Les hommes français font fantasmer les femmes infidèles

Les femmes européennes infidèles craquent littéralement pour les Français. Mais messieurs, vous n'êtes pas les meilleurs dans tous les domaines...

Les Français seraient-ils les meilleurs amants d’Europe ?

En Europe, les Français sont les hommes les plus convoités, du moins par les Européennes infidèles qui les considèrent comme les meilleurs amants, indique une étude du site de rencontres extraconjugales AshleyMadison.com.

Un accent « so sexy »

On a beau répéter que "la taille, ça ne compte pas", avoir un petit pénis est une source de complexe pour de nombreux hommes. Sur Internet, on trouve 1001 conseils et remèdes pour tenter d'avoir un s...Lire la suite

Les Français font fantasmer celles qui trompent leurs maris. Elles leur attribuent une note de 7,5 sur 10. Les amants tricolores montent sur la première marche du podium non pas pour leur romantisme légendaire, mais pour leur accent « so sexy », évalué à 10/10. Les Français se font voler leur côté fleur bleue par les Allemands, avec la note maximale et doivent se contenter d’un 9/10.

Les Espagnols sont plus beaux, les Italiens embrassent mieux

Pour le reste des critères qui mènent les Européennes à juger les Français comme les meilleurs amants d’Europe, ces messieurs ne savent pas faire mieux. Dans le registre de l’humour, ils obtiennent un 5/10, contre 10/10 pour l’humour anglais. Quand vient le moment fatidique du baiser, les Français ont tout à apprendre des Italiens (8/10 contre 10/10). Les Espagnols les coiffent, quant à eux, sur l’apparence physique (7/10 contre 10/10). Et, les Hollandais sont plus endurants au lit (6/10 pour les Français contre 10/10).

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Cette étude a été réalisée auprès de 12 940 membres féminins du site AshleyMadison.com, qui réunit 31 millions d’utilisateurs dans 44 pays, dont plus de 600 000 en France. Les femmes ont été interrogées du 2 au 8 janvier 2015.