Essai Jaguar XF

Une berline radicalement différente

En concevant la XF, Jaguar a décidé de frapper les esprits avec une berline dont la ligne favorise le coup de cœur avec un look sportif et élégant.

Voiture essayée
Type Jaguar XF
Motorisation 2.7 V6 Diesel 207 cv
Niveau de finition et catégorie Luxury (base)
Options
supplémentaires
installées
Phares Xénon
Système audio Jaguar 320 watts
Surtapis peluche
Démarrage mains-libres
Peinture métal
 Prix Modèle de base: 49.300 €
Véhicule essayé: 52.870 €
Conditions de l'essai
Essayeur Jean-Fi
Origine de la voiture Véhicule grâcieusement prêté par le concessionnaire Jaguar de Waterloo
Première mise en circ. Essai réalisé le 19 avril 2008 après-midi, temps gris et pluvieux, température de 14°, vent faible à modéré.
Conditions de l'essai 65 km parcourus sur autoroute, routes de campagne et nationales.

Habitabilité et esthétique
Les deux sorties d'échappement chromées, la calandre béante en nid d'abeille, le léger bossage du capot moteur et les feux arrière en amande, tout contribue à donner à la Jaguar XF une élégance indéniable et une agressivité de bon aloi.

L’intérieur de cette Jaguar est beau et confortable. Assis sur le siège, le dos est bien installé sur un cuir de bonne facture, le soutien lombaire et latéral est bon quoiqu'un peu mou. Je règle les rétroviseurs gauches et droits via les commandes placées sur l'accoudoir de portière. Je finis mon réglage de rétroviseur et, comme je m'y attendais vu la ligne de carrosserie, la visibilité arrière est quasi nulle, même chose en trois-quarts arrière et à peine mieux latéralement avec l'appuie-tête passager de grande taille en plein dans le champ de vision.

Sur la console centrale horizontale de la voiture, deux trappes en bois dissimulent 3 emplacements pour gobelet ou cannette. L'accoudoir central cache quant à lui un grand bac de rangement pour CD.
La partie verticale de la console centrale est relativement dépouillée et très sobre : un grand écran multimédia à commandes tactiles de 7 pouces de diagonale et en couleurs.
Sous l'écran, les commandes de verrouillage et déverrouillage, les feux de détresse, menu de l'ordinateur de bord et allumage de l'écran.
Pour finir cet état des lieux de la Jaguar XF, passons à l'arrière : l'espace offert est généreux, mais pas exceptionnel compte tenu du gabarit de la voiture. La place réservée aux jambes est moins importante que dans une S80, pourtant plus courte de 11 cm !

Le bloc V6 diesel de 2,7 litres de cylindrée dispose de 24 soupapes et développe une puissance de 207 cv grâce à ses deux turbocompresseurs. Le couple maximal de 435 Nm est atteint dès les 1.900 tpm.
Je place mon pied sur l'accélérateur et la voiture démarre doucement. Sur le premier rapport, il y a un léger retard avant l'accélération et puis c'est parti. Les rapports s'enchaînent discrètement, sans heurts et l'accélération est impressionnante. Par contre, les sensations sont faibles. Pas de coup de pied au cul, le moteur pousse de façon très homogène et linéaire, les 1.770 kg de la Jaguar XF sont propulsés facilement et dans un silence feutré.
Je continue à accélérer et le 200 Km/h est atteint très rapidement. Le V6 déborde d'énergie et de couple, les accélérations sont franches, mais les aides électroniques calibrées pour privilégier le confort sont un peu intrusives et les sensations fortement bridées.
Une accélération fluide et linéaire
Je décide de sélectionner le mode Sport. Pour ce faire, il faut tourner le sélecteur jusqu'au D, appuyer pour ensuite passer sur le S. La première est alors engagée. Je lâche le frein et plonge sur l'accélérateur et c'est parti immédiatement. Je monte à 3.500 tpm et j'actionne la palette droite pour monter les rapports. Les changements se font facilement et discrètement, aucun à-coup, l'accélération est linéaire et fluide. Les changements de rapports sont très rapides, mais les sensations de puissance et de vitesse sont toujours absentes. La Jaguar XF est décidément politiquement trop correcte. Je teste longuement les changements de rapport, la boîte séquentielle est un vrai régal.

J'ai parcouru avec cette Jaguar 65 kilomètres sur autoroute, nationales et routes de campagne en variant très souvent les rapports de boîte et en alternant souvent les freinages vifs et accélérations brutales. En rentrant chez le concessionnaire, l'ODB indiquait 10,2 litres au cent de consommation moyenne. Compte tenu du poids, de la puissance et de la cylindrée, je trouve cela assez raisonnable en fonction de l'usage que j'en ai fait. Jaguar annonce 7,5 de minimum en conduite mixte. Le réservoir de 69,5 litres devrait théoriquement permettre une autonomie de 900 km. C'est assez correct, sans plus.
Avec ma S80, je suis descendu récemment à 5,72 et dispose donc d'une autonomie de 1.560 km avec une voiture plus lourde de 200 kg et 37 cv de moins.

La finition Luxury offre un équipement ultra-complet comprenant la sellerie cuir avec les sièges avant chauffants et réglables électriquement, la climatisation bizone automatique, la boîte séquentielle avec commandes au volant, les jantes alu de 17 pouces, le système audio CD, toutes les vitres électriques, colonne de direction réglable électriquement, rétroviseurs électriques et rabattables…
De série, Jaguar propose un système audio de bonne qualité avec possibilité de choisir en option le système Jaguar 320 watts ou encore un système hautes performances 6 CD de 440 watts mis au point par la célèbre firme Bowers & Wilkins. Treize haut-parleurs et un caisson basse sont chargés de diffuser le son dans l'habitacle de la voiture.

De bons équipements de sécurité pour la Jaguar XF
La Jaguar XF dispose de l'ABS, DSC, contrôle de traction, assistance au freinage d'urgence et en courbes, 8 airbags dont les deux avant présentent un gonflage en deux phases, détecteurs d'assise. Les phares peuvent être adaptifs en option et le Cruise control peut se voir accoupler un système de maintien de distance. On trouve encore un système de détection d'angle mort (en option également) et un radar de parking avec bip sonore et assistance visuelle. Le système peut être complété en option par une caméra de recul en couleur.
Le sélecteur de mode Hiver permet également de contrôler la réponse de l'accélérateur. Les freins à disque équipent bien évidemment les 4 roues de la voiture et tous sont ventilés.

Avec la XF, Jaguar entame un virage important en proposant une berline radicalement différente des produits précédents. Finies les berlines bourgeoises et lourdes made in England et bonjour à l'élégance raffinée et sportive. Par rapport au confort et au tarif, la Jaguar XF est en concurrence directe avec la nouvelle Volvo S80 en proposant une ligne plus attractive et féline et un moteur à l'agrément exceptionnel. La nouvelle boîte automatique à commandes séquentielles est bluffante de facilité et de confort, l'habitabilité intérieure est très bonne et le confort général excellent.
Par rapport à ses autres concurrentes que sont la Mercedes CLS et l'Audi A5, la Jaguar XF propose un tarif très attractif et une qualité de finition à la hauteur de ses ambitions. La vieillissante BMW série 5 la surclasse encore en performances avec son 3 litres, mais sa ligne désuète devrait rapidement obliger BMW à réagir, d'autant que la CLS et l'A5 affichent toutes les deux une superbe ligne de coupé.

 Les plus  Les moins
– Ligne extérieure raffinée et sportive – Seuil de coffre trop haut
– Confort exemplaire – Pas de roue de secours avec la monte 17" de base.
– Insonorisation parfaite – Creux au démarrage en full automatique
– Rapport prix/équipement concurrentiel – Déverrouillage de boîte à gants difficile
– Boîte automatique séquentielle fabuleuse – Place aux jambes et garde au toit limitées à l'arrière pour une berline de cette taille
  – Comportement routier trop aseptisé

Article réalisé par notre partenaire PassionAutomobile.info
Vous pouvez réagir à cet essai sur le forum de Passion Automobile

Partager