Cancer de la prostate et surpoids : une mortalité accrue

Selon une étude récente, les hommes en surpoids sont plus susceptibles de mourir du cancer de la prostate. L’étude, publiée dans la revue BMC Medicine le jeudi 5 mai, a concerné 218 000 hommes suivis au Royaume-Uni sur une période de plusieurs années.

Elle a révélé que les hommes en surpoids ou obèses étaient sensiblement plus susceptibles de mourir du cancer de la prostate que les hommes de poids dit normal. Basée principalement sur l’IMC, l’étude a également révélé que les hommes en surpoids étaient plus susceptibles de se voir diagnostiquer des formes agressives de cancer de la prostate, entrainant un taux de mortalité plus élevé.

L’été, la chaleur ne donne pas vraiment envie de se ruer sur des plats gras ou très copieux, mais alors, c’est quoi ce bourrelet au dessus de votre nouveau maillot ? Contrairement aux idées reçues...Lire la suite

Une mortalité accrue

Les chercheurs concluent « Dans l’ensemble, nous avons constaté que les hommes ayant une adiposité totale et centrale plus élevée avaient des risques similaires de décès par cancer de la prostate, qui peuvent être d’origine biologique et/ou dus à des différences de détection. Dans les deux cas, ces résultats confirment l’avantage pour les hommes de maintenir un poids corporel sain. »

Ils précisent également ne pas pouvoir faire de distinction médicale quant-à l’origine des cancers. En effet, une vaste partie de l’étude porte sur ma propension supposée des hommes en surpoids à négliger leur santé en général, et à potentiellement retarder la consultation d’un médecin en cas de dégradation de leur état de santé.

Ils notent en outre que les facteurs liés au mode de vie, tels que l’alimentation et l’exercice physique, peuvent jouer un rôle important dans la détermination du risque de cancer de la prostate. Ils suggèrent qu’un programme d' »activité physique enrichie par la nutrition » pourrait réduire les risques associés à l’obésité et améliorer la santé en général. Cela pourrait également avoir des implications pour d’autres formes de cancer, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires.

Le cancer de la prostate est le deuxième cancer le plus fréquent chez les hommes dans le monde, avec plus de 1,3 million de nouveaux cas diagnostiqués chaque année. On estime qu’un homme sur sept recevra un diagnostic de cancer de la prostate à un moment donné au cours de leur vie. Si la cause du cancer de la prostate est inconnue, plusieurs facteurs de risque ont été identifiés, notamment l’âge, les antécédents familiaux et l’origine ethnique.

Si l’étude a révélé un risque accru de décès par cancer de la prostate chez les hommes en surpoids, il est important de rappeler que le risque absolu reste relativement faible, à condition de faire attention à son alimentation, et commencer le dépistage à partir de 50 ans.

Un dépistage à ne pas négliger

L’étude apporte de nouvelles preuves du lien général entre obésité et cancer. L’obésité est un facteur de risque connu pour plusieurs types de cancer, notamment les cancers du sein et du côlon.

Ces résultats soulignent l’importance du suivi et du dépistage précoce, surtout pour les hommes à risque. Maintenir un poids dit sain peut avoir un impact significatif sur votre risque de développer un cancer de la prostate et d’en mourir.

Une bonne alimentation peut donc, également jouer un rôle important dans la prévention du cancer et d’autres maladies chroniques. Une alimentation équilibrée, comprenant beaucoup de fruits, de légumes, de céréales complètes et de protéines maigres, est la clé d’une bonne santé. En outre, éviter les aliments transformés et riches en graisses peut contribuer à réduire le risque d’obésité et de cancers associés.

Abonnez vous à notre Newsletter gratuite

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir 2 fois par semaine les nouveaux articles de Masculin.com. Vos données ne sont ni vendues, ni partagées avec des tiers.

Si vous êtes en surpoids ou obèse, discutez avec votre médecin des moyens de perdre du poids en toute sécurité. Vous devez également discuter du moment où vous devez commencer le dépistage du cancer de la prostate et de la fréquence des dépistages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *