WR
Il y a 11 ans

John Galliano, hiver 2008

Une collection à l’influence punk

On savait le créateur anglais adepte du décalage savant, le voici pour cette saison en expert du grand écart esthétique. L’Homme Galliano aura du mal cet hiver à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais dans toute sa (non) splendeur.

Comme à son accoutumée, le styliste le plus déjanté de la place donne dans le mélange des genres et puise son inspiration dans l’histoire de la mode et des contre-cultures. On retrouve ainsi d’emblématiques chapeaux du Moyen-Âge anglais portés avec des manteaux de cuir à la coupe très heroic fantasy. Ajoutons à tout cela une très forte influence punk anglais début 80 et voilà la collection homme automne-hiver 2008-2009 de John Galliano. En effet, on retrouve de manière récurrente les rangers et les pantalons de toile à carreaux larges. La figure du bouffon semble également avoir inspiré l’artiste. Nombre de modèles apparaissent affublés de coiffes à clochettes et de vêtements ornés de rubans multicolores rappelant un peu le Joker de Batman.

Pour Galliano, les matières sont cette année très naturelles : cuir, peaux, fourrures, cotons et laine sont très présents comme pour contraster avec la grande sophistication des coupes. Les couleurs sont également très sobres et finalement en accord parfait avec cet esprit punk prononcé. On retrouve beaucoup de noir, de gris et quelques touches de rouge, à l’image  de cette mode automne-hiver 2008-2009. Bien sûr, les couleurs chatoyantes des pièces burlesques bouffonnes tranches franchement avec l’aspect très dark et underground des cuirs cloutés.

Des accessoires étonnants
De cette collection étonnante et détonante, on retiendra le retour de la punk attitude mais surtout cette folie de l’accessoirisation propre à John Galliano. Les cagoules SM s’associent aux rangers peintes et le sac pour homme se porte bien en évidence, tout en cuir et de la taille d’une valise. L’ambiance générale oscille finalement entre raffinement renaissance, décadence punk et sophistication british.

Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.
Cet hiver, l’Homme Galliano aura du mal à choisir entre l’inspiration royale shakespearienne et le retour en grâce du punk anglais.

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error