PES – FIFA : le grand duel

Quel est le meilleur jeu vidéo de football de l’année ?

FIFA ou PES… Depuis des années, il y a toujours eu deux écoles. Mais pour l'édition 2010, qui de Konami ou Electronic Arts s'en sort le mieux ? Si PES a longtemps tenu le haut du pavé, FIFA s'est refait une santé depuis deux ans. Un renouveau confirmé en 2010 ? Réponse après un test effectué sur PS3.


Graphismes : difficile de les départager
Premier élément à prendre en considération au moment de jouer : la qualité graphique. Sur ce point de vue, PES 2010 fait assez fort au niveau de la modélisation des joueurs. Ici, les plus grandes stars du ballon rond sont parfaitement représentées et sont reconnaissables au premier coup d'oeil. Et contrairement à FIFA 10, Hugo Lloris, gardien de l'Olympique Lyonnais, ressemble véritablement à Hugo Lloris dans le jeu de Konami.


Des joueurs un peu raides sur leurs crampons
PES 2010 est donc le premier épisode de la série à vraiment tirer parti des atouts de la haute définition – sur Xbox 360 et PS3, donc. Mais certains effets de lumière paraissent un peu farfelus et les pelouses des stades n'ont pas l'air très naturelles. Le pire, dans ce PES 2010, reste l'animation des joueurs, bien inférieure à ce qu'offre FIFA 10. Le jeu d'EA Sports propose en effet une qualité de mouvement assez époustouflante, surtout en comparaison des « piquets » auxquels font penser les footballeurs de PES.



Verdict : PES a l'avantage en termes de modélisation. FIFA prend sa revanche sur l'animation.
FIFA – PES : 1-1

FIFA et PES sont des jeux qui se regardent, comme un vrai match de foot, mais ce sont aussi des jeux qui s'écoutent. Et là, FIFA relègue bien loin PES. Les cris des supporters que l'on entend dans PES 2010 sont nettement meilleurs que dans PES 2009. Pourtant, ils demeurent inaudibles, peu crédibles et presque « ridicules » par rapport à ceux de FIFA 10. Là encore, FIFA permet de s'imprégner de l'atmosphère qui règne dans les stades, procurant une sensation de réalisme bien plus importante.
Franck Sauzée et Hervé Mathoux remettent le couvert
Pour ce qui est des commentaires de matches, les deux jeux offrent un contenu sympathique mais inégal. L'équipe de FIFA est composée du duo – inexistant en vrai – Frank Sauzée / Hervé Mathoux. Les commentaires de cette édition 2010 sont les mêmes que ceux de 2009, avec quelques mises à jour bien sûr, de nouvelles « blagues » – pas forcément drôles – et des incohérences moins nombreuses… même si Hervé Mathoux voit parfois un ballon frôler la barre transversale alors que vous avez tiré à ras de terre.


Grégoire Margotton et Chritophe Dugarry font du bien à PES
Dans  le clan PES, Grégoire Margotton et Christophe Dugarry – véritable duo sur Canal + –  remplacent Christian Jeanpierre et Laurent Paganelli. Ouf ! C'est un plus incontestable pour PES. Malgré tout, ces commentaires restent mous, parfois incohérents, et il arrive assez souvent qu'aucun des deux ne réagisse, ou bien très tardivement, alors que vous venez de frapper la barre ou de marquer un but !

Verdict : Même si PES s'est nettement amélioré par rapport au cru 2009, FIFA garde l'avantage.
FIFA – PES : 2-1

PES (et même avant, International Superstar Soccer pour les plus anciens) a longtemps été considéré comme LA simulation de football sur consoles. Forcément, à cette époque, FIFA permettait aux joueurs de marquer 6 buts en moins de 5 minutes… dont 3 en faisant une bicyclette. Mais ce temps-là est révolu. Tant et si bien qu'aujourd'hui, ni FIFA ni PES ne peut revendiquer un statut de véritable simulation.
PES toujours un peu plus réaliste ?
Certes, le réalisme est amélioré d'année en année, mais on se retrouve toujours à mi-chemin entre arcade et simulation. Et il semble que cela soit le compromis idéal pour la majorité des joueurs. Mais, du coup, il devient d'autant plus difficile de départager PES et FIFA. PES semble néanmoins un chouïa plus réaliste, avec un gameplay qui permet de véritablement organiser ses actions et mettre en place sa tactique, même si le fait de pouvoir diriger son joueur à 360° dans FIFA est un apport incontestable.


