La Rédac' Masculin
Il y a 6 jours

La Covid 19 n’arrête pas les jets privés

Nombreux sont les aéroports qui gardent leurs portes fermées, et beacoup de lignes aériennes internationales sont suspendues. Toutefois, certains ont suffisamment d’argent pour s’offrir des voyages en jet privé et échapper aux contraintes imposées par la situation sanitaire actuelle.

Mais certains s’en sortent

On le sait déjà, nous ne sommes pas tous égaux face à la pandémie. Certains souffrent nettement moins que d’autres des restrictions. Parmi eux, les opérateurs de jet privés ne semblent pas trop se plaindre des conditions. En effet, de plus en plus de voyageurs préfèrent payer davantage et limiter le risque de contamination en choisissant de voler en jet privé, loin des autres passagers et du tumulte de l’embarquement.

Plus de chances de voler

Certaines compagnies ont accueillis près de 45 % de nouveaux clients. Il apparait également que les demandes de renseignements ont tout simplement explosé avec une augmentation de 400 % et les réservations sont en hausse de 20 à 25 %.
Au début du premier confinement, il y a eu un pic de location de jet privé ; il s’agissait surtout de gens qui voulaient rentrer chez eux après les suspensions de nombreuses lignes régulières.

Tout en limitant les risques

En réservant un jet privé, les voyageurs sont sûrs d’éviter les halls bondés des aéroports. Ils montent à bord en évitant toute file d’attente. Même si le port du masque reste souvent obligatoire, les risques de contamination sont donc très limités : pour un vol commercial, on estime les contacts à près de 700 alors qu’il n’y en a que 20 pour un vol privé.

Des voyages d’affaires mais pas seulement

Ces vols ne sont pas réservés uniquement par des touristes même si de nombreuses familles ont choisi cette solution. Il y en a même qui en ont profité pour déménager. A la suite du déconfinement, les voyages d’affaires ont partiellement repris. Si les vols courts étaient favorisés avant la pandémie, le nombre de vols longs-courriers est en hausse. Il y a une véritable affluence de clients qui n’ont jamais volé en jet privé.

Le prix de la tranquillité

Le prix d’un jet privé varie en fonction de plusieurs critères. Il faut tenir compte du type d’appareil, du nombre de passagers et bien sûr de la durée du vol. Par exemple, un jet de 12 sièges pour un Londres New-York vous coûtera environ 138 000 euros ; un vol sur un avion de 13 places du Royaume-Uni vers le sud de la France peut coûter un peu plus de 9 000 euros.

Toutefois, si le trafic est de nouveau suspendu, il le sera pour tous, avions commerciaux ou privés. Et puis il y a le nombre d’aéroports accessibles et les règles qui diffèrent d’un pays à l’autre. Pour se déplacer en jet privé, il faut une autorisation particulière pour entrer dans certains pays. L’argent ne fait donc pas tout mais il aide. Le secteur a réussi à s’adapter et sa flexibilité lui permettra certainement de rebondir après la crise avec une contribution à la relance de l’activité.