Respirer à plein nez les odeurs de pet aide à vivre en bonne santé

Odeur de pet

Les scientifiques, ces gens très sérieux, sont parfois amenés à faire des découvertes qui peuvent prêter à sourire… C’est le cas ici pour cette équipe britannique, qui vient de publier ses résultats dans une revue renommée. Ainsi, l’odeur de vos propres pets pourrait prévenir l’apparition d’un cancer.

En route vers le prix Nobel de médecine ?

Le cancer est sans aucun doute l’une des maladies les plus sournoises qui soient, et aucun d’entre nous ne peut être certain de ne pas en être un jour la victime. C’est pour éradiquer ce fléau que les scientifiques travaillent d’arrache-pied depuis des années, en explorant toutes les pistes possibles et imaginables.

Quelle tenue portez-vous au moment de passer au lit ? Si vous hésitez encore entre le pyjama en coton, le caleçon ou la nudité pour passer de confortables nuits, vous allez voir qu'il y a de bonnes r...Lire la suite

Une équipe de l’université d’Exeter s’est penchée dernièrement sur les propriétés du sulfure d’hydrogène dans ce domaine ; un gaz que vous connaissez bien sans peut-être savoir son nom, puisque vous en produisez à chaque fois que vous faites un pet !

L’étude menée par cette équipe de chercheurs a suscité un intérêt considérable au sein de la communauté scientifique. Bien que le sulfure d’hydrogène puisse sembler anodin, il joue un rôle crucial dans divers processus biologiques, y compris la régulation de la pression artérielle et la protection cellulaire. Il est fascinant de constater comment une substance que l’on associe généralement à des plaisanteries peut potentiellement ouvrir de nouvelles voies dans la recherche médicale.

Une découverte qui, si elle ne leur apportera sans doute pas directement le Nobel, risque bien d’être nommée pour les non moins prestigieux Ig Nobel

Un peu plus de détails

S’il est assez amusant de se dire que respirer des flatulences peut prévenir l’apparition d’un cancer, mais aussi les crises cardiaques et même la démence, il n’est pas inintéressant de tenter d’en apprendre un peu plus. Le sulfure d’hydrogène, en petites quantités, permettrait (les résultats de l’étude restent à confirmer) de former une barrière protectrice aux mitochondries, un élément du cytoplasme présent dans chacune de nos cellules, et qui permet à ces dernières d’assimiler de l’énergie.

Cette découverte suggère que le sulfure d’hydrogène pourrait jouer un rôle inattendu dans le maintien de la santé cellulaire. Les mitochondries sont essentielles pour produire de l’ATP, la principale source d’énergie cellulaire. En protégeant ces structures cruciales, le sulfure d’hydrogène pourrait potentiellement contribuer à prévenir certains problèmes de santé liés à l’âge, tels que le déclin cognitif ou les maladies cardiovasculaires.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Cependant, il est important de garder à l’esprit que ces résultats sont encore préliminaires et nécessitent une validation plus approfondie par des recherches supplémentaires. De plus, la notion de respirer des flatulences pour des bénéfices médicaux peut sembler farfelue, et il est peu probable que cela devienne une pratique courante dans le domaine de la médecine. Les découvertes scientifiques peuvent souvent être étonnantes, mais elles doivent être examinées avec prudence et confirmées par des études plus poussées avant de tirer des conclusions définitives.