L'Agence Ciné
Il y a 8 ans

Blanche Neige et le chasseur : le plus sombre de l’histoire

Ce film n’est pas un conte de fées

Synopsis : Dans des temps immémoriaux où la magie, les fées et les nains étaient monnaie courante, naquit un jour l’unique enfant d’un bon roi et de son épouse chérie : une fille aux lèvres rouge sang, à la chevelure noire comme l’ébène et à la peau blanche comme neige. Et voilà précisément où l’histoire que vous croyiez connaître prend fin et où la nouvelle adaptation épique et envoutante de ce célèbre conte des frères Grimm débute. Notre héroïne, dont la beauté vient entacher la suprématie de l’orgueilleuse Reine Ravenna et déclencher son courroux, n’a plus rien d’une damoiselle en détresse, et la cruelle marâtre en quête de jeunesse éternelle ignore que sa seule et unique rivale a été formée à l’art de la guerre par le chasseur qu’elle avait elle-même envoyé pour la capturer. Alliant leurs forces, Blanche-Neige et le chasseur vont fomenter une rébellion et lever une armée pour reconquérir le royaume de Tabor et libérer son peuple du joug de l’impitoyable Ravenna.

La crainte de la surenchère
C'était il y a seulement moins de deux mois qu'une première nouvelle adaptation cinématographique des aventures de la princesse des frères Grimm, popularisée par Disney, sortait sur les écrans. On pouvait s'interroger sur la surenchère qui poussait les studios américains à produire deux fois la même histoire. Tenez, un peu comme chez nous avec La Guerre des boutons en septembre 2011.

Un casting 4 étoiles
Et pourtant, cette seconde version de l'année est la plus aboutie, et totalement différente de la première livrée avec Julia Roberts. Universal rassemble Charlize Theron dans le rôle de la sorcière – il y a pire – et Kristen Stewart dans celui de Blanche Neige. Il nous fallait un chasseur, c'est Chris Hemsworth, révélé par Thor dans le rôle-titre, qui l'interprète. Le tout dans sans doute la version la plus sombre qu'il ait pu être donné de l'histoire. Et c'est une réussite sans appel.

Un film essentiel
Rupert Sanders, le tout jeune réalisateur venu de la publicité qui s'est collé au challenge, s'est émancipé du conte de fées, tout en en conservant sa principale consistance, et livre un drame fantastique à grand spectacle aux effets spéciaux surpuissants, doté d'une interprétation excellente de ses comédiens. Le résultat se traduit par un film musclé, profond, très largement novateur ; ce qui le rend plus que légitime, voire essentiel.

Sortie en salles le 13 juin 2012
Note de la rédaction : ★★★★☆