Ludovic Bonnet
Il y a 8 ans

Sébastien Tellier : le monde est bleu, Dieu aussi

Il est là, à mi-chemin entre Mozart et Marylin Manson, entre Booba et Chimène Badi. Sur la scène musicale, Sébastien Tellier n’est définitivement pas un artiste comme les autres. A côté de lui, Katerine passerait d’ailleurs presque pour un enfant de chœur. Et forcément, il ne laisse donc pas insensible : soit on aime, soit on déteste.

Une pensée pour l’Eurovision
En même temps, comme l’ont récemment reconnu nos confrères de Télérama, il le cherche un peu notre ami Sébastien Tellier. Lui qui ne fait jamais rien comme tout le monde n’a surtout pas fait grand-chose de mémorable ces derniers mois. Et pour le grand public, son nom peut aussi renvoyer au concours de l’Eurovision 2008, où la place de Sébastien Tellier au classement final n’a rien à envier à celle d’Anggun cette année.

« J’ai plané haut dans le bleu »
Sous des allures christiques, Sébastien Tellier revient en tout cas en 2012 avec un nouvel album au titre évocateur : My God is Blue. Pour présenter son album, l’ami Tellier annonce avoir « eu cette transe » : « J’ai plané haut dans le bleu. » Et à l’écoute des 12 titres, force est de le constater ; il a vraiment plané très haut.

Après un démarrage en fanfare sur Pépito Bleu, Sébastien Tellier nous emmène à Cochon Ville, avant de nous présenter son Poséidon, véritable hymne à la laideur, ou de jouer la carte rebelle avec Against The Law – « c’est celle dont je suis le plus fier », dixit le principal intéressé.

Et puis, l’album se conclut sur un autre titre évocateur : « Yes it’s Possible ». Difficile de contredire Sébastien Tellier. Avec lui, tout est vraiment possible. Pour le meilleur et pour le pire.

 

 

 

Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !