Une sexualité épanouie grâce au tantra

Le tantra, une sagesse orientale

Le Tantra est très peu connu en occident. On le confond souvent avec un ensemble de pratiques sexuelles originales et exotiques. Pourtant, il s'agit d'une véritable sagesse ancestrale dont la sexualité n'est qu'un des aspects.

Ne faire qu'un avec soi-même et avec sa partenaire : voilà le principe du Tantra. D'après cette philosophie indienne, l'univers repose sur l'union des principes masculins et féminins symbolisés par les divinités Shiva et Shakti. Pratiquer l'acte sexuel avec sa partenaire vise donc à retrouver cette unité et à atteindre un état de plénitude bien plus intense que l'orgasme. Le plaisir sexuel, comme on peut l'entendre dans nos pays occidentaux, n'est, le plus souvent, qu'une « externalité positive ». Très positive d'accord. Mais, certainement pas un but en soi. Selon les préceptes tantriques, la sexualité doit aller plus loin. L'objectif ? Rendre sa vie sexuelle plus palpitante tout en gagnant en sérénité et en bien-être.  En bref, que du positif pour vous et votre chérie !

Dans la pratique, il faut avant tout retenir un principe essentiel : éviter la perte des fluides. Il s'agit donc pour les hommes de ne pas éjaculer et pour les femmes de ne pas avoir d'orgasme explosif. Cela demande beaucoup d'entraînement. Pour y parvenir, il faut contracter ses muscles pelviens ou vaginaux pour les femmes. La respiration est également importante. On privilégiera un souffle profond durant l'acte. Il est également utile de faire des pauses. Ainsi, on frôle l'orgasme sans y parvenir et on peut continuer « l'exercice ». Les énergies sexuelles, au lieu d'être évacuées, sont ainsi diffusées dans tout le corps et amènent un état de béatitude bien plus intense et durable que le simple orgasme physique.
Parvenir à des résultats probants est donc un travail de longue haleine dont la portée dépasse le sexe comme on l'entend habituellement. Si vous vous sentez l'âme d'un yogi, lancez-vous, il existe des maîtres qualifiés en France mais attention aux pièges des faux gourous.

Partager