La biométrie et ses applications

De l’univers judiciaire aux produits high-tech

Dans l'imaginaire populaire, la biométrie reste encore confinée aux films d'espionnage ou d'anticipation. Pourtant, les domaines d'application de cette technologie sont vastes, et dans certains cas, assez anciens. Présentation des applications les plus courantes.


Le code secret, c'est l'humain
Un système de contrôle dit « biométrique » est un système de mesure automatique qui repose sur la reconnaissance de caractéristiques spécifiques à un individu. Parmi les « caractéristiques » les plus couramment utilisées aujourd'hui : les empreintes digitales (ex : passeport biométrique), qui représentent plus de 50% du marché, hors applications judiciaires. Viennent ensuite : la reconnaissance faciale (utilisée sur Facebook par exemple), gestuelle, puis la reconnaissance de l'iris de l’œil et enfin la reconnaissance vocale. D'autres caractéristiques font l'objet de mesure biométrique, comme les veines par exemple.
Une technologie clé dans le monde judiciaire
Les empreintes digitales jouent un rôle clé dans la résolution des affaires criminelles en France, et dans le monde. C'est de loin le domaine d'applications le plus courant. En France, le Fichier national automatisé des empreintes digitales (FNAED) comporte près de 3 millions de données. Depuis 1986, le test ADN s'ajoute au relevé d'empreinte digitale en tant que procédé d'analyse biométrique. Mais dans un cadre très particulier : il est limité aux crimes sexuels ou crimes de sang.


Sécuriser l'accès aux lieux et sites sensibles
L'empreinte digitale et la reconnaissance du contour de la main ont d'autres applications pratiques, notamment dans les entreprises : comme le contrôle d'accès aux locaux (salles informatiques) ou encore la gestion des horaire. Depuis peu, le secteur bancaire s'intéresse de près aux possibilités offertes par cette technologie. Le groupe bancaire polonais PLS a récemment testé un système d'identification biométrique sur des distributeurs biométriques. L'idée ? Coupler code secret « classique » et reconnaissance des vaisseaux sanguins sur le doigt, pour éviter des retraits non autorisés vol par exemple.
La biométrie dans les produits high-tech
La sécurité occupe une place prépondérante dans le développement commercial des applications biométriques. Y compris pour les particuliers, à l'heure où le monde professionnel se « nomadise ». Des lecteurs d'empreinte digitales intègrent aujourd'hui certains modèles de smartphones ou laptops, et même certaines clés USB.
Sony, via sa technologie de reconnaissance des veines « Mofiria », a mis au point un système d'identification digitale, capable de reconnaître le réseau vasculaire de chaque doigt. La CNIL a récemment donné son accord à un projet de dispositif biométrique reposant sur la reconnaissance de frappe au clavier. Un nouveau pan de cette technologie complexe, appelée biométrie comportementale. Pas de quoi rassurer ceux qui ont peur du futur, si ?

Partager