[TEST & AVIS] Drone Yuneec Mantis Q : le principal rival du DJI Spark ?

Quel sont les atouts de ce drone compact et accessible à moins de 500 euros ?

--- Le ---

Si le DJI Spark semble régner en maître sur le marché des drones aussi performants qu'accessibles, le Mantis Q de Yuneec ne manque pas d'atouts non plus.

[TEST & AVIS] Drone Yuneec Mantis Q : le principal rival du DJI Spark ?
DR ©
Ludovic Bonnet

Rédacteur en chef
Masculin.com
[Google+]

Quand on cherche un drone performant et polyvalent à moins de 500 euros, un nom revient très souvent à la bouche : le DJI Spark. Et pour l'avoir testé il y a tout juste un an, je ne peux que reconnaître ses qualités. Pourtant, d'autres drones méritent que l'on s'intéresse à eux dans ce segment "accessible". Et notamment le Mantis Q de Yuneec.

Le Mantis Q, petit frère du Typhoon

Yuneec est une marque chinoise née à la toute fin du 20ème siècle (en 1999 précisément). Initialement spécialisée dans les avions télécommandés, elle a élargi son champ de compétences au fil des années, proposant également des drones tout à fait convaincants, à l'image de sa gamme Typhoon.

Et sur ce marché en perpétuelle évolution, Yuneec ne s'est pas contenté de copier ses petits camarades, bien au contraire. Ainsi, en 2016, elle dévoilait le Typhoon H. En plus d'être le premier hexacoptère semi-professionnel "prêt à voler", il bénéficiait de la techbnologie RealSense, qui lui permettait de détecter et d'éviter automatiquement les obstacles. La même année, l'excellent Breeze se lançait sur le marché du "drone à selfie", affrontant notamment des modèles comme le Dobby, que j'avais testé ici.

Enfin, en cet automne 2018, c'est le Mantis Q qui permet à Yuneec de refaire parler d'elle en Europe. Après une présentation remarquée à l'IFA de Berlin, ce nouveau drone débarque dans nos contrées au prix de 499 euros, avec de belles promesses sur le papier.


Les principales caractéristiques du Yuneec Mantis Q

La fiche technique du dernier modèle de chez Yuneec lui permet de s'avancer avec quelques certitudes. Ainsi, ce drone de voyage se distingue avant tout par son gabarit relativement compact (168 x 96 x 58 mm pour un poids n'excédant pas 500g). Il s'en dégage néanmoins une réelle impression de solidité lors de la prise en main.

Il offre par ailleurs une résolution vidéo jusqu'à 4K, stabilisée électroniquement jusqu'à 1080p et promet des photos de qualité en résolution 4160×2340 (16:9) pixels ou 4160 x 3120 (4:3).

Deux derniers chiffres semblent plaider en faveur du Mantis Q : une vitesse de pointe de 72km/h (comme le Mavic 2 de DJI !) et une autonomie non négligeable de 33 minutes !

Place au test !

Au moment de l'unboxing, il me tarde donc de vérifier si le drone de Yuneec tient toutes ses promesses. Et sitôt sorti de son emballage, le joujou est (presque) prêt à décoller.

Disponible en français, l'application Yuneec Pilot s'installe très facilement et s'appaire automatiquement au drone. Une fois la batterie chargée (une heure suffit), il ne reste donc qu'à brancher son smartphone au contrôleur fourni et à lancer le moteur. Le retour vidéo sur le smartphone tarde à apparaître, mais finalement, tout rentre dans l'ordre. Quelques secondes plus tard, le drone prend son envol et se stabilise.

Rapidement, je constate que le Mantis Q a une petite tendance à la dérive lorsque je souhaite le faire voler en stationnaire. Rien de bien méchant, certes, mais mieux vaut ne pas être trop près des murs. Et comme le but n'est pas de rester figé dans les airs, je commence à faire monter l'engin à 30m, puis 50, 100... En avant, en arrière, à gauche, à droite, le drone répond parfaitement aux commandes avant de s'éloigner.

Son champ d'action respecte la norme européenne, à savoir 800 mètres. Mais quand je le perds de vue dans un nuage et que mon contrôleur affiche "connexion perdue", le stress monte rapidement en moi. Heureusement, la fonction "Return to Home" me permet de ramener automatiquement le drone à sa position de décollage et, quelques secondes plus tard, je le vois sortir de la brume matinale.


Premier contact avec le drone Yuneec Mantis Q


Radiocommande du drone Yuneec Mantis Q

33 minutes... ou presque

Je poursuis mes essais entre les arbres et au-dessus de l'eau sans peine. Même les cygnes du coin semblent intéressés par le Mantis Q... mais finissent par passer leur chemin (ouf !).

Quelques instants plus tard, un nouveau message d'alerte retentit : le niveau de batterie commence à faiblir, il va falloir penser à atterrir. Je regarde le chrono : presque 20 minutes de vol. C'est bien, mais je suis encore loin des 33 minutes annoncées par Yuneec. Je laisse donc mon drone évoluer, prenant le temps de tester le mode sport (avec sa V-max de 72km/h) ainsi que l'inclinaison de la caméra en vol (20° en haut et 90° en bas).

Soudain, le message d'avertissement se fait plus virulent et mon drone décide de revenir automatiquement se poser à son point de départ, alors que son niveau de batterie restante s'apprête à passer sous le seuil des 20%. Cela fait alors près de 23 minutes qu'il est en l'air. Dommage, on commençait à bien s'amuser et je n'avais pas encore eu le temps d'exploiter toutes les fonctions de la bête !

En résumé, mon avis sur le Mantis Q de Yuneec

La frustration liée à la "panne de batterie" semble être un sentiment inhérent à la pratique du drone. Toutefois, les performances du Mantis Q en la matière sont tout à fait honorables, et bien meilleures que le DJI Spark, par exemple.

Certes, je n'ai pas eu le temps d'essayer les (classiques) modes "Follow me" ou "Point of Interest" (et les commandes vocales promises par le fabricant n'étaient pas disponibles en français au moment du test.). Néanmoins, j'en ai vu assez pour pouvoir affirmer que ce drone Yuneec bénéficie d'un pilotage très intuitif et qu'il se montre très efficace en vol.

Au moment de regarder les images filmées en plein ciel, je remarque que la netteté est au rendez-vous en 1080p. En revanche, l'absence d'une vraie nacelle ne permet pas d'avoir une image stabilisée en 4K et le drone "perd" parfois la ligne d'horizon. Un pilotage plus doux, plus régulier et moins sportif, sera donc la clé pour faire des vidéos de meilleure qualité.

Au final, le Mantis Q n'est évidemment pas parfait, mais ses qualités sont suffisamment nombreuses pour lui permettre de rivaliser avec le Spark. Moins performant côté image, il se montre plus agréable à piloter que son rival et plus endurant. Et avec son prix de 499 euros, il offre une alternative plus que crédible pour tous ceux qui veulent développer leurs talents de droniste.


Acheter ce drone sur Amazon


Photo prise par le drone Yuneec Mantis Q


Vidéo en vol du drone Yuneec Mantis Q


Vidéo aérienne du drone Yuneec Mantis Q

A VOIR AUSSI EN VIDEO
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS