RelaxNews
Il y a 7 ans

Des décharges électriques pour les accros à Facebook

Un traitement de choc baptisé Pavlov Poke

Deux doctorants de la très sérieuse université de MIT aux États-Unis ont développé un outil radical pour les accros à Facebook qui n'arrivent pas à réduire leur temps passé sur le réseau social. Ils ont mis au point un appareil qui envoie de petites décharges électriques à la main lorsqu'on reste trop longtemps sur le site, ils l'ont appelé le Pavlov Poke. Plus une blague qu'autre chose.

Une décharge électrique inoffensive mais douloureuse

Lorsque Robert R. Morris et Dan McDuff se sont rendus compte qu'ils pouvaient passer parfois plus de 50 heures par semaine sur Facebook – un temps précieux qui aurait pu être utilisé pour leur travail universitaire – ils ont décidé de recourir à une thérapie de choc qu'ils ont appelée Pavlov Poke. Ce système suit les faits et gestes de l'internaute en ligne et envoie un signal à un boîtier Arduino qui, en retour, administre une petite décharge inoffensive, mais tout de même douloureuse.

Même si ce système ne sera pas commercialisé et se présente comme une blague potache, il fait beaucoup de buzz sur internet, déclenchant de nombreuses discussions sur les réseaux sociaux sur les dangers de l’addiction à internet.

400 minutes par mois sur Facebook

Selon Robert Morris et Dan McDuff, les utilisateurs de Facebook restent sur le site en moyenne 400 minutes par mois. Des recherches précédentes avaient montré que les réseaux sociaux pouvaient provoquer une addiction comparable au tabac, à l'alcool ou au jeu.

Des solutions plus simples pour « contrôler » son addiction

Mais il existe de nombreuses manières pour limiter les pertes de temps sur internet. Par exemple, l'application StayFocused (sous Chrome) permet de limiter son accès à certains sites, idem pour LeechBlock sous Firefox. Des solutions plus radicales comme les applications Freedom et Self Control permettent de bloquer sa connexion internet pendant une certaine durée afin de rester plus concentré.

Pour voir où vous vous situez, le blog spécialisé Gizmag propose même de mesurer son addiction (en anglais) ici.