Seamaster Aqua Terra : la montre magnétique d’Omega

Un concentré de technologie pour être toujours à l’heure

Les champs magnétiques qui existent sur Terre contribuent à faire retarder votre montre. Sauf si vous avez la chance de posséder prochainement la nouvelle venue de chez Omega. Cette montre, appelée Seamaster Aqua Terra, est réalisée avec des composants non ferreux qui ne sont pas influencés par le magnétisme. Elle sera présentée dans sa version définitive en avril 2013 au Baselworld, le salon international de l'industrie horlogère à Bâle et commercialisée à partir d'octobre.

Technologie confidentielle

Toute la technologie est encore « confidentielle » et a été « protégée par le dépôt de neuf brevets », a indiqué dans une présentation à la presse le vice-président et chef du développement de la marque, Jean-Claude Monachon. « Plusieurs solutions ont été trouvées et sont testées », notamment pour l'influence de l'humidité et la résistance aux chocs, l'objectif étant de trouver « les meilleures solutions pour une production industrielle à un coût proche de celui des montres classiques », a-t-il ajouté.

Il existait déjà des montres moins sensibles aux champs magnétiques, réalisées en plaçant le mouvement dans une cage protectrice. Cette technique a été utilisée par Omega en 1957 pour sa Railmaster, une montre conçue pour les conducteurs de locomotives électriques qui travaillent dans des champs magnétiques très importants. Toutefois, cette solution atteint vite des limites et ne protège pas des champs importants.

L’impact des champs magnétiques sur les montres

Les champs magnétiques arrêtent le fonctionnement des montres à quartz et des montres mécaniques qui y sont exposées. Les premières redémarrent dès qu'elles sortent du champ et retrouvent un fonctionnement normal. Les montres mécaniques restent affectées et leur fonctionnement peut alors perdre quatre minutes par jour, la norme devant être une variation maximum de 2 secondes par jour.

La démagnétisation des montres, en les plaçant dans des ondes créées par un courant alternatif, concerne 15% des opérations d'entretien que réalise la marque, selon M. Monachon.

Il faut savoir que les influences magnétiques sur les montres sont innombrables dans la vie quotidienne, depuis le magnétisme dégagé par les haut-parleurs des téléphones portables, à la fermeture aimantée des sacs ou aux aimants collés sur la porte des réfrigérateurs.

Le coup de force de la montre Omega

La norme légale est qu'une montre résiste à 60 gauss – le champ magnétique terrestre est de 0,5 gauss. Elle cesse de fonctionner aujourd'hui à 80 gauss, soit la puissance d'un aimant de la vie courante. La nouvelle montre Omega Seamaster Aqua Terra résiste à 15 000 gauss ou, selon une autre unité de mesure du magnétisme, à 1,2 million d'ampères par mètre.

Parmi les solutions trouvées pour éviter les influences magnétiques sur les pièces du mouvement, le spiral (ressort enroulé sur un plan horizontal tournant dans un sens puis dans l'autre) est réalisé en silicium et l'échappement (coeur de la montre mécanique qui permet d'entretenir le mécanisme régulateur) est en nickel-phosphore. Le reste relève à ce stade du secret de fabrication et sera dévoilé plus tard, a précisé M. Monachon.

Quoi qu'il en soit, on peut d'ores et déjà affirmer que cette montre Omega n’a peur de rien. Pas même des hommes séducteurs et « magnétiques »…

Partager
Tags: omega