The Americans : une série qui rend parano… et accro ?

Espionnage, tensions, Guerre Froide : un cocktail détonnant !

C’est à l’été 2012 que la série The Americans a commencé à faire parler d’elle. Le nouveau bébé de la chaine câblée FX a su faire monter la pression en dévoilant ses informations au compte-gouttes. La présence au casting de Matthew Rhys (découvert dans Brothers and Sisters) et de la belle Keri Russell (notamment vue dans Felicity et Scrubs) a aussi contribué à ce buzz positif.

Un premier épisode prometteur

Faire le buzz avant sa sortie, c’est bien, mais confirmer les espoirs, c’est mieux. Mission accomplie à ce jour, puisque The Americans a attiré plus de 4,7 millions de téléspectateurs américains pour son premier épisode, se payant notamment le luxe de devancer Sons of Anarchy et American Horror Story, deux séries phares de la chaine FX.

The Americans, c’est quoi ?

Maintenant que l’on vous a aussi mis l’eau à la bouche (enfin, on l’espère), peut-être serait-il judicieux de rentrer davantage dans le détail. The Americans, ça a l’air bien, mais c’est quoi au juste ? Cette série historique nous plonge donc en pleine Guerre Froide, en 1980, juste après l’élection de Ronald Reagan. Matthew Rhys et Keri Russell campent Philip et Elizabeth Jennings, deux espions du KGB installés dans la banlieue de Washington. Pour se fondre dans la masse et s’intégrer à la vie américaine, ils n’ont pas hésité à arranger leur mariage et à élever deux enfants qui ignorent tout de leur véritable identité.

Mais tout ceci se complique un peu plus quand un nouveau voisin s’installe et n’est autre qu’un agent du FBI. Si on ajoute à cela les doutes de Philip et son « américanisation » croissante, on tient dans The Americans une série tendue où la psychologie des personnages joue un rôle primordial – ce qui n’est pas sans rappeler Homeland. Très prometteuse après ce premier épisode, on attendra toutefois la suite de cette saison 1 avant de crier au génie. Pour l’heure, sachez tout de même que The Americans est une série à garder dans un coin de votre tête et dont vous pourriez bien entendre parler dans les mois à venir.

Partager