Vacances sans arnaques : les conseils du Petit Arnaqueur

Ah, les vacances ! Il fait beau, le soleil vous brûle plus qu’il ne vous réchauffe et vous êtes appelés à la rescousse par un enfant local, pendant qu’une menotte étrangère farfouillera dans votre sac. Bangkok, Los Angeles et même Paris ! Que ce soit en plein centre-ville ou ailleurs, citadins comme provinciaux peuvent être victimes de techniques d’arnaque en tout genre. Perpétrées par des experts comme par des débutants, le mieux pour en prévenir les conséquences sera d’être au courant !

Puisque je m’envole bientôt, je me suis amusée à recenser les anecdotes qu’ont pu me raconter les uns et les autres, mais également à regrouper des conseils qui pourront en sauver plus d’un (du moins, on l’espère !).

Le Luberon, sans doute l'une des plus belles régions de France dont la simple évocation suffit à donner l'envie de boucler sa valise pour partir à la découverte des petits villages perchés, véritable...Lire la suite

#1 : Les fausses annonces de location

S’il y en a des plus rageantes, cette arnaque de vacances fait indubitablement partie des plus pénibles. Il faut au moins reconnaitre à l’escroc sa créativité et son sens de la logistique : cette arnaque n’a pas de nationalité et se passe partout.

Comment ça se passe ? Cette technique est si simple qu’elle en est presque admirable : sur l’annonce, les photos sont « maousse » et les prix très alléchants.

Le plot twist : En fait, ces escrocs proposent des biens à louer en se faisant passer pour les propriétaires et demandent au passage à percevoir un acompte. Une fois arrivés, fait comme des rats, le bien est déjà occupé ou vous tombez sur un endroit miteux qui n’a rien à voir avec ce dont vous rêviez. L’émission Catfish a du souci de concurrence à se faire !

Comment l’éviter ? En général, ce genre d’arnaque ne se passe pas (trop) en France. On retrouve plusieurs de ces cas à l’étranger, sur des sites de location moins fréquentés que les plus connus. Si vous avez un doute, le plus simple est de « googleliser » l’endroit et de passer par des sites fiables et sécurisés. De plus, votre assurance peut vous couvrir, et les autorités vous porter assistance.

#2 : L’escroc déguisé en samaritain

Pour cette technique, il faut être malin. En fait, la plupart des villes dotées d’un métro en sont victimes.

Comment ça se passe ? Vous êtes le touriste qui galère avec la machine à tickets, et quelqu’un à l’apparence bienveillante (voire une personne déguisée en agent de quai) vient rôder près de vous, vous proposant gentiment de vous aider.

Plot twist : Ce faux agent vous propose un ticket à l’achat, et vous ne pouvez pas vous assurer de sa validité ou intégrité. Vous risquez ainsi la douloureuse que sera l’amende.

Comment vous en tirer : Achetez vous-même vos tickets afin d’être sûr d’obtenir ce que vous souhaitez. Si vous rencontrez des difficultés, demandez à quelqu’un de vous montrer comment utiliser les machines ou rendez-vous au guichet.

#3 : L’escroc déguisé en agent des Forces de l’ordre

Dans le même genre que le faux agent de la RATP mécontent, cette technique sévit encore beaucoup. En Afrique, en Occident comme ailleurs, nous ne sommes pas à l’abri.

Comment ça se passe ? Vous sortez du zoo ou du centre commercial, et par ce qui semble être un policier, l’ordre vous est intimé de vous ranger sur le bas-côté. Tous les prétextes seront bons : votre véhicule n’est pas aux normes, vous avez de faux papiers ou êtes suspectés d’activité interdite.

Plot-twist : le faux-policier vous demande de payer une amende, et si c’est en cash et sur le champ, c’est mieux ! Si vous n’obéissez pas, parait-il que vous finirez en garde à vue !

Comment s’en extirper ? « Chiche ! Emmenez-moi au poste ou montrez-moi votre plaque. » En général, ils ne s’attendent pas à ce qu’on mette leur mission en péril. Vous serez sûrement témoin de la décomposition de leur visage, puis les verrez se raviser. Demander une plaque ou une identité n’a rien d’illégal et en général, il vaut mieux privilégier les rues fréquentées et éclairées pour faire preuve de cette audace.

#4 : Le chauffeur de taxi

Célèbre jusque dans les films, l’arnaque au faux taxi est un tour de passe-passe relativement connu, notamment aux abords des gares et des aéroports.

Comment ça se passe ? Le plus simplement possible : vous interpellez puis montez dans un taxi, le chauffeur se met en route puis vous informe que le compteur est hors service.

Plot twist : Forcément, à la fin de la course, vous vous retrouvez à payer bien plus que le tarif normal.

Comment s’en sortir ? Il faut vous assurer avec le chauffeur que son compteur fonctionne bien. Vous pouvez également vous mettre d’accord sur le montant de la course AVANT d’y grimper. Si ce n’est pas possible, vous pouvez toujours essayer d’autres taxis car ce n’est pas ce qui manque.

#5 : L’escroquerie la plus connue du monde

Certains sites ont en fait leur spécialité : proposer du faux au prix du vrai. Probable dans toutes les parties du monde, il existe malheureusement encore trop de victimes qui ne sont pas au courant.

Comment ça se passe ? C’est l’affaire du siècle ! Les plus grandes marques, pierres et métaux précieux à des prix défiant toute concurrence, et c’est à vous et seulement à vous, qu’on présente l’aubaine.

Plot twist : Ne soyez pas comme la pie, ne vous laissez pas impressionner par ce qui brille ! Non seulement ces fabrications sont purement et simplement fausses mais en plus, vous paierez un prix excessif pour ce qui est vérité du toc.

Comment éviter ? Vous pouvez décider d’acheter quand même en guise d’expérience sociale ou exiger un certificat… sans être à l’abri qu’il s’agisse d’un faux. Sinon, passez votre chemin !

#6 : Et vous, que vous est-il arrivé ?

J’ai demandé à des personnes de mon entourage de me raconter leurs expériences.

« Lors de vacances familiales, j’ai été pris d’une soudaine envie de CBD. Je le fume en plantes ou en résine d’ordinaire : ce jour-là, la personne que j’avais contacté disait n’avoir que de la résine dans ses stocks et qu’il fallait vite l’écouler.

J’étais avec ma belle-mère de l’époque, et à dire vrai, je ne voulais pas qu’elle s’imagine quelque chose alors j’ai préféré faire la transaction dans l’ombre, bien que le CBD soit parfaitement légal. 

J’ai donc fait ça vite et en déballant mon dû, je me suis rendu compte qu’il m’avait vendu du caramel sous cellophane. »

 Lucien, 23 ans au moment des faits, en Espagne 

« J’étais avec mes parents et ma sœur et nous étions arrivés la veille de ‘l’incident’, emmenés par un taxi fort agréable et sociable. En sortant de l’hôtel ce jour-ci, ce même taxi nous alpague à un prix très attractif, et nous propose des balades tout l’après-midi durant.

Il nous emmène à droite à gauche, et il nous attend pendant qu’on s’active, comme s’il s’agissait d’un chauffeur à notre service. Pendant notre trajet, nous rencontrons un monsieur d’un certain âge, qui nous est très sympathique : puisque qu’il connait très bien le coin, il nous propose également un service personnalisé de guide de la ville, en précisant des points à ne surtout pas louper. Parmi eux : un office de tourisme dans lequel nous décidons d’aller.

Là-bas, il nous est proposé un super voyage, trajets compris et hôtels au bord de la mer. Cependant, il y a un hic. Il faut payer tout de suite et en cash, sinon les billets ne pourront pas être envoyés.

Finalement, nous nous sommes rendu compte que nous avions en fait été victime d’une banque organisée : depuis le taxi de la veille jusqu’à la promesse de voyage, tout avait été une arnaque. Nous avions été repérés dès la veille lors de notre premier pas sur le tarmac. Fou, non ? Tarantino est jaloux ! »

Rémi, 22 ans au moment des faits, en Thaïlande

« A l’occasion d’un mariage, mon copain et moi avons été victime du coup classique des photos prometteuses mais malheureusement non conformes à la réalité ! Sauf que cette fois, c’était bien l’hôte qui était véreux.

Le coup de grâce a été donné lorsqu’il nous a tendu en tout et pour tout UNE serviette pour l’ensemble des demoiselles d’honneur. » 

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Mélissa, 23 ans, à Nîmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *