[ESSAI AUTO] Nissan Navara N-Guard : le 4x4 qui passe partout

Dans sa version Offroader AT32, le pick-up Nissan Navara est impressionnant

--- Le ---

Dans un marché du pick-up en pleine effervescence, le Nissan Navara fait figure de référence. Franchisseur hors-pair, ce 4x4 a aussi d'autres atouts.

[ESSAI AUTO] Nissan Navara N-Guard : le 4x4 qui passe partout
DR ©
Ludovic Bonnet

Rédacteur en chef
Masculin.com
[Google+]

Le marché du pick-up aura connu une année 2018 complètement folle. D'abord parce que les ventes ont explosé Ensuite, parce que les modèles se sont multipliés : à côté des inamovibles Ford Ranger, Mitsubishi L200 et Toyota Hilux, on trouve désormais les Renault Alaskan, Volkswagen Amarok et Mercedes Classe X (entre autres).

Surtout, en étant considérés comme des véhicules utilitaires, les pick-up pouvaient échapper au malus écologique et être exemptés de la TVS (taxe sur les véhicules de société). Pouvaient, car, au 1er janvier 2019, ce ne sera plus le cas. Alors, tandis que certains parient déjà sur l'effondrement de ce jeune marché, certains constructeurs fourbissent leurs armes et proposent des véhicules tout-terrain prêts à tout ou presque. C'est notamment le cas de Nissan, qui lance la nouvelle génération de son pick-up Navara, avec notamment les versions ultimes N-Guard et Offroader AT32.


Le Navara N-Guard, un beau bébé

Pour cet essai, c'est la déclinaison Double-Cab du Navara avec moteur dCi de 190 chevaux qui nous attendait. Pour être encore plus précis, c'est la version N-Guard, qui représente le sommet de la gamme, qui s'offrait à nous... ainsi que la version Offroader AT32, conçue en collaboration avec Arctic Trucks et dont seulement 3 exemplaires sont prévus pour la France !

Dès le premier regard, le "bébé" impressionne par son gabarit : 5m33 de long, 2m09 de large (avec rétroviseurs), 1m84 de haut, le tout pour près de 2 tonnes (1988 kilos précisément). Au niveau du design, les ressemblances avec son cousin Renault Alaskan sont évidentes et les lignes restent donc très classiques. Classiques, mais élégantes.

A l'intérieur, le Navara sait se montrer accueillant : les sièges chauffants sont confortables et il y a de l'espace à l'avant. Les places arrière, en revanche, sont à réserver aux enfants ou aux personnes de petite taille. Les équipements technologiques sont au rendez-vous : climatisation automatique bizone, système d'aide au stationnement avec caméra 360°, radar de recul, écran tactile central réactif et même un toit ouvrant. Avec tout ça, on en viendrait presque à oublier que le pick-up est censé être avant tout un véhicule utilitaire !

Sous le capot, le moteur de 190 chevaux ne fait pas de miracle et se montre un peu pataud. Heureusement, les chiffres de consommation annoncés par Nissan parlent en faveur du Navara, avec 6,9l/100km en cycle mixte.

Mais répétons-le une fois encore : ce joujou n'est pas fait pour les longues sorties sur autoroute. Son terrain de jeu favori, c'est plutôt la montagne, les forêts, les cailloux, les trous et la boue !

Encore plus impressionnant en version Offroader AT32

Plus robuste que le Navara "classique", le AT32 est taillé pour l'aventure avec ses roues XXL de 32 pouces (d'où son nom), sa garde au sol surélevée à 24cm, ses suspensions spécifiques et son blocage de différentiel avant ET arrière. Et il en aura bien besoin pour venir à bout des obstacles de la piste tout-terrain de Poleymieux au Mont d'Or, près de Lyon !

C'est par une fraîche, brumeuse et humide matinée de novembre qu'a lieu notre essai. Aussi, le terrain est particulièrement gras et boueux. Le gué qui, la veille encore, n'excédait pas les 80 centimètres, a dépassé le mètre dans la nuit. Le Navara AT32 a beau être prêt à tout, ce n'est pas (encore) un véhicule amphibie.

Qu'à cela ne tienne, les pentes, croisements de ponts, mares de boue et autres sentiers forestiers sont nombreux. Et à ce petit jeu, le mastodonte Nissan se montre très à l'aise. Ca patine un peu ? Aucun problème : on bloque les différentiels avant et arrière et, l'informatique aidant, la voiture sort de la gadoue, sans peine. Bluffant et presque frustrant, tant l'AT32 dégage un sentiment de puissance et de facilité. Le pire (ou le mieux, c'est selon), c'est que malgré les acrobaties que nous lui imposons, il reste confortable !

Même en descente, le "Navara de l'extrême" progresse tranquillement : le système de contrôle de la vitesse en descente maintient automatiquement une vitesse constante et ajuste la pression des freins. Il suffit de tenir le volant et d'attendre d'être arrivé en bas pour reprendre les commandes.

A qui s'adresse ce pick-up ?

Avec une production limitée à 3 exemplaires pour la France, vous aurez compris que le Navara Offroader AT32 est un véhicule qui s'adresse à un public bien précis. Et cela vaut aussi pour son "petit frère" en version N-Guard : car s'il ne passe pas partout (sa garde au sol est légèrement plus basse, ses pneus sont plus petits et il ne dispose pas des mêmes suspensions ni du double blocage de différentiel), il sait se jouer de la plupart des obstacles.

Au final, le Nissan Navara a toutes les cartes en main pour devenir le fidèle destrier des professionnels du bâtiment, des garde-forestiers et autres amateurs de balades hors des sentiers battus.

Côté tarifs, si la version "de base" est accessible à partir de quelque 28 000 euros, il faudra compter au moins 45 000 euros pour rouler en Navara N-Guard et environ 58 000 euros pour défier les terrains les plus hostiles au volant de l'Offroader AT32.

Découvrez la Galerie Photo

Thèmes connexes : essai auto-moto nissan
A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS