Mitsubishi Eclipse Cross : il n'a pas froid aux yeux

Le SUV de Mitsubishi a plus d’une corde à son arc

--- Le ---

Le constructeur japonais a réussi son entrée dans l’univers du SUV coupé avec un véhicule doué sur route…et sur neige !

Mitsubishi Eclipse Cross : il n'a pas froid aux yeux
La Rédac' Masculin
La Rédac' Masculin
Experts en optimisation masculine


Début 2010, avec l’ASX, Mitsubishi avait été un des premiers arrivants sur le secteur des SUV compacts. A l’époque, ce modèle avait même été un atout précieux pour PSA qui le déclinait en Peugeot 4008 et en Citroën C4 Aircross. Mais depuis de l’eau a coulé sous les ponts, chaque groupe a repris l’exclusivité de ses plates-formes, et les gammes ont évolué.

 

Mitsubishi avait besoin d’un engin fun pour conquérir une clientèle plus jeune et citadine, et c’est avec le SUV coupé Eclipse Cross que le japonais est arrivé dans la bataille. Le succès a été au rendez-vous avec plus de 80 000 ventes depuis son lancement, dont plus de 33 000 en Europe lors de l’année 2018. Et sur notre continent aux routes et climats variés, le modèle peut compter sur un atout de poids que n’offre pas toujours ses concurrents, à savoir une transmission 4 roues motrices bénéficiant de la technologie « maison » appelée S-AWC.

Derrière cet sigle se cache le système « Super All Wheel Control », né pour ses premières versions en 1987, et directement hérité de la compétition où Mitsubishi a fait ses preuves. De la Galant VR4 à la célèbre Lancer Evolution (4 titres pilotes en WRC en 1996, 1997, 1998, et 1999), les développements effectués en sports mécaniques ont toujours bénéficié aux modèles grand public.

 

 

 

Ce n’est pas pour rien que l’on croise régulièrement des Mitsubishi sur les routes enneigées de montagne. Le couple, régulé selon les situations entre l’avant et l’arrière, ainsi que la gauche et la droite assure une bonne motricité en toutes conditions. Les informations telles l’angle de braquage, la force de freinage, la vitesse des roues, ou encore le contrôle actif du lacet participent au travail du S-AWC. Cependant c’est la promesse de bien des systèmes. C’est pourquoi il nous a été proposé de tester cela en conditions… extrêmes. Et pour cela, rien de mieux qu’un lac gelé !

 

 

Bienvenue en Norvège, à proximité de Dagali. Ici, être à -10° en hiver est le minimum. Mais nous n’avons pas le temps de sentir le froid bout des doigts. Nous sommes accueilli par une Lancer Evo X aux mains du pilote finlandais Jari Ketomaa qui fait le show dans le grand froid. Il y a comme un message dans ce spectacle disant « voila ce que je peux faire, et vous ? ».

Autant le dire, pour la bonne santé des autos, la réponse est « beaucoup moins ! ». Notre intérêt est avant tout de découvrir de quoi est capable l’Eclipse Cross, voiture familiale, en conditions difficiles. La neige tombe finement sur le lac, et avec nos pneus cloutés, les premiers tours de roues mettent en confiance. On ne roule certes pas comme sur une route normale, on anticipe les freinages, la direction fait preuve d’une petite latence mais globalement, on amène la voiture exactement où on veut. On peut alors prendre confiance, hausser un peu la vitesse, et se faire plaisir.

 

 

 

Sous les roues, la neige fond désormais passage après passage. Mais l’adhérence reste de très bonne qualité, et le système S-AWC fait son office. Avec la petite famille à l’arrière sur les routes menant à la station de ski, le touriste citadin découvrant la neige se sentira en sécurité, et c’est avant tout ce que l’on demande à un tel véhicule.

 

 

 

Cependant Mitsubishi a des gènes sportifs, et la marque a tout de même prévu de pouvoir rendre la voiture joueuse. Un bouton magique permet de déconnecter l’ASC (Active Stability Control, ou plus simplement l’ESP de Mitsubishi) et là, à vous de montrer votre savoir faire ! La voiture glisse beaucoup plus, et il faut vraiment anticiper ses trajectoires. Pas question de regarder le bout du capot, il faut avoir le regard au loin, tourner le volant et attendre que l’auto suive la direction. C’est fun, et les conditions nous permettent de nous amuser. Attention tout de même au mur de glace qui n’est jamais aussi loin qu’il n’en a l’air, certains se font alors des frayeur !

 

 

 

Après ces tours en milieu inhabituel, nous partons essayer l’Eclipse Cross sur les routes locales. Ne pensez pas qu’il s’agit d’une partie de plaisir car dans ces lieux où on peut compter sur les doigts d’une main le nombre de voiture circulant en 1h, il n’est pas rare de ne même plus voir le tracé de la route ! Mais dans notre Mitsubishi rouge sur le grand blanc, rien ne fout le camp !

 

On a parfois peur de rester bloqué dans un monticule neigeux, mais l’auto sait nous amener à destination dans un paysage féerique, mais néanmoins hostile aux citadins. On se remémore alors ces instants où, en hiver, les informations montrent des « naufragés de la route » quand 2mm de neige recouvre le sol français, et on considère cela comme un simple jeu d’enfant, alors que l’on joue actuellement en milieu professionnel.


Pour finir, signalons que la marque ne s’endort pas sur ses lauriers, et que l’Eclipse Cross connait quelques évolutions en 2019 avec de nouvelles jantes alliage bi-ton 16’’, un contrôle actif du lacet (AYC) pour les versions 2WD, un système télématique embarqué nommé « Mitsubishi Connect », et une nouvelle motorisation diesel avec boite automatique à 8 rapports, et bien sûr le système 4 roues motrices S-AWC. Autant dire que le SUV japonais compte bien continuer à jouer les trouble-fête dans un marché désormais incontournable.

 

 

Thèmes connexes : mitsubishi essai auto-moto
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES