposer les étapes d’un projet que tu dois mener, tout ce que tu dois préparer avant de montrer ton dossier à un client.

Alors, oui, j’aurais peut-être pu faire les mêmes parallèles avec la natation ou dans une piscine, mais je crois que personne n’a envie de se mettre en maillot de bain devant ses collègues !

Ton autre actu du moment est plus personnelle, plus intime, avec l’arrivée de ton premier petit garçon. Tout se passe bien ?
Le terme est fixé le 2 juin et tout va bien, merci ! Enfin, pour moi, parce que c’est la maman qui est dans le dur, surtout ! Elle est hyper active, hyper sportive, en temps normal, donc là, elle commence à trouver le temps long.

Et Jazz est contente de devenir grande soeur ?

Elle est ravie ! En plus, elle voulait absolument un petit frère, pas une soeur, donc c’est magnifique qu’on ait cette chance, le choix du roi ! Là, juste après, d’ailleurs, on va aller finir les détails de la chambre ensemble.

T’es un vrai papa poule en fait, on dirait !

Complètement papa poule, oui. Mais attention, hein, pas papa débile qui accepte tout ! Mais je crois que c’est normal qu’on divise les tâches aujourd’hui. C’est très bien que les hommes prennent plus de place dans l’éducation des enfants. J’adore ce rôle de papa et j’ai hâte de recommencer ça avec mon fils !

“On est les versions 2.0 de nos papas à nous !”

Camille Lacourt en famille
instagram @alice_deto

Enfin, même si Masculin touche comme son nom l’indique principalement des hommes, ta compagne et toi avez eu des moments difficiles à traverser (sa compagne Alice Detollenaere a été victime d’un cancer du sein, ndlr). Est-ce qu’on peut aussi parler de ça, de son blog No Taboobs ?

C’est important de sensibiliser tout le monde à ce genre de cause, c’est d’ailleurs aussi pour ça que j’ai fait l’émission Stars à nu, il y a quelques mois.

Il faut que les gens se rendent compte qu’on a une vraie chance d’être en France, avec un système de santé extraordinaire. On a une vraie prévention qui existe, on est vraiment guidé pour que les maladies soit bien soignées. Il ne faut surtout pas hésiter.
Oui, ça peut être malaisant de faire ces tests (pour le cancer du sein chez la femme ou celui de la prostate chez l’homme), mais ça sauve des vies ! Et ce n’est pas parce qu’on ne fait pas ces tests qu’on va éviter la maladie, au contraire ! Donc, ce que j’aurais envie de dire, c’est “soyez courageux, c’est pour vous que vous le faites, vous et votre famille”.

Le message est passé ! Et du coup, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?
D’abord une naissance joyeuse, mais aussi une fin de Covid pour tout le monde. C’est bon, il s’appelle 19, on est en 21, on a compris, on passe à autre chose ! Non, voilà, ça et puis une jolie paternité et de la réussite professionnelle. Avec Frederique Constant, d’ailleurs, je pense que ce n’est que le début d’une longue aventure ensemble !

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !