[TEST] Faut-il acheter la Nintendo Switch ?

La nouvelle console hybride de Nintendo est-elle à la hauteur ?

--- Le ---

Après l'échec de la Wii U, Nintendo a dégainé sa nouvelle Switch. Voici notre test de ce joujou mi-console portable, mi-console de salon.

[TEST] Faut-il acheter la Nintendo Switch ?
DR ©
Ludovic Bonnet

Rédacteur en chef
Masculin.com
[Google+]

La console de la dernière chance pour Nintendo

Lorsque la Wii a débarqué sur le marché en 2006 (déjà !), Nintendo avait jeté un pavé dans la mare et révolutionné à sa façon le marché du jeu vidéo. L'objectif était le même avec la Wii U en 2012, hybride vidéoludique… qui n'a jamais réellement trouvé son public. 13 millions d'exemplaires écoulés en 5 ans et un échec important pour la firme japonaise.

Alors, forcément, quand Nintendo a annoncé la sortie d'une nouvelle console qui allait bouleverser nos habitudes, l'inquiétude se mêlait à l'excitation. La Switch marquerait-elle le retour en grâce de la marque qui a vu naître tant de consoles mythiques, de la NES à la Game Boy ? Ou, au contraire, signerait-elle la fin d'une époque et la victoire de Sony et Microsoft sur le marché des consoles de salon ?

Les premiers chiffres de vente ont dû être accueilli avec un immense soulagement chez Nintendo. Avec 1,5 million de Switch vendues en quelques jours seulement, ce démarrage est un véritable carton ! Alors, faut-il se laisser séduire par cette nouvelle console pas comme les autres ? La Nintendo Switch mérite-t-elle que vous déboursiez 300 euros ? Réponse dans ce test !

Premier contact avec la Switch

Au moment de l'unboxing – oui, je parle en mode YouTuber, et alors ? –, une première surprise : la taille de l'écran tactile : 6,2 pouces soit un peu moins de 16 centimètres. Il est petit et pourtant grand. Mais aussi très léger (300 grammes environ). Côté performance, cet écran affiche une résolution de 1280x720px, mais lorsqu'il est posé sur son dock, l'image affichée sur l'écran TV est bien en Full HD 1920x1080px.

Le dock, justement, accueille très simplement la console, qu'il suffit de glisser dans la rainure. Une trappe dissimule habilement les différents ports (HDMI, USB, secteur). Bref, au niveau de l'installation, difficile de faire plus simple !

Pour le reste, on trouve les deux Joy-Con, ces petites manettes qui peuvent s'utiliser librement en mode "console de salon", être raccordées au support de manette ou encore se "clipser" sur les côtés de l'écran pour transformer la Switch en console portable. Disponibles en version grise, ma Nintendo hérite pour sa part de Joy-Con en version "néon" bleu et rose. Sympa !
Puisque la Switch est une console hybride, ces contrôleurs peuvent aussi être associés à une dragonne, bien pratique pour les jeux à reconnaissance de mouvement – mais on y reviendra plus tard.

Avant même de jouer, un premier constat s'impose : la console est petite, ne prend pas beaucoup de place. Et niveau ergonomie, c'est une réussite, quelle que soit la façon de tenir la manette. Bref, voilà qui donne encore plus envie de passer aux jeux à proprement parler !


Un premier test avec Zelda

La première cartouche de jeu que j'insère dans ma console, c'est Zelda. Enfin "The Legend of Zelda: Breath of the Wild" pour être précis. Dans ce nouveau volet, Link se réveille après un sommeil de 100 ans au royaume d'Hyrule. Ayant perdu la mémoire, il devra parcourir ces terres immenses pour vaincre le démon Ganon.

Immédiatement, le charme opère. Le graphisme, typique des jeux Nintendo et de la série Zelda, penche plus du côté "cartoonesque" que réaliste. Loin d'être un handicap, cela permet de s'immerger pleinement dans le monde fantastique d'Hyrule. Fantastique et gigantesque. Jamais, je n'avais eu l'occasion de parcourir un univers aussi ouvert. Les créateurs du jeu ont fait la part belle à l'exploration et il faudra des dizaines et des dizaines d'heures avant d'avoir parcouru tous les recoins du royaume.

Cet aspect aventureux et les différentes missions à accomplir relèguent les combats au second plan. Là encore, pas de quoi pénaliser ce Zelda. Magique, onirique, magnifique... Les rimes et les qualificatifs manquent. Mais pour résumer, The Legend of Zelda: Breath of the Wild justifie à lui seul l'achat de la Switch. Oui, carrément !



The Legend of Zelda: Breath of the Wild sur Nintendo Switch


Gameplay de The Legend of Zelda: Breath of the Wild


Screenshot de The Legend of Zelda: Breath of the Wild

1,2 Switch : le côté obscur

Difficile de passer à un autre jeu après cette première découverte. La boîte de 1,2 Switch m'attend pourtant là, sur le coin de la table. Au programme, 28 mini-activités censées permettre de s'éclater entre amis ou en familles. Un peu comme avec Wii Sports ou Nintendo Land par exemple. Vous pourrez ainsi vous battre à l'épée, jouer au base-ball ou faire de la boxe. Mais aussi, dans un registre plus insolite, traire une vache, vous raser la barbe, manger un sandwich ou faire de l'air guitar.

Sur le papier, l'expérience paraît géniale. Les activités proposées sont variées et originales et les Joy-Con peuvent être utilisés de multiples manières (à la main, posées sur la table, près de la bouche...), démontrant le potentiel de la console.
Oui, mais voilà : de nombreux mini-jeux se ressemblent (Parade à Deux Mains vs Duel à l'Epée et Duel au Far West vs Imbroglio au Far West notamment) et les autres sont parfois très approximatifs dans la reconnaissance des mouvements (Base-ball, Tournez Manettes…). Certains tirent leur épingle du jeu (Course au Drapeau, Coffre au Trésor...), mais leur durée de vie est extrêmement limitée.

S'il peut effectivement être drôle entre amis (et surtout pour les enfants), 1,2 Switch souffre de quelques défauts importants. Le principal est sans doute son prix : 44,90 euros... soit presque autant que Zelda. "Un peu" cher pour un jeu qui aurait surtout mérité d'être vendu avec la console.



Epreuve de rasage sur 1,2 Switch


Traire une vache sur 1,2 Switch


Manger un sandwich sur 1,2 Switch

En résumé : mon avis sur la Nintendo Switch

Une nouvelle fois, Nintendo a décidé de jouer dans un registre bien différent de Microsoft avec sa Xbox One et Sony avec sa PS4. La Switch mise sur un côté ludique, fun et hybride pour séduire le public. De ce point de vue, aucun doute à avoir : c'est une réussite !

La nouvelle console de Nintendo est aussi agréable à utiliser en mode portable qu'en console de salon. Seule ombre au tableau : des problèmes récurrents de déconnexion avec le Joy-Con gauche, mais Nintendo semble avoir trouvé l'origine de ce souci.
Polyvalente, la Switch bénéficie en outre d'un design très sympa et son prix (299 euros) est plus qu'honnête.

Pour l'heure, le plus gros atout de la console tient en un mot : Zelda. Comme je l'ai dit plus haut, ce jeu justifie à lui seul l'achat de la Switch. Et quand on sait que Mario Kart 8 DeLuxe est attendu le 28 avril 2017 et Super Mario Odyssey un peu plus tard dans l'année, on peut penser que Nintendo a toutes les cartes en main pour faire de son joujou un énorme succès.



A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS