L’épilation masculine vue par les femmes

A poil(s) ou pas, comment nous aiment-elles ?

L’homme des cavernes avait pour principal attribut masculin sa pilosité abondante, et à l’époque, on prend le pari que leurs compagnes en étaient satisfaites ! Mais en 2011, le Neandertal a déjà un peu moins la cote : beaucoup d’hommes aujourd’hui n’hésitent pas à sortir rasoir, cire et crème dépilatoire pour traquer le moindre poil. Pourtant, l’épilation masculine est loin de faire l’unanimité : entre les pro-moquettes et les anti-poils, Masculin.com est parti enquêter auprès de la gent féminine…


Des hommes au poil
Bien que l’épilation masculine se soit démocratisée ces dernières années, certaines femmes sont encore adeptes de l’homme velu. Et malgré les idées reçues, « ce n’est pas sale ».

Delphine crie haut et fort que « la toilette n’a rien à voir avec les poils : si la pilosité naturelle de l’homme n’est pas trop excessive, pour moi c’est un signe extérieur de virilité, j’aime. Ce qui a plus tendance à me rebuter, c’est le mec intégralement épilé, ça m’a toujours fait penser à un ver de terre et, plus dérangeant, à un petit garçon. A ceux qui disent "ça fait sale", je réponds, ça se lave ».

Audrey n’est pas « contre quelques poils sur le torse ; ça sonne peut être débile mais le côté "ours" me rassure, je me sens protégée dans les bras de mon homme à poils ».

Camille, quant à elle, ne « conçoit pas un homme sans poils. Ça fait partie du "package" : un homme sans poils, c’est comme une fille sans seins ou sans hanches, je ne trouve pas ça super sexy. Et puis le fait d’imaginer un homme s’épiler, je suis morte de rire. Pour moi, il n’y a rien de plus anti-viril qu’un homme qui s’arrache des bandes de cire sur le torse ou les jambes. Gardez vos poils s’il vous plaît ! »

Pour Stéphanie, tout est une question de savant dosage : « Je suis sortie avec un homme qui s'épilait le torse : je l'ai découvert une fois déshabillé et ça m'a donné l'impression de coucher avec un ado. A l'inverse un mec avec la forêt amazonienne sur les épaules : "au secours". Et un mec qui a les sourcils qui se touchent genre Emmanuel Chain, OK pour une épilation ! »

Pour Jennifer en revanche, être imberbe est une condition sine qua non ! « Je suis presque toujours sortie avec des hommes quasi imberbes, je n’aime pas les poils. Mon ex-copain se rasait carrément le torse, sous les bras et se tondait les poils pubiens. Du coup, le suivant, ne le faisant pas, a dû s'y plier ».

Finalement, c’est peut-être Jessica qui, dans son témoignage, réussit à réconcilier pro et anti-poils : « Je me suis retrouvée avec un mec limite plus épilé que moi… Je me suis sentie toute con, et du coup il en a perdu sa virilité à mes yeux. L'épilation masculine, je dis oui, mais quand cela ne se soupçonne pas… »

Partager