Skoda Night : ce qui se passe à Prague… ne reste pas à Prague !

Vous aussi vous étiez moches dans les années 90. Avec cet aveu en guise de slogan, Skoda a su faire preuve d’auto-dérision… et démontrer que la marque tchèque était désormais bien dans son époque. De fait, elle connaît un succès croissant chez nous, notamment portée par des modèles aussi variés que la citadine Fabia, le SUV compact Kodiaq ou l’électrique Enyaq iV.

Mais si l’on croise de plus en plus de Skoda sur les routes françaises, ce n’est rien en comparaison avec la République tchèque, où le constructeur fait figure d’institution. C’est ce que nous avons pu vérifier lors de nos 24 heures passées du côté de Prague…

20 ans d'existence, près de deux millions d'exemplaires vendus, le BMW X3 est un véritable best-seller pour la marque allemande. Pas de droit à l'erreur pour cette quatrième génération du SUV star qu...Lire la suite

Pour Skoda, tous les voyants sont au vert

N’y voyez aucune démarche de greenwashing : Skoda est un constructeur qui aime le vert. Plutôt que de la limiter à un cadre écologique, cette affirmation se vérifie à bien des égards. Sur la couleur du logo, d’abord. Ensuite au niveau des résultats de la marque.

En 2022, le constructeur a battu un nouveau record en France (pour la huitième année consécutive !), avec près de 29 000 immatriculations et une part de marché de 1,9%. Et si la petite Fabia demeure le modèle le plus vendu (plus de 7000 exemplaires), l’Enyaq iV électrique séduit de plus en plus d’automobilistes.

Ce constat vaut aussi à l’échelon continental puisque Skoda se présente comme le sixième constructeur européen en immatriculations au premier trimestre 2023, non loin derrière Renault, qui ferme actuellement le top 5. D’ailleurs, l’objectif de doubler la marque au losange à l’échelon 2030 est clairement revendiqué… Pour y parvenir, Skoda va continuer à renouveler sa gamme, avec 5 nouveautés thermiques d’ici la fin 2024 (dont 2 tout nouveaux modèles) et 6 modèles électriques lancés à horizon 2026 (dont 4 inédits). Le tout en s’efforçant à réduire encore les émissions de CO2 de l’ordre de 20% d’ici 2030 pour être toujours plus… vert !

Si le prix a longtemps été le critère numéro 1 dans l’achat d’une Skoda, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les études menées auprès des automobilistes rapportent que c’est bien le design qui séduit aujourd’hui les propriétaires de Skoda. Pas mal pour une marque « moche dans les années quatre-vingt-dix » !

Le chauffeur qui nous conduit de l’aéroport Václav-Havel au centre-ville de Prague partage d’ailleurs le même avis : « Avant, Skoda (à prononcer Chkôda, ndlr) était une marque populaire et pas chère. Aujourd’hui, on trouve ces voitures belles ! Une Superb ou un Enyaq, par exemple, c’est top ! » Il faut croire qu’il n’est pas le seul à avoir cette opinion, alors qu’on ne peut pas tourner la tête sans apercevoir une calandre au logo à la flèche ailée (la part de marché de Skoda avoisinant les 40%).

Au volant de l’Enyaq RS iV de Prague à Mlada Boleslav

Pour (re)découvrir l’ensemble de sa gamme, Skoda nous a donc conviés dans son berceau tchèque. Fabia, Superb, Kodiaq… il n’y a que l’embarras du choix. Mais pour jouer aux touristes dans la région de Prague, c’est un Enyaq RS iV qui nous accompagne. Et pas n’importe lequel, puisque notre SUV électrique de 300 chevaux se pare d’une éclatante robe… Vert Mamba !

Avec un tel engin, difficile de passer inaperçu. Mais qu’à cela ne tienne ! Malgré sa teinte et son gabarit (4,65m de long pour 1,88m de large et 2,2t sur la balance), ce beau bébé se faufile partout dans la vieille ville pragoise. De la place Staroměstské náměstí à la colline du château, en passant par les rives de la Vltava et les abords du Pont Charles, on se laisse bercer en découvrant les (nombreux) attraits touristiques de la capitale tchèque. De jour, mais surtout de nuit !

Après un dîner à 66 mètres d’altitude, dans la tour de télévision illuminée aux couleurs nationales, nous quittons le centre-ville pour découvrir un autre pan de la culture tchèque cher à Skoda : le hockey sur glace. Il est minuit quand nous arrivons dans une patinoire ornée d’un logo facilement identifiable : la Skoda Icerink. Au programme : une initiation sportive pour les courageux qui oseront chausser les patins… et enfiler la tenue de l’équipe de France ou de Suède ! Tenir sur ses lames n’est déjà pas inné pour tout le monde, mais les choses se compliquent encore plus dès lors qu’une crosse et un palet (à l’effigie de Skoda) entrent en jeu.

Si un bon match de hockey viril mais correct se termine occasionnellement par une bonne bagarre sans les gants, les gentlemen que nous sommes se contenteront de quitter la glace avec quelques courbatures… et de nombreux éclats de rire. Car il faut encore reprendre le volant pour parcourir les 60 kilomètres qui nous séparent de Skoda City. Enfin, Mladá Boleslav, la ville qui a vu naître Laurin & Klement en 1895, avant de devenir officiellement Škoda en 1925.

Skoda Icerinj

Au pied de bâtiments où des fresques géantes mettent la marque à l’honneur, et tout près de l’usine géante qui emploie quelque 23 000 personnes, c’est une visite privée du musée Skoda qui nous attend… à 3 heures du matin ! Des premières bicyclettes de Vaclav Laurin et Vaclav Klement au concept Vision C, en passant par l’iconique Favorit, la Superb d’avant-guerre ou les Octavia et Fabia WRC qui ont brillé en championnat du monde des rallyes, il y en a pour tous les goûts ! Et que dire de la réserve, qui cache des pépites comme le coupé Ferat, avec son cockpit qui pivote pour pénétrer à l’intérieur du véhicule, et qui a été mis à l’honneur dans le film d’horreur tchèque Upir Z Feratu ?

BeRider, le scooter à la sauce Skoda

Comme beaucoup de ses confères, Skoda ne veut plus se contenter d’être un constructeur automobile. Mais un acteur du marché des nouvelles mobilités. Alors, cette Skoda Night ne pouvait pas être complète sans un essai sur deux-roues !

En 2017, le constructeur a lancé le Škoda Auto DigiLab, une structure indépendante pensée comme une pépinière de start-up. Celle-ci a permis de donner naissance à différents services comme HoppyGo (une offre de car sharing notamment active en Israel), Chakratec (un système de stockage d’électricité via l’énergie cinétique) ou encore celui que nous avons pu tester : BeRider.

Freefloating Scooter Skoda BeRider

Skoda propose ainsi 450 scooters électriques en free floating autour de Prague ; des engins non bridés, dotés de deux casques et disposant d’une autonomie de 70 km, avec une vitesse de pointe de l’ordre de 66 km/h.

En 24 heures passées à Prague, nous avons pu découvrir à quel point le constructeur était profondément ancré (et apprécié) en République tchèque. Cette Skoda Night nous a surtout permis de comprendre à quel point la marque avait su évoluer ces dernières années, pour répondre aux besoins des automobilistes de toute l’Europe… et pas seulement !

Scooter Skoda BeRider

Performantes, bien équipées et enfin belles, les voitures Skoda ne manquent pas d’atouts pour être de plus en plus nombreuses sur nos routes. Vaclav Laurin et Vaclav Klement étaient sans doute loin d’imaginer cela, il y a 130 ans…

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *