Suite aux élections Européennes, la vente des voitures thermiques pourrait continuer après 2035 ?

Suite aux élections Européennes, le Parti Populaire Européen (PPE), le principal groupe politique au Parlement européen, a exprimé son désir de réviser la législation qui interdit la vente de voitures neuves à moteur thermique à partir de 2035.

Cette proposition s’inscrit dans une série de discussions visant à assouplir les régulations environnementales tout en intégrant des carburants alternatifs.

Retaper une vieille voiture est un rêve caressé par de nombreux passionnés de l'univers automobile. Ne nous voilons pas la face, il s'agit là bien souvent d'une tâche titanesque. Mais ne boudons pas ...Lire la suite

Durant une réunion organisée au Portugal, les eurodéputés du PPE ont affirmé leur intention de « réviser les règles de réduction des émissions de CO2 pour les voitures et utilitaires neufs afin de permettre l’utilisation de carburants alternatifs non polluants au-delà de 2035 »​.

La Commission européenne avait déjà envisagé d’autoriser les fabricants à continuer à vendre des moteurs thermiques fonctionnant grâce à des carburants certifiés neutres en CO₂, aussi appelés e-fuels, après cette date.

Le PPE souhaite aller plus loin et réviser l’interdiction sur les moteurs à combustion pour développer les technologies de pointe de moteurs à combustion​​.

Cette proposition a suscité des réactions contrastées. Les écologistes et les partisans de l’accord de Paris ont critiqué cette initiative, la jugeant incompatible avec les objectifs européens de neutralité carbone en 2050.

Pascal Canfin, président de la commission environnement au Parlement européen, a fustigé la « radicalisation anti-Pacte vert » d’une droite influencée par le lobbying des industriels​​.

En France, le Rassemblement National, récemment vainqueur des élections européennes, a également exprimé son soutien à cette révision. Jordan Bardella, président du RN, a souligné que l’interdiction pourrait créer une société où seules les classes aisées pourraient se permettre des véhicules électriques coûteux, laissant les classes populaires et moyennes dans l’incapacité de s’adapter financièrement​.

Alors que l’échéance de 2035 approche, la question des moteurs thermiques reste au cœur des débats politiques et industriels en Europe. La position du PPE et les discussions en cours au sein de la Commission européenne pourraient aboutir à des compromis permettant une transition plus flexible vers des véhicules à faible émission.

Les carburants synthétiques, en particulier, jouent un rôle central dans ces discussions, offrant une alternative potentiellement viable pour prolonger l’utilisation des moteurs à combustion tout en respectant les objectifs climatiques.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Bien que l’interdiction des moteurs thermiques en 2035 soit un jalon majeur pour la politique climatique européenne, les récentes élections et les propositions du PPE pourraient ouvrir la voie à des ajustements de cette législation, permettant une transition plus graduelle et technologiquement inclusive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *