La Rédac' Masculin
Il y a 1 an

Aimer la K-Pop quand on est un homme : c’est grave, docteur ?

Faut-il nécessairement détester la pop coréenne ?

Phénomène musical originaire de la Corée du Sud, la K-Pop a déferlé dans le monde et connaît un certain retentissement en France (et non, on ne parle pas de Psy et de son Gangnam Style). Faut-il s'y intéresser ou, au contraire, fuir à tout prix cette musique ? On a essayé de décrypter ce phénomène qui touche beaucoup plus d'hommes adultes qu'on ne pourrait le croire !

Nos anciens boys bands à la sauce asiatique

À première vue, la K-Pop semble une énième niaiserie insipide et commerciale, comme il en apparaît chaque jour ; un tube ou deux, engouement du grand public, et disparition dans l'oubli général au bout d'une saison ou deux seulement.

Pourtant, cet ovni musical sud-coréen ne semble pas décidé à disparaître trop vite. On se souvient que dans la seconde moitié des années 1990, les Worlds Apart, Alliage, 2Be3 et consorts occupaient la première place dans les médias : jeunes hommes aux visages angéliques, bien proprets, dents étincelantes, ils faisaient rêver les jeunes filles pré-adolescentes et accédaient au statut d'icône dès la première apparition !

Qu'avaient-ils donc de si attrayant ? Une image fabriquée de toutes pièces par les maisons de disques, et bien souvent une amitié de façade. Des chansons à l'eau de rose qu'ils n'écrivaient même pas, et une façon de danser à la manière du Gymnase Club… 2 ou 3 ans de carrière fulgurante, et à la poubelle les super stars !
Curieusement, ils plaisaient aussi à certains jeunes garçons, qui enviaient leur façon de danser : peut-être y voyaient-ils une manière de mieux draguer les filles en les impressionnant par cette danse très athlétique ?

Mais, ne soyons pas si sexistes : de la même façon que les boys bands n'étaient pas un phénomène 100% masculin (coucou les Spice Girls et All Saints), la K-Pop compte aussi bon nombre de groupes de filles sexy : Mamamoo, Blackpink

Musicalement, ça ressemble à quoi, la K-Pop ?

Musique à cheval entre la dance, les bluettes naïves et l'électro-pop, paroles rose bonbon et guimauve : tous les ingrédients sont réunis.
On l'a dit, la K-Pop est composée autant de groupes masculins que féminins – même si en Europe, et surtout en France, seuls les groupes de garçons ont longtemps été à l'honneur.

Aujourd'hui, les jeunes hommes dans les groupes de K-Pop (BTS, Got7, EXO…) passent pour des héros sortis tout droit d'un manga : ceci explique peut-être l'engouement d'une certaine clientèle masculine à leur égard. Les amateurs de manga s'identifieraient ainsi à leurs super héros ? Ou y a-t-il autre chose ?

Comment apprécier ce contenu en étant un adulte raisonnable ?

L'apparente niaiserie des paroles de chansons conduit à se demander si on ne prend pas les hommes pour des débiles : l'imagerie de la K-Pop ne parle guère en faveur de la virilité traditionnelle. Et alors ?

Aujourd'hui, il semblerait que cette musique puisse aussi être appréciée pour son côté innocent qui nous rappelle l'enfance envolée. Cette part de soi à laquelle on s'accroche parfois et qui nous aide à garder le sourire au quotidien. Cette petite madeleine sucrée qui a au moins le mérite de nous faire oublier nos autres soucis.

Bref, plus que les paroles en elles-mêmes (que 9 Français sur 10 ne comprennent pas), la K-Pop peut compter sur son rythme endiablé et ses clips hauts en couleurs pour donner la pêche à ses auditeurs.

Le drame derrière les paillettes

Pompe à fric et système impitoyable pour certains, fin du fin pour d'autres : à chacun son idée. Outre les noms évoqués plus haut, les groupes Red Velvet, Vixx ou Dreamcatcher sont des figures fortes au sein de la mouvance K-Pop.

Mais derrière les paillettes et l'ambiance bon enfant, se cachent aussi parfois de vrais drames. On pense par exemple au suicide de l'une des stars en vogue, Kim Jong-Hyun, à l'âge de 27 ans. Encore un dans le club des 27 ?

Comme d'autres avant lui (l'acteur Park Yong-ha en 2010, Ahn So Jin du groupe Baby KARA en 2015…), le jeune homme ne semble pas avoir supporté la pression de l'industrie K-Pop, avec des contrats aux clauses parfois très strictes. C'est précisément cela qui amène certains à s'interroger : si la K-Pop exploite ses "produits stars" au point de conduire jusqu'au suicide, faut-il aimer cette musique ou pas ?

Newsletter Masculin.com

L'actualité et nos derniers conseils

 

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Success
Error