FIFA va vite. Trop vite ?
FIFA, justement, s'avère un peu plus rapide que PES… et même plus rapide que FIFA 09. Dès lors, les actions se multiplient peut-être un peu trop. Cela ne signifie pas pour autant qu'il soit plus facile de mettre un but. De ce point de vue, la difficulté est plutôt bien dosée, les deux jeux bénéficiant en outre d'une intelligence artificielle améliorée – notamment concernant les gardiens. Mais certaines réactions demeurent toujours surprenantes… et énervantes.

Verdict : Sur ce point important qu'est la jouabilité, les deux écoles FIFA et PES devraient avoir leur mot à dire. Les puristes préféreront peut-être PES, qui pâtit pourtant d'étonnants défauts. On dira donc match nul.

FIFA – PES : 3-2

A près de 60 euros le jeu vidéo, on est en droit d'attendre une durée de vie assez longue. Et là, le constat est rapide : FIFA 10 offre bien plus de possibilités.
L'éternel problème des licences officielles
Premier avantage de FIFA, le nombre d'équipes proposées. Ou du moins de championnats. 24 championnats nationaux sont proposés contre seulement 5 à PES. A l'inverse, le jeu de Konami se rattrape avec 79 sélections nationales contre seulement 41 à son concurrent. Un peu maigre, peut-être, surtout une année de Coupe du Monde.
Toutefois, les amateurs de football ne pourront que regretter l'absence de la Bundesliga et donc du Bayern Munich, entre autres, ou encore le fait que seuls Liverpool et Manchester United sont officiellement représentées en Angleterre. Pour les autres clubs de Premier League, il faudra se contenter de Man Blue & co… comme d'habitude. Sans compter que les effectifs ne sont pas (encore) à jour, Grosso et Mensah évoluant toujours à l'OL alors que Gomis est toujours à Saint-Etienne, par exemple. PES peut se défendre avec l'apparition de compétitions officielles comme l'Europa League ou la Ligue des Champions. Mais cela reste bien maigre.


Dans la peau d'un joueur grâce à FIFA
FIFA 10 en rajoute une couche avec son mode multijoueurs, et notamment les parties à 10 contre 10, qui font presque totalement disparaître l'intelligence artificielle. Le mode Season Live – qui suit l'état de forme réel des joueurs –, la personnalisation complète des coups de pied arrêtés, le mode Pro Virtuel – qui permet de se créer un personnage et de le faire évoluer aussi bien offline qu'online – complètent la longue liste des qualités de ce FIFA. D'autant qu'il est possible d'uploader sa propre photo sur son personnage grâce au Game Face et même d'insérer son propre nom dans les commentaires du jeu – à condition d'avoir le même patronyme qu'un joueur existant. De quoi se prendre plus que jamais pour une star du ballon rond !

Verdict : Il n'y a pas photo. Avec son mode multijoueurs à 10 contre 10, l'apparition du Pro Virtuel et les nombreux championnats existants, les possibilités offertes par EA Sports donnent un sérieux coup à PES.
FIFA – PES : 4-2

Que l'on soit pro-FIFA ou pro-PES, il faut reconnaître que les deux jeux connaissent des améliorations significatives cette année. Les possesseurs des crus 2009 ne jugeront pas forcément utile de se procurer la version 2010, sauf à être mordus de foot et à vouloir bénéficier de toutes les mises à jour en termes d'équipes et d'effectifs. Dans ce cas, le verdict est sans appel : cette année encore, c'est FIFA 10 qui devrait faire figure de référence et qui peut revendiquer le titre de meilleure simulation de football de l'année.

Vivement FIFA 11 et PES 2011 !
Depuis 2008, la franchise d'EA Sports fait beaucoup d'ombre à PES, qui s'est peut-être trop reposé sur ses acquis. Toutefois, on sent bien que les développeurs de Konami sont repartis sur de meilleures bases, livrant un gros travail pour améliorer leur PES. Voilà qui augure déjà un duel sans merci et encore plus serré pour FIFA 11 et PES 2011.

Prix indicatifs :
FIFA 10 : 69,90 euros (PS3 et Xbox 360), 50 euros (Wii et PC), 40 euros (DS) et 30 euros (PS2 et PSP)
PES 2010 : 69,90 euros (PS3 et Xbox 360), 44,50 euros (PC), 40 euros (Wii) et 30 euros (PS2 et PSP)

Partager
Ludovic Bonnet

Chez Masculin.com depuis 2009, j'ai commencé par vous parler d'automobile et de culture (cinéma, musique, jeux vidéo...). Aujourd'hui, je vous parle aussi de mode et de high-tech... et de plein d'autres choses !