Connaissez-vous ces surnoms de montres Rolex ?

La GMT-Master II (126710BLNR) est aussi connue sous le surnom de Rolex Batman

Submariner, Day-Date, GMT-Master, Cosmograph… La simple évocation de ces noms suffit à mettre des étoiles dans les yeux de nombreux passionnés d’horlogerie. Et si ces montres Rolex ont tendance à faire rêver, certaines d’entre elles ont droit à des petits surnoms qui les rendent encore plus attachantes.

Connaissez-vous les Pepsi, Fat Lady, Hulk, Smurf ou Kermit ? On vous propose de découvrir l’origine de ces petits noms qui contribuent à forger le mythe Rolex.

Après l'Antarctic et la Chronomaster, Nivada Grenchen continue de nous faire redécouvrir ses modèles les plus emblématiques. Cette fois, c'est la Depthmaster que nous avons pu observer sous toutes le...Lire la suite

Rolex GMT-Master « Soda » : Pepsi et les autres…

A tout seigneur tout honneur. On commence avec la Rolex dont le surnom est celui qui s’est le plus largement imposé dans le langage courant. Si bien qu’il a inspiré de nombreuses autres marques depuis.

Avec sa lunette bicolore bleue et rouge, la GMT-Master lancée en 1955 a rapidement été surnommée Rolex Pepsi. Loin d’être une simple coquetterie esthétique, ces deux couleurs permettaient de distinguer les heures du jour et de la nuit. Un détail tout sauf anodin pour les pilotes de ligne de la Pan Am, dont elle est devenue la montre officielle.

Rolex Pepsi GMT-Master

Pour varier les plaisirs, Rolex a ensuite décliné sa lunette dans différentes combinaisons colorées… et pour rester dans le thème, toutes ces déclinaisons ont eu droit à un surnom inspiré d’un soda : Coke pour le duo rouge/noir, Sprite pour le combo vert/noir et même Root Beer pour la montre dotée d’une lunette brune et beige.

En revanche, l’association du bleu et du noir a valu à la GMT-Master des années 2010 un autre surnom iconique : Rolex Batman.

Surnom Rolex Sprite

Rolex Submariner : plutôt Schtroumpf, Hulk ou Kermit ?

La GMT-Master n’est évidemment pas la seule à avoir hérité d’un petit nom. La non moins emblématique Submariner a aussi droit à son lot d’appellations, là encore en fonction de la couleur de son cadran et de sa lunette.

Pour continuer dans le registre des super-héros, sachez que la Submariner verte est régulièrement surnommée Rolex Hulk (pas besoin de vous expliquer pourquoi). Sa version avec une lunette verte mais un cadran noir a moins de muscle mais bénéficie d’un capital sympathie nettement plus imposant : Kermit (que la marque Oris a également mis à l’honneur dans une de ses montres en 2023). Un autre modèle (16610LV) avec un vert légèrement plus foncé a en outre donné naissance à l’appellation Rolex Starbucks…

De son côté, la Submariner référence 116619 dévoilée en 2008 se pare de bleu sur son cadran et sa lunette. Un habit qui lui a logiquement valu le surnom de Rolex Smurf… Schtroumpf en français !

Paul Newman, James Cameron, Jean-Claude Killy : des vraies montres de stars

Pour renforcer le prestige d’une montre, rien ne vaut le nom d’une célébrité. Ainsi, la Monaco de TAG Heuer reste indéfectiblement liée à Steve McQueen, par exemple (on reparlera d’ailleurs du King of Cool un peu plus tard).

Chez Rolex, la « montre de star » la plus connue est bien sûr la Cosmograph Daytona, dont la version panda est associée à Paul Newman. D’ailleurs, la référence 6239 ayant réellement appartenu à l’acteur a été vendue aux enchères en 2017 pour la modique somme de 15 millions d’euros.

Rolex Cosmograph Daytona Paul Newman

En 2012, c’est James Cameron qui a vu son nom accolé à une Rolex, en l’occurrence une Sea-Dweller. Le réalisateur d’Avatar et Titanic portait en effet une Sea-Dweller Deepsea 116660 lors de son exploration de la Fosse des Mariannes en 2012, le point le plus profond de la planète, à près de 10 900 mètres sous la surface !

Rolex Sea-Dweller Deepsea 116660 James Cameron

Et puisqu’il n’y a pas de mal à être parfois un peu chauvin, il faut noter que Jean-Claude Killy a aussi eu son mot à dire chez Rolex. Le triple champion olympique de ski alpin (aux JO de Grenoble en 1968) a ainsi donné son nom à plusieurs références de Dato-Compax, seule collection de la marque suisse à associer calendrier et chronographe.

Rolex Dato-Compax Jean-Claude Killy

On peut encore ajouter à cette liste de stars Clint Eastwood (même si sa GMT-Master reste connue sous l’appellation Root Beer) ou Sophia Loren, dont les courbes ont aussi été associées à la GMT-Master 16760, aussi connue sous le nom de… Fat Lady !

Rolex GMT-Master 16760 Fat Lady de 1982

Padellone, Freccione, Stelline : des Rolex à la sauce italienne

On évoquait plus haut le cas de Steve McQueen. Outre son iconique TAG Heuer, le roi du cool a régulièrement été vu avec une Rolex au poignet. Plus précisément une Explorer II (référence 1655) dont la particularité est d’avoir une aiguille GMT surdimensionnée, ponctuée d’une grande flèche orange. Soit une « Freccione » en italien, surnom aujourd’hui bien connu des fans de Rolex.

Rolex Explorer II Freccione

Il est amusant de noter que la langue de Dante a servi plusieurs fois à rebaptiser des garde-temps de la marque. La « Padellone », soit « grande poêle », désigne par exemple la référence 8171 des années 1950, surnommée ainsi en raison de son grand diamètre (pour l’époque) de 38 mm. Outre sa taille, cette montre est l’une des rares chez Rolex à afficher un triple calendrier (date, jour, mois) et une phase de lune.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

C’était aussi le cas de la référence 6062, dont le cadran est orné d’index en forme d’étoile. Une caractéristique qui lui vaut l’amour des collectionneurs et l’affectueux surnom de Stelline ou « petite étoile » en italien !

Rolex 6062 Stelline

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *