Thierry
Il y a 7 mois

Coït interrompu ou spermicide : que choisir ?

Le coït interrompu et le spermicide sont des moyens de contraception, avec chacun ses avantages et inconvénients. Il importe de bien les appréhender.

Le coït interrompu ou retrait

Aussi vieux que le monde, le coït interrompu est une méthode qui consiste pour vous messieurs à vous retirer du vagin de votre partenaire lorsque vous sentez votre éjaculation proche.

L’objectif du coït interrompu est que le sperme ne se dépose pas dans l’organe génital de votre partenaire. Lorsque vous n’éjaculez pas dans le vagin, ou à son entrée, il n’y pas de risque de grossesse, étant donné que les spermatozoïdes n’entrent pas dans l’utérus.

Cependant, de la théorie à la pratique, le chemin est long ! Si sa définition paraît très simple, il faut admettre que dans la pratique, l’application de la méthode du retrait n’est pas toujours évidente. Bien au contraire.

Vous conviendrez que chez le genre masculin, le moment de l’éjaculation est synonyme d’un plaisir intense. Se retirer à ce moment précis n’est pas toujours chose aisée, même quand l’on est entièrement convaincu de la nécessité du geste. Vous devez impérativement vous retirer à ce moment, si vous ne souhaitez pas prendre le risque de féconder votre partenaire, mais cela équivaut hélas à vous soustraire à un plaisir imminent.

Considéré comme une méthode de contraception naturelle, le coït interrompu ou retrait n’est ainsi pas sans risque, même s’il présente ses nombreux avantages évidemment. De même, son efficacité est largement discutable.

Les avantages et inconvénients du retrait

Le principal avantage du coït interrompu est qu’il est une méthode gratuite. Il ne nécessite aucune prescription médicale et sa mise en œuvre ne dépend que de vous. Aussi, c’est une méthode de contraception naturelle à laquelle vous pouvez avoir recours si vous n’avez pas autre alternative.

Dans la plupart des cas, les couples y ont recours lorsque naît une envie soudaine de faire l’amour, dans des conditions inhabituelles où faire un tour à la pharmacie pour prendre des préservatifs n’est pas souvent la première idée, vu la fougue qui anime les deux partenaires à cet instant précis. Vous imaginez bien de quoi il s’agit. Bref !

À cela, il faut ajouter le fait qu’en amont du retrait, les sensations que vous vivez sont assez fortes et vous procurent à vous et à votre conjointe un réel plaisir. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains couples préfèrent la méthode du coït interrompu à celle des préservatifs, qui diminueraient la sensation de plaisir. La question reste subjective cependant.

Au nombre des inconvénients majeurs du coït interrompu, il faut citer le fait qu’il ne protège pas contre les infections sexuellement transmissibles. Le fait de vous retirer n’exclut pas la possibilité que vous puissiez contracter une infection, ou une MST, si votre partenaire en était atteinte. Le risque va dans les deux sens, étant donné que vous pouvez également l’infecter.

Aussi faut-il considérer le fait que le coït interrompu n’exclut pas une éventuelle grossesse. Cela pose le problème de son efficacité et de sa fiabilité. Le taux d’échec du retrait est assez important ; il est estimé à environ 78%. Un taux à l’évidence trop élevé pour prétendre éviter une grossesse. Les chances de succès du retrait dépendent en réalité de votre expérience et de votre maturité, de votre capacité à vous retirer au moment qu’il faut.

De fait, le coït interrompu demande une grande maîtrise de votre part et une parfaite connaissance de votre corps. Vous devez pouvoir sentir l’éjaculation et vous retirer à temps, pour éviter tout contact entre les spermatozoïdes et le vagin.

A noter également qu’un autre facteur explique le risque important lié à la méthode du retrait. Contrairement à ce que vous pourriez imaginer, le liquide pré-séminal contient des spermatozoïdes en quantité suffisante pour provoquer une grossesse. C’est pourquoi des partenaires s’étonnent parfois de voir la femme enceinte, alors qu’ils pensent avoir bien pratiqué le coït interrompu. Face à cette difficulté de pouvoir se retirer à temps, certains couples optent pour les spermicides.

Les spermicides et leurs différentes formes

Les spermicides sont des contraceptifs sans hormones, qui rendent les spermatozoïdes inactifs et empêchent donc l’ovulation. Ils existent sous forme de gels, d’ovules, de comprimés, de tampons, d’éponges ou de suppositoires. Ils sont une option envisageable si vous n’êtes adepte ni des préservatifs, ni du coït interrompu. Vous avez le choix, comme vous l’aurez compris entre plusieurs types de spermicides.

Sous forme de gels ou de crème, les spermicides s’appliquent au doigt sur la paroi vaginale, avant le rapport sexuel, de manière à bien recouvrir le col de l’utérus. Votre partenaire peut le faire elle-même, ou avec votre aide.

Dans tous les cas, prenez le soin de bien vous laver les mains, avant de procéder à l’application. Idéalement, elle doit rester allongée, debout, ou les jambes en équerre. Leur durée d’action est de 8 à 10 heures. Mais il est conseillé de renouveler l’application avant chaque nouvelle pénétration.

Quant aux ovules ou suppositoires, ils doivent être profondément introduits dans le vagin, environ 10 minutes avant que vous ne passiez à l’acte. Ils se dissolvent dans le vagin de votre conjointe sous l’effet de la chaleur et protègent contre les grossesses non-désirées.

Efficacité, avantages et inconvénients des spermicides

Les spermicides, malgré leurs diverses déclinaisons, ont un taux d’efficacité de 82% lorsqu’ils sont utilisés seuls et comme il se doit. Ils ont l’avantage d’être simples à utiliser et ne nécessitent pas de prescription médicale, étant disponibles en pharmacie. Votre partenaire peut faire l’option du spermicide de son choix, particulièrement si une contraception orale ou la pose d’un DIU lui a été interdite, au cours de la préménopause ou après une interruption de grossesse. Les spermicides n’irritent pas la paroi vaginale, à moins que vous les utilisiez plusieurs fois dans la journée.

L’inconvénient des spermicides reste leur efficacité qui est de l’ordre de 82% ; pas suffisant, il faut l’admettre. Aussi, ils imposent également que votre partenaire ne puisse pas prendre de douche pendant la période où ils sont appliqués. Au-revoir les petits jeux dans la baignoire ou l’acte de retour (sorte de levrette debout) contre les murs de la douche ! En outre, les spermicides ne protègent pas contre les MST, et certains d’entre eux peuvent être salissants pendant le rapport sexuel.

Alors, coït ou spermicide ? À vous de voir, selon ce que vous venez de lire. Désolé de ne pas vous aider plus que ça ! Cela dit, on vous a quand-même fourni le nécessaire pour que vous puissiez vous faire votre propre réponse en ce qui concerne la meilleure option entre les spermicides et le coït interrompu.

Au besoin, parlez-en avec votre partenaire et assurez-vous que vous avez une bonne connaissance mutuelle de vos organismes.

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error
Thierry

High-tech ? Lifestyle ? Famille ou Sexualité ? Toutes vos soifs d’informations et de connaissances peuvent être étanchées à la source de ma plume. Par Masculin.com, mon univers s’ouvre à vous !