Montres de luxe : les nouvelles tendances de l’horlogerie

Le retour en grâce de la montre de poche !

En horlogerie, l'accès au luxe commence autour de 1000 euros. Mais, dans cette gamme de prix comment séparer le bon grain de l'ivraie ?

De nombreuses montres aux alentours de 1000 euros

Aujourd'hui, pour 100 briques t'as plus rien ! Le titre du film d'Edouard Molinaro, ne fonctionne pas en horlogerie. Ainsi, des montres de qualité vendues autour de 1000 euros, permettent d'accéder au luxe sans se ruiner. Mais, à ce tarif, l'offre s'avère pléthorique, englobant les pièces premium comme des produits moins reluisants. Alors comment s'y retrouver ?

En fait, certains points révèlent assez clairement la qualité d'un produit. Il s'agit donc de privilégier en priorité :
– les mécaniques automatiques plus élaborées et délicates à produire qui procurent plus de noblesse à une montre que le quartz
– les glaces saphir antireflets qui garantissent une meilleure résistance aux rayures
– les couronnes vissées, présage d'une bonne étanchéité comme d'une certaine solidité
– les satinages soignés qui constituent l'indice d'une belle finition
– enfin, le Swiss made, dont le seuil de « valeur suisse » a récemment été relevé, est la garantie d'une fabrication de qualité

Privilégier les spécialistes

Les firmes dont le cœur de gamme s'établit entre 500 et 3500 euros font figures de spécialistes du secteur. C'est le cas des marques Tissot, Longines ou Hamilton au sein du groupe Swatch. Des maisons moins célèbres – au moins pour le grand public – occupent aussi le terrain. Ainsi, Frédérique Constant et sa marque sœur Alpina, ou encore l'indépendant Marvin, sorte de David de l'horlogerie, ont aussi trouvé leur place sur ce créneau. A l'arrivée, c'est le client qui sort vainqueur de cette multiplicité de propositions.

Elle a déserté les poches des dandies depuis longtemps, pourtant, la montre de poche semble opérer un petit retour. De nombreuses marques en proposent leur interprétation. Pour autant, pas grand risque de voir le gousset faire la peau du bracelet, en vérité, ses ventes demeurant dérisoires, comparées aux chiffres des montres classiques.

En fait, dans la vie moderne, la montre de poche rencontre quelques menus inconvénients. Elle est moins pratique à utiliser que la montre bracelet. En premier lieu, on ne sait trop où la ranger, deuxio, elle n'est pas très discrète à utiliser…

En revanche, côté style, elle fait de vous un homme élégant sur le champ. Peut-être est-ce pour cela qu'on a vu arriver une belle brouettée d'oignons contemporains dans les catalogues, ces dernières années.

Une montre rétro d’avant-garde ?

Tout a commencé avec la Richard Mille RM 020, présentée en 2008, un gigantesque gousset rectangulaire au design très graphique. Cette spectaculaire tocante a été suivie par Cartier et sa sculpturale montre de poche Grande Complication Squelette, il y a deux ans.

Enfin, Panerai a frappé un grand coup cette année avec son imposante Pocket Watch Tourbillon de 59mm, dont le boîtier en céramique reprend la forme coussin (comme un coussin de sofa), chère aux créations de la marque.

Ces pièces, développées en toutes petites séries, sont conçues pour attirer l'attention des médias plus que pour inonder le secteur. Elles forment une sorte de trilogie parfaite de la montre de poche d'avant-garde.

L'or, c'est le matériau vedette en haute horlogerie ou plus exactement un alliage à base d'or, dont on se sert depuis les origines. L'on n'utilise jamais en effet le métal précieux à l'état pur, qui se présente dans ce cas, sous une forme meuble, peu compatible avec la construction de montres.

Les manufactures se rabattent donc sur des alliages à base d'or. La formule la plus courante : 750 grammes de métal rare pour un kilo de matière. Se faisant, le nuancier des nuances s'étend alors, du jaune au rose en passant par le gris clair.

Le cuivre a aussi son mot à dire

La teinte jaune s'obtient par ajout de cuivre et d'argent. L'or rouge correspond à 25% d'apport de ce métal. Au contraire, c'est le palladium ou l'argent qui permettent d'obtenir le gris que l'on appelle or gris ou blanc.

Enfin, pour contourner le principal défaut de l'or, Hublot à trouver la parade sur sa Big Bang Ferrari Magic Gold. La marque ajoute de la poudre de céramique dans le mélange qui devient dès l'or inrayable.
Quoi qu'il en soit, les grandes familles de montres se déclinent aujourd'hui le plus souvent dans toute la palette des ors disponibles.

La Tank de Cartier est ainsi disponible aussi bien en or gris que rose ou jaune. Chez Rolex, la Yacht Master II peut se présenter en or rose et acier. Avec la bichromie, tous les mariages sont alors permis.

 

Depuis une dizaine d'années, les boîtiers des montres ont grandi sans cesse. Pourtant, il semble que le reflux ait enfin débuté.

Montres ou poêles à frire ? L'on peut se poser la question face aux modèles les plus caricaturaux croisés dans les catalogues des manufactures ces dernières temps. Ainsi, il n'est pas rare de tomber sur des montres aux boîtiers frôlant voire dépassant les 50mm de diamètre.

Chez Alpina, l'Heritage Pilot mesure tout juste 50mm, comme la Perrelet Turbine America alors que la Zénith Pilot Watch culmine à 57,5mm. Monumental ! Pourtant, voilà une vingtaine d'années encore, un homme arborait sans rougir une montre de 36mm. Une taille aujourd'hui exclusivement réservée aux femmes.

Les montres font machine arrière

Mais depuis peu, l'on assiste à une arrivée massive de boîtiers aux diamètres contenus sous les 40mm. Ainsi, la Saxonia de A. Lange & Söhne, revient à 38,5mm. Chez Baume, la nouvelle gamme Clifton débute à 39mm, soit 3mm de moins que la plus petite des Capeland actuelles.

L'épaisseur des boîtiers passe aussi à la moulinette. Une bonne nouvelle pour les manches de chemises et de pullovers qui souffraient pas mal de ces montres aussi imposantes que des pièces-montées.

 

C'est la fonction horlogère la plus complexe et la plus chère. Elle signe les montres de très grand luxe. Le tourbillon, c'est en effet l'équivalent horloger d'un moteur douze cylindres en automobile. Une sorte de must, synonyme de performances, d'exception et de prix très élevés.

Le tourbillon, comment ça marche ?

Cette complication (fonction) horlogère se présente sous la forme d'une petite cage de métal tournant sur elle-même et contenant un balancier qui ne cesse de se balancer. Ce délicat dispositif améliore la précision et la fiabilité des montres en annihilant une partie de l'influence de l'attraction terrestre sur leur mécanisme.
En général, le tourbillon est laissé visible, comme sur l'Arceau Lift d'Hermès, permettant d'admirer ce joyau comme on contemple une délicate sculpture.

Un tourbillon, c’est bien ; plusieurs tourbillons, c’est mieux

Ces dernières années, cet élément est devenu un classique à tel point que pour se démarquer les marques multiplient les tourbillons comme Jésus les pains. Ainsi, le modèle Mikrotourbillon de Tag Heuer, sorti en 2012, en comporte deux, tout comme la Rotonde Double Tourbillon Mystérieux de Cartier.

Mieux, la Quatuor de Roger Dubuis en accueille quatre, tout comme la montre Quadruple Tourbillon Secret de Greuble & Forsey. Bref, comme au tennis ou au ping-pong, le tourbillon c'est mieux quand on joue à plusieurs.

 

Un record, en horlogerie comme ailleurs, permet d'attirer sur soi la lumière, de faire le buzz. Les manufactures se livrent donc une lutte sans merci. Et au titre de « montre la plus… au monde », Jaeger-Lecoultre a frappé un grand coup. En début d'année, la manufacture a présenté sa Master Ultra Thin Jubilee, dont l'épaisseur du boîtier en platine, culmine à 4,05mm, soit le record absolu pour une montre mécanique. Pour réussir cet exploit, elle reçoit une mécanique à remontage manuel qui ne dépasse pas 1,85mm de haut, soit à peine plus que la largeur d'un Pass Navigo pour nos amis parisiens.

La plus plate et la moins chère…

Piqué au vif, Piaget qui, jusque-là, faisait figure de maître en matière de finesse horlogère, n'a pas tardé à répondre avec une Altiplano Automatique à Quantième (indication de la date) la plus plate du monde. Sa mécanique n'excède pas 3mm de haut, le tout prenant place dans un boîtier de 6,36mm. Un peu auparavant la manufacture avait présenté une Emperador qui empochait pour sa part, le record de finesse pour une montre à Répétitions Minutes (qui donne l'heure par des sons).

Dans un tout autre registre, Frédérique Constant se targue quant à lui, de proposer sur sa Slim Line, le tourbillon Swiss Made le moins cher du marché… A 28 000 euros quand même !

On le voit, les firmes se livrent une lutte acharnée pour se chiper leur record. Cette émulation explique une bonne part, du dynamisme créatif du secteur.

L'horlogerie utilise un vocabulaire technique très spécifique. Un langage qui n'est pas toujours limpide pour le néophyte. Voici donc dix définitions pour devenir un expert en belles montres.

Complications
Une complication se dit de toutes les fonctions complémentaires à l'affichage des heures et des minutes. L'indication des secondes, de la phase de lune, le chronographe, la date, le jour, la répétition minute (l'heure par des sons)…

Lunette
C'est une pièce qui fait la jonction entre le boîtier et le verre. Elle est en général fixe. Elle peut être tournante notamment sur les montres de plongée, pour la mesure des temps d'immersion.

Boîtier ou boîte
La carrosserie des montres en quelque sorte. La carrure est la partie principale qui loge le mécanisme (calibre), le cadran et les aiguilles. La glace et le fond ferment le tout.

Mouvement (ou calibre)
C'est l'ensemble des pièces qui permet de faire fonctionner la montre. Un peu comme le moteur en automobile. Trois principaux types : le quartz à pile, le mouvement mécanique à remontage automatique ou remontage manuel.

Chronographe
C'est la complication préférée des hommes. Elle permet de mesurer les temps courts à l'aide de compteurs supplémentaires.

Double fuseau horaire
Ou montre GMT (pour Greenwich Mean Time) qui affiche l'heure d'un second fuseau par l'intermédiaire d'une aiguille supplémentaire.

Cadran
C'est le visage de la montre. Cette pièce souvent métallique réunit les indications relatives aux fonctions de la montre.

Les cornes
Pièces métalliques servant à attacher le bracelet au boîtier.

Le guichet
Petite ouverture sur le cadran permettant de donner une indication supplémentaire (comme le mois, le jour, la lune…).

La couronne
Pièce horlogère ronde qui permet de remonter la montre et de régler l'heure.

Ces quelques définitions ne feront pas de vous un érudit, mais au moins ne vous laisseront-elles plus totalement démunis face au discours horloger parfois abscons…

Partager