[ESSAI AUTO] Nouveau Renault Kadjar : quoi de neuf, docteur ?

Un restylage aussi discret que bienvenu pour le 3ème SUV le plus vendu en France

--- Le ---

En ce début 2019, Renault opère une grosse mise à jour de sa gamme. Outre la Clio 5 et la nouvelle Twingo, le Kadjar a lui aussi droit à son restylage.

[ESSAI AUTO] Nouveau Renault Kadjar : quoi de neuf, docteur ?
LB ©
Ludovic Bonnet

Rédacteur en chef
Masculin.com

Derrière les intouchables Peugeot 3008 et Dacia Duster, le Renault Kadjar essaie, tant bien que mal, de tirer son épingle du jeu. Et avec quelque 27 000 exemplaires écoulés en 2018, il s'en sort avec les honneurs, sur la troisième marche du podium. Mais sur un secteur aussi concurrentiel que celui des SUV du segment C (les compacts, donc), impossible pour Renault de se reposer sur ses acquis. Le constructeur se devait donc d'offrir un petit lifting à son Kadjar.

J'ai pu prendre le volant de cette phase 2 le temps d'un week-end, dans une rutilante finition Black Edition de 160 chevaux. Alors, le nouveau Kadjar fait-il mieux que l'ancien ? Réponse dans cet essai.

Kadjar vs Nouveau Kadjar : le jeu des 7 différences

En arrivant sur le parking de la concession Renault Lyon Sud pour récupérer mon nouveau compagnon, je m'interroge sur les nouveautés apportées par le constructeur à son SUV restylé. Et ça tombe bien : mon nouveau Kadjar est garé juste à côté d'un modèle d'ancienne génération.

Et autant le dire tout de suite, les différences ne sautent pas aux yeux. Je remarque quand même que les optiques ont été redessinées, avec un nouvel éclairage à LED et des feux anti-brouillard cerclés de chrome, plus modernes. Le constat vaut aussi bien à l'avant qu'à l'arrière.

Pour le reste, les dimensions restent les mêmes avec 4m49 de long, 1m84 de large 1m61 de haut. Le tout pour un poids de 1,4 tonne environ.

A l'intérieur, les changements sont aussi minimes, même si l'on remarque vite le nouvel écran de 7 pouces, bien intégré à la console centrale, et les nouveaux boutons de ventilation. Même si la planche de bord garde le même esprit que sur la précédente mouture (avec la fameuse poignée de maintien pour le passager), le relooking opéré procure un rendu plus moderne. Un bon point.

Le Kadjar, c'est mieux en Black Edition ?

Puisque l'écran tactile reste la pièce centrale de la console, précisons d'emblée que celui-ci n'est pas présent de série en entrée de gamme (version Life). Mais pour la Black Edition qui a été mise à ma disposition pour cet essai, il est bien là... et il n'est pas seul !

Contrairement à ce que le nom laisse indiquer, mon nouveau Kadjar se pare ici d'une jolie carrosserie "rouge flamme". Le noir parvient tout de même à s'inviter sur les coques de rétroviseurs et les très jolies jantes alliage 19''.

A l'intérieur, on comprend rapidement pourquoi la Black Edition s'appelle ainsi. De la sellerie Alcantara au ciel de toit en passant par la majorité des plastiques, tout est noir. Des surpiqûres rouges viennent égayer l'ensemble, qui dégage une atmosphère très cosy.

Au-delà du look, ce niveau de finition voit le nouveau Kadjar bénéficier de sièges avant chauffants et de réglages électriques... pour le conducteur seulement. La reconnaissance des panneaux de signalisation, le freinage actif d'urgence, la caméra de recul, la climatisation bi-zone, le régulateur-limiteur de vitesse ou encore le système audio Bose sont aussi de la partie. Rien de très exotique, certes, mais le minimum syndical est là.

Une voiture qui incite à une conduite zen

Pour cet essai, je dispose d'un moteur essence TCe EDC FAP de 160 chevaux. Les performances annoncées par Renault promettent un passage de 0 à 100km/h en 9,3 secondes pour une vitesse de pointe de 210km/h. Dans les faits, je constate rapidement que ce Kadjar n'est pas une foudre de guerre mais une voiture qui respire la sérénité. Un SUV qui dit à son conducteur de savoir prendre son temps, de profiter du confort des sièges et de ne pas toujours chercher la performance ! Et finalement, c'est loin d'être désagréable.

Très à l'aise en ville, le nouveau Kadjar sait aussi s'exprimer sur les routes de campagnes et faire parler sa puissance quand on lui demande (la reprise 80-120km/h se fait en 6,9 secondes). Autant dire que les dépassements ne sont pas un problème pour lui.

Côté consommation, quand la firme au losange promet 5,6l/100km en cycle mixte, on s'approche davantage des 8l dans la réalité. Mais ce chiffre tombe sous les 6l sans problème lors d'un trajet sur autoroute.
Au moment de couper le contact, l'écran central affiche un "éco score" de votre conduite, donnant quelques conseils pour l'améliorer à l'avenir : avoir le pied plus doux sur l'accélérateur, mieux anticiper ses freinages. Pas indispensable, certes, mais ludique et sympathique !

En résumé : mon avis sur le nouveau Renault Kadjar

Après 3 jours passés au volant de ce nouveau Kadjar et plusieurs centaines de kilomètres parcourus, j'hésite entre le verre à moitié plein ou à moitié vide pour évoquer cette voiture.

Clairement, les changements esthétiques apportés au SUV français sont aussi discrets que bienvenus : à l'oeil, le nouveau Kadjar est résolument plus moderne et la Black Edition dont j'ai pu disposer est très belle.
A défaut d'être un monstre de puissance, cette version de 160 chevaux offre des reprises incisives et se montre à l'aise sur tous les terrains – du moins sur tous les types de route, puisque la version 4x4 n'est disponible que sur le Blue dCi 150. Toujours conçu sur la même plateforme que le Nissan Qashqai, il bénéficie d'une belle tenue de route et obéit sans broncher. Dommage que les jantes 19 pouces nuisent légèrement au confort.

En revanche, quelques points noirs viennent ternir le tableau, notamment le système multimédia R-LINK 2 qui a fait son temps, avec un écran tactile qui n'offre pas la meilleure réactivité (sans parler des cartographies GPS qui ne sont pas à jour). Le volume de coffre, quant à lui, qui varie entre 472 et 1478l (avec la banquette rabattue), est honnête et le plancher plat s'avère bien pratique.

Enfin, impossible de terminer cet article sans évoquer le prix. Proposé à partir de 26 200 euros, le nouveau Kadjar découvert dans cet essai (1,3 TCe 160 FAP EDC Black Edition) est lui vendu à 36 100 euros (+253€ de malus écologique). C'est un petit peu moins que le Peugeot 3008 (à partir de 27 000 euros) mais évidemment plus que l'intouchable Dacia Duster ou encore que le nouveau venu Citroën C5 Aircross (à partir de 24 700 euros). En d'autres termes, ce Kadjar 2019 va difficilement pouvoir rattraper son retard sur les deux leaders du segment mais se pose comme une alternative valable pour quiconque cherche un SUV polyvalent et confortable.

Thèmes connexes : essai auto-moto renault SUV
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES