Aucun homme ni Dieu : le dénouement expliqué

Découvrez les clefs pour comprendre l’intrigue du film diffusé sur Netflix

Le film réalisé par Jeremy Saulnier a étonné plus d’un téléspectateur. La fin se conclut sans avoir fait la lumière sur le mystère planant sur la petite ville isolée aux confins de l’Alaska. Pourtant le livre dont est tirée l’intrigue du film contient tous les éléments nécessaires à une meilleure compréhension du scénario. Avertissement : la suite de cet article vous dévoile la fin du film.

Une histoire glaçante dans un univers glacé

Russell Core, interprété par Jeffrey Wright, est un romancier spécialisé dans l’étude des loups. Il reçoit un appel à l’aide de Medora Sloane incarnée par Riley Keough. Cette jeune femme souhaite que Russell Core enquête sur la disparition de son fils probablement tué par un loup.

Actuellement dans le petit village isolé de l’Alaska, les loups seraient déjà responsables de la mort de trois enfants. Core espère grâce à cette recherche épineuse renouer le contact avec sa fille mais la situation se complique avec le retour du mari de Medora Sloane. Vernon, joué par Alexander Skarsgard revient blessé après avoir combattu au Moyen-Orient.

Un scénario tiré du roman « Hold the Dark »

Jeremy Saulnier a adapté le thriller de William Giraldi paru aux Editions « Autrement » en 2015. Le réalisateur a parfaitement su recréer l’atmosphère particulièrement angoissante et pesante imaginée par le jeune romancier américain. Toutefois de nombreux spectateurs ont été étonnés voire déçus par le dénouement. Attention spoilers. La fin du film nous révèle que la mère du garçon a tué son propre enfant et son mari décide de pardonner ce geste inqualifiable et ensemble ils partent vers une contrée encore plus éloignée des hommes.

Les éléments indispensables pour mieux comprendre le dénouement

Jeremy Saulnier a omis dans son film des détails du roman primordiaux pour saisir l’ensemble de l’intrigue. Ainsi, le réalisateur ne fait jamais état de manière explicite du lien de parenté entre les deux époux victimes de la disparition tragique de leur fils. Les parents du jeune garçon porté disparu sont jumeaux et leur amour incestueux a conduit à la naissance d’un enfant illégitime. Cet élément de l’intrigue est indispensable pour cerner le lourd secret que partagent les deux époux.

Ce secret familial, connu par certains habitants du village explique l’attitude très ambivalente des voisins à leur égard. La jeune femme aurait commis l’irréparable pour être mieux acceptée dans sa communauté où de nombreuses familles ont déjà perdu un enfant emportés par des loups. Dans le roman écrit par William Giraldi, la mère est à nouveau enceinte ce qui pourrait expliquer l’indulgence d’Alexander Skarsgard vis-à-vis de sa femme infanticide.

Une métaphore de la bestialité

Tout au long du film, l’ambiguïté est omniprésente. Le réalisateur fait régulièrement le parallèle entre la meute de loups et les habitants du village. Cette ambivalence amène souvent le spectateur à s’interroger sur la véritable nature des villageois et l’esprit des loups-garous semble planer sur ce lieu si énigmatique et reculé de la civilisation.

Suite au visionnage d’« Aucun homme ni Dieu » diffusé sur Netflix, de nombreux spectateurs ont souligné l’esthétisme des images, un excellent jeu d’acteur mais ont été frustrés par une fin qui ne lève pas le voile sur le mystère entourant la mort du jeune garçon. La lecture du roman dont est tirée l’histoire du film peut aider à une meilleure compréhension de ce thriller à voir… ou à revoir.

Partager