Levante Trofeo et GTS : armes Maserati

580ch pour le Levante le plus puissant de l’histoire…

Au salon de l’auto de Genève 19 le Trofeo a officiellement été commercialisé. Direction Maserati à Modène pour faire connaissance de 2 versions sportives.

On l’attendait depuis le mois de mars, alors autant dire qu’a la descente de l’avion l’excitation est à son paroxysme! Chez Masculin.com on connaissait bien un certain Levante de 430ch , mais  cette fois-ci  nous partons à la découverte de deux vraies nouveautés : GTS (530ch) et Trofeo (580ch).

Deux variantes totalement radicales, boostées par des V8 Ferrari et qui n’arrivent pas totalement au hasard.

En effet, l’accouplement entre un Levante et un V8 Bi-turbo remonte aux prémices du modèle, avant même sa commercialisation en 2016 où, les ingénieurs testaient déjà les limites de la plate-forme du SUV avec de gros moteurs.

Un Levante qui cache bien son jeu

Mise en bouche Modénaise, le briefing qui a lieu dans les locaux de marque, non loin du musée Ferrari nous maintien en haleine. Dans le showroom un Trofeo et un GTS prennent la pose. Rapidement, nous nous amusons à jouer au jeu des différences au moment où nos yeux croisent le légendaire logo « Saetta Trofeo », signe distinctif le plus évident. Nous nous remémorons avec nostalgie ce Trofeo Genevois « Launch Edition » qui, dans son costume Blu Emozione, marqua le temps d’un salon nos esprits.

Reflet de la patte Maserati chaque version conserve un design élégant, sans lourdeur mais presque trop discret pour certains.

En effet, la différence est subtile mais quelques détails subsistent notamment sur la partie inférieure avant du carénage (prises d’air latérales), mais aussi au niveau de pare-choc arrière. En effet, alors que les deux SUV transalpins sont habillés de touches de carbone, l’un propose un méchant échappement anthracite alors que le second conserve davantage de sobriété.

Bref, il nous tarde d’être au lendemain…

Il est 8h quand la Piazza Grande se réveille au son des 3,8l V8  Bi-turbo. Un joli dégradé de couleurs qui s’étend du blanc au bleu illumine soudainement le berceau automobile. Juste le temps pour quelques clichés histoire d’immortaliser l’instant et nous nous hissons dans un intérieur raffiné et sportif à la fois. De l’alcantara sur les montants verticaux, un effet carbone en relief de bon goût, un système audio Harmann Kardon mais surtout des sièges rouges en cuir « Pieno Fiore » pleine fleur soigneusement siglés Trofeo.


Le V8 Bi-turbo de 580ch chante alors dans les ruelles de la ville qui, depuis quelques jours connaît bien la chanson.

On effleure la pédale de l’accélérateur pour s’insérer sur une voie rapide. Aussitôt l’engin de 2,1 tonnes réagit, monte dans les tours et se propulse à plus de 100km/h en moins de 4sec. Vu de l’intérieur, les deux grosses prises d’air (signe distinctif Trofeo) impressionnent et pourraient laissent imaginer que la bête, vivante, respire fort fort.

Bestial Trofeo


Avant d’essayer le plus puissant des Levante sur de petites routes tortueuses d’Emilie Romagne, nous prenons la direction de l’aéro club de Modene ; une petite surprise maison totalement fun qui nous permet d’exprimer librement la touche « Trofeo ».

Pour nous, c’est surtout l’occasion de percevoir au travers de cette série de Launch Control l’excellent travail des ingénieurs.

Bien alignés, en bout de tarmac nous activons le mode « Corsa » qui reste unique au modèle. Lançons la procédure de Launch Control  tout en conservant une vive pression du pied gauche sur la pédale de frein. La voiture s’abaisse alors de 35 mm. Les turbos prennent des Bars…. Zone verte! Nous écrasons sans réfléchir l’accélérateur. L’aiguille des tours/minutes frôle les 3000, le moteur rugit et d’un coup relâchons le frein.

Les roues de 22’’ en aluminium forgé sont comme collées au tarmac de l’aérodrome : le système de transmission intégrale Q4 gère parfaitement la puissance.

La poussée est fulgurante pour un SUV ! Le couple de 73 mètre-kilo emporte franchement la voiture, tandis que les rapports de la ZF 8 s’enchaînent sans la moindre rupture de charge. Impressionnés, on prend tellement de plaisir qu’on recommence l’expérience encore et encore…


Fini les pistes d’avion et les pointes à 300km/h, bienvenue à notre Trofeo sur des routes escarpées… Evidemment nous conservons ce fameux mode Corsa. Mode dont notre modèle est le seul héritier et qui le transforme en une espèce de bête féroce qui nous amuse beaucoup. Notre allure est vive sur ce revêtement irrégulier, aussi nous constatons que  la compression des suspensions est particulièrement efficace (rigide) et le débattement plutôt souple pour ce type véhicule. Vous l’aurez compris : La vie à bord est confortable et sereine notamment grâce à un système de suspension intégré IVC qui limite efficacement le sous-virage et rend ce gros gabarit maniable.

Pour exploiter encore un peu plus la rigidité du châssis de ce Levante énervé, nous choisissons de passer nous même les rapports. Deux virages, le temps de retenir que les palettes en acier sont fixes et c’est parti ! Telle une bombe, ce mangeur de bitume part brutalement à peine après avoir effleuré l’accélérateur.  Le freinage et lui aussi violent (AV :étriers alu 6 pistons sur disques perforés 380mm AR : étriers flottants disques ventilés perforés en alu  330mmx22mm) mais attention tout de même car la voiture est lourde…

Docile GTS


On continue notre route et à mi-parcours prenons le volant du GTS qui développe 50ch de moins que notre précédent modèle et propose des montes de 20’’. Le mode Corsa réservé au Trofeo nous oblige à rester dans le mode « Sport » soit, le plus sportif proposé.

Avant même de prendre la route, on se demandait tout de même l’utilité d’avoir deux versions aussi proches. Réponse simple : essayer !

Si visuellement les différences sont infimes, il est évident que les sensations en sont tout autre.

De la douceur, du jeu, du dynamisme et de la performance …

Malgré l’absence de sièges baquets cela reste un réel bonheur ! Le pilote ressent vivre l’animal qu’il tient entre ses mains sans avoir à le dompter. Le freinage est aussi efficace que sur le Trofeo. En mode automatique la boîte de vitesses, réactive, est toujours sur le bon rapport. Rien que pour le plaisir on passe en « manuel ». Agile, l’auto s’enroule autour des virages, glisse et se récupère tellement bien qu’on se croirait dans une vraie GT !

Bien que confidentielle, Maserati cette marque historiquement audacieuse a, une fois de plus bousculé ses codes en nous donnant RDV dans une proche carrière.

Suite à notre dernier essai dans le Perche on savait notre luxueux SUV un tantinet baroudeur. Après avoir franchi des pentes boueuses presque verticales et mis dans le réelles difficultés Off-Road notre Levante GTS plus aucun doute : même si peu s’y risqueront, cet élégant SUV reste un réel franchisseur !

100% Maserati, 100% Levante et 100% italien !

Maserati nous a démontré tout son savoir faire technologique au travers des ces  versions les plus puissantes. Du caractère et deux personnalités bien marquées forgés au fil de l’histoire. Dès ses débuts en compétition automobile, la marque au Trident symbole d’exclusivité et de confidentialité a su, à sa façon, marquer les esprits. Une recette magique qui allie savoir-faire et audace.


C’est à cette image que les Levante GTS et Trofeo ont été façonné. Autant d’émotions que de performance qui, abstraction faite du prix (138000€ GTS/158000€ Trofeo/178000€ Trofeo Launch Edition) devraient faire chavirer le cœur des plus sensibles ou amoureux de la marque.

Partager
Perrine

Aussi sensible à la mélodie d'une harpe qu'à celle d'un moteur, j'aime tout autant cultiver l'art cinématographique que l'art du talon-pointe. Je prendrai du plaisir à vous retrouver tout au long de mes écrits et quelquefois même sur des pistes... Qu'elles soient de ski ou de bitume !