RelaxNews
Il y a 7 ans

Mode homme à Milan : la désinvolture, c’est chic

Gros plan sur les défilés Bottega Venetta, Salvatore Ferragamo, Vivienne Westwood et Missoni

C'est la désinvolture dans tout ce qu'elle a de plus chic et élégant qui a été à l'honneur à Milan, lors des défilés milanais de prêt-à-porter masculin pour l'hiver 2014-2015, autant chez Bottega Veneta, que Ferragamo ou Missoni.

Bottega Veneta : un look pour chaque situation

Relax et informelle, la collection dessinée par Tomas Maier pour qui le vêtement se doit d'être une sorte d'uniforme qui allierait la « désinvolture du sportswear à la sophistication », est d'un classicisme intemporel. « La collection explore la versatilité d'un look qui peut être parfait pour chaque situation », explique le styliste.

Les pantalons sont en laine d'agneau douce et confortable, serrés aux chevilles comme des pyjamas doudous qui auraient tenté une sortie ou des joggings qui auraient été bien taillés. Le bonnet se pose sur les oreilles, vers l'avant, dégageant le cou, et les sacs au motif « intrecciato » (entrelacé) caractéristique – l'emblème de la maison – sont immenses, pliés en deux de manière faussement négligée et portés collés à la taille. Les costumes prince-de-galles sont subtilement modernisés par une touche tye-and-dye vert olive ou bleu au bas des vestes et les antiques Loden prennent un coup de jeune.

Salvatore Ferragamo : le mariage du goût et de la culture

La maison de couture italienne, dont l'action n'a cessé de chuter la semaine dernière – elle a perdu plus de 10% en cinq jours, après s'être vu attribuer une mauvaise note en raison d'un rendement inférieur aux attentes du marché –, avait choisi, comble de l'ironie, de présenter son défilé… à la Bourse de Milan. Dans un souci de marier « le goût et la culture », le styliste Massimiliano Giornetti a créé des lignes pures, où l'homme se fait « nomade » – à la main, des sacs oversize – mais reste élégant.

Sensualité des tissus et flou des couleurs : beige, crème, caramel, vert sauge… Les blousons sont courts tandis que duffle-coats, manteaux et vestes, parfois ceinturés à la taille pour en accroître la finesse, sont maquillés de larges bandes de couleur, soit horizontales, soit verticales. Les manches des blousons en cuir sont en maille afin de donner un effet de juxtaposition propre à dérouter.

 

Vivienne Westwood : la folie anglaise est bien là

La styliste anglaise, dont l'excentricité est la marque de fabrique, avait au premier abord choisi de faire de ses mannequins des garçons ultra propres sur eux, cheveux gominés et plaqués courts sur la tête, mais que nenni, la folie anglaise était bien là : finis les slims, place aux bermudas larges, type sarouels, qui coupent la jambe sous le genou! La taille est haute, les matières claquent à la lumière, brillent façon couverture de survie !

A part ça, dans un manifeste distribué à la presse, Vivienne Westwood dénonce les atteintes à l'environnement, et notamment « le comportement irresponsable de nos gouvernements » concernant l'extraction du gaz de schiste, qu'elle considère comme « le grand combat » du moment.

Missoni : une collection proche de la nature

Inspirée de la vie des surfeurs – les mannequins ont du coup les cheveux longs, contrastant avec le retour de la mode du glabre et du court vu sur les autres défilés –, la collection se veut « proche de la nature », copiée sur le « mouvement des vagues et de la mer ». D'où de grandes capes en maille multicolore, façon patchwork, un style relax et désinvolte qui se voit jusqu'aux chaussures, ou plutôt aux chaussons, façon claquettes de piscine, rehaussés de fourrures.

La mythique All Star Chuck Taylor de Converse fait également partie du vestiaire de ces néo-surfeurs chic, qui utilisent la fibre de lin, le cachemire ou le poil de yack pour se réchauffer au sortir de l'eau.