Test MacBook Pro M1 : une révolution silencieuse bien ARMée !

Après une longue attente, les premiers MacBook M1, pionniers d’une nouvelle ère avec leur puce Apple Silicon, sont disponibles depuis l’automne dernier. Si rien ne change de prime abord, ces SoC basés sur une architecture ARM insufflent bien un vent nouveau au sein des ordinateurs (portables) Apple.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

En attendant la sortie des futurs iMac et MacBook Pro 16 attendus au courant de l’année 2021, petit bilan après près de 3 mois passés aux côtés d’un MacBook Pro M1, remplacé depuis par un MacBook Air M1.

A l’extérieur, rien ne change…

Beaucoup pensaient qu’Apple aurait profité du lancement de ses premiers Macbook M1 pour apporter un petit coup de jeune au design de ses ultrabook 13 pouces. Les rumeurs évoquaient un châssis de 14 pouces, un écran borderless voire tactile ou mieux défini en termes de pixels ou encore la présence de Face ID sans oublier le retour possible du lecteur SD ou du MacSafe pour l’alimentation.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

In fine, il n’en fut rien. Les nouveaux MacBook Air M1 et MacBook Pro M1 empruntant les châssis déjà proposés sur la gamme depuis quelques années. De quoi susciter une certaine déception mais on se consolera en arguant le design et la conception désormais éprouvés. Et objectivement, en dehors des bordures un peu trop épaisses pour coller à la tendance actuelle, difficile de mettre en défaut le châssis des MacBook.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

Leur conception unibody en une seule pièce d’aluminium est parmi les meilleures du marché, mètre étalon tant en termes de solidité que de sobriété. Le clavier est désormais bien plus consensuel avec sa course plus longue, son toucher plus doux et son bruit plus feutré. Le large touchpad reste sans nul doute le plus agréable à utiliser au quotidien et permet dans la plupart des cas de se passer d’une souris sans en ressentir le manque.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

Quant à l’écran, sans être le plus « whaou » du marché face aux dalles 4K (UHD) de plus en plus présentes sur les ultrabooks Windows, il reste une valeur sûre. Sa luminosité est parmi les plus élevées, capable de s’adapter à tous les environnements. Son vaste espace colorimétrique et sa justesse colorimétrique en font un allier de choix pour les photographes, vidéastes et autres créatifs.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

Alors que lui reprocher ? Le principal grief est sans doute à chercher du côté de la connectique. Celle-ci est limitée à deux ports Thunderbolt 3 (USB-C) dont un est occupé par l’alimentation, c’est souvent une source de frustration au quotidien. D’autant que les deux ports sont assez proches, ce qui peut vite poser des soucis pour y brancher une clé USB un peu trop large ou un lecteur de cartes XDQ imposant par exemple. La solution ? Des adaptateurs, de petites rallonges voire un dock ou un écran Thunderbolt 3 pour les plus exigeants (Apple si tu nous lis, à quand un écran externe Retina inspiré du Pro Display XDR mais plus abordable ?!?).

Au passage, attention si vous utilisez deux écrans externes, c’est impossible avec les MacBook M1 même par l’intermédiaire d’un dock.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

… une révolution interne nommée M1 Silicon

Les rumeurs et autres indiscrétions ne laissaient guère de doute, Apple affutait ses ARM(es) pour abandonner les processeurs Intel au profit d’une puce maison dérivée de celles des iPhone et iPad. Le suspense prit fin en juin dernier à l’occasion de la WWDC 2020, le rendez-vous annuel des développeurs.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

Un timing propice, une telle rupture technologique ne pouvant se faire du jour au lendemain. Car oui, ces nouvelles puces Apple étant basées sur une architecture différente de celles des processeurs Intel présents sur les ordinateurs Apple depuis près d’une décennie (et plus largement sur la quasi-totalité des ordinateurs du marché), cela implique de réécrire une bonne partie du code des logiciels que nous utilisons au quotidien. D’où le délai de près de 6 mois entre l’annonce de la WWDC et la sortie des premiers Mac M1 en novembre 2020. De quoi laisser le temps aux développeurs et autres éditeurs de se retourner et ainsi d’être prêts pour le jour J.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

Rassurez-vous, si avoir des logiciels nativement compatibles avec ces nouvelles puces M1 est important, ce n’est pas une fin en soi. Apple a prévu un émulateur pour offrir un fonctionnement quasi-normal avec les applications qui ne serait pas encore optimisées. Et à l’usage, force est de reconnaitre que Rosetta, c’est son petit nom, fait un excellent travail.

Pourquoi acheter un MacBook Pro (Air) M1 ?

Mais au-delà de ces considérations techniques qui ne parleront qu’aux plus technophiles (geek), pourquoi tant d’agitation autour de ces nouveaux Mac ? Quels bénéfices en tirent les utilisateurs de ces MacBook M1 ?

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

Le premier apport est sans conteste le silence. Si le MacBook Air est dépourvu de ventilateur, ce n’est pas le cas du MacBook Pro 13. Pour autant, difficile pour ne pas dire impossible de les entendre. Même lors d’un export d’une vidéo 4K sous Final Cut Pro, rien. Pas un bruit. Impressionnant. Mais c’est aussi et surtout déroutant durant les premiers jours d’utilisation. Si comme moi, vous êtes habitué(e) à utiliser des « anciens » MacBook (ou tout autre ordinateur portable), il est fréquent d’entendre les ventilateurs se déclencher plusieurs fois par jour, et ce même sans raison apparente. Là, avec un MacBook M1, rien, si ce n’est un silence de cathédrale. Un atout inestimable pour les personnes qui aiment travailler dans le calme. Et surtout, un avantage décisif face à la concurrence. Aucun autre ordinateur portable pouvant à l’heure actuelle offrir ce niveau de performances sans le moindre bruit.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

Les performances justement, c’est là le second atout de ces puces Apple Silicon M1. Si vous suivez un peu l’actualité tech, vous avez sans doute vu passer ces articles ou vidéos où les « petits » MacBook M1 13 pouces rivalisent avec les configs « survitaminées » des iMac et MacBook Pro 16. Il est vrai que sur tout ce qui est montage vidéo, plus particulièrement sous Final Cut Pro, leur fluidité est déroutante et va à l’encontre de la hiérarchie en place jusqu’à présent. Un ultrabook de 1,2 Kg capable de lire et monter des vidéos 4K avec une facilité déconcertante, c’est pour le moins inhabituel. Encore plus quand ce dernier ne dispose que de 8 Go de mémoire vive.

Pour les autres usages, les gains sont souvent plus mesurés mais malgré tout bien présents si l’on compare aux MacBook Pro 13 Intel commercialisés jusqu’à présent. Et au risque d’insister, toujours dans le plus grand silence. De quoi accentuer cette sensation de réactivité au quotidien qui se matérialise également par une sortie de veille instantanée (comme sur un iPad ou un iPhone). Vous appuyez sur une touche, l’écran s’allume immédiatement et si vous avez la chance d’avoir une Apple Watch, une seconde plus tard votre Macbook est opérationnel sans même avoir eu besoin de saisir votre mot de passe ou poser votre doigt sur le capteur d’empreinte digitale (Touch ID).

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

Dernier atout de ces puces Apple M1, et non des moindres, leur consommation (très) frugale. Souvent proche de 10W au quotidien, au maximum autour de 35W. Une efficience énergétique appréciable pour la planète mais qui profite aussi et surtout à l’autonomie. De quoi offrir plus de 17h de streaming vidéo sur batterie pour le MacBook Pro 13 ou 15h pour le MacBook Air. Des chiffres légèrement supérieurs mais pas si éloignés de ceux offerts par certains ultrabook Windows. Mais là où ces nouveaux MacBook 13 M1 creusent l’écart, c’est sur l’autonomie dans les tâches quotidiennes. Un montage sous Final Cut Pro, de l’édition de photos sous Lightroom. Aucune crainte à avoir, la batterie ne va pas fondre à la moindre sollicitation et peut enchainer une journée de travail sans sourciller (tablez sur une décharge moyenne de 10% / h). Et avec une utilisation plus light ? Et bah, vous pouvez envisager tenir 3-4 jours sans souci. Et ça, c’est une révolution !

MacBook Pro M1 vs MacBook Air M1, lequel choisir ?

Les deux ultrabooks 13 pouces partageant de nombreux points communs, à commencer par cette fameuse puce M1, beaucoup d’acheteurs potentiels se posent donc la question du modèle à choisir.

La raison ferait pencher la balance du côté du MacBook Air, tout aussi performant mais un peu plus abordable. Autre avantage, l’absence de ventilateur et donc un ordinateur totalement silencieux en toute circonstance (et moins sensible à la poussière du fait de l’absence de grille d’aération). On nuancera toutefois ce point car à l’usage, même en cherchant à déclencher le système de ventilation du MacBook Pro 13 M1, il fut bien difficile de l’entendre. Cela laisse toutefois un léger avantage au MBP pour les usages très intensifs et les climats tropicaux.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

De son côté, le MacBook Pro 13 dispose d’un écran plus lumineux (500 nits vs 400 nits pour le MBA), de la Touch Bar (dont l’utilité peine toujours à s’imposer) et d’une autonomie encore plus grande (environ 2h de plus en lecture vidéo).

Est-ce que cela suffit à justifier l’écart de tarif (environ 300€) ? A vous de voir…

Notre avis sur les MacBook Pro M1 et MacBook Air M1

Beaucoup attendaient Apple au tournant en pensant que la première puce ARM serait sans grand intérêt. Finalement, passé la déception du design inchangé et de devoir se cantonner à des 13 pouces (ou un Mac mini) pour le moment, force est de constater que la firme à la Pomme a réussi son pari.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

Apple a manifestement su mettre à profit l’expérience acquise sur les différentes générations de puces Axx conçues pour les iPad et iPhone. Il en découle une puce Apple Silicon M1 performante et très économe en énergie. Ce qui permet à la fois de profiter d’une excellente autonomie au quotidien mais aussi de proposer des ordinateurs portables (totalement) silencieux. Un atout de taille quand on sait que le bruit était l’un des principaux griefs à l’encontre des précédents MacBook Pro.

Quant au changement d’architecture, il est pour ainsi dire transparent pour l’utilisateur. Six mois après la commercialisation des premiers Mac M1, nombreux sont les logiciels à disposer d’une version mise à jour capable de prendre en charge de façon native la puce Apple Silicon. Et si ce n’est pas encore le cas, Apple offre une émulation efficace via Rosetta avec la plupart des logiciels.

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1

Alors faut-il craquer pour ces MacBook Pro M1 ou MacBook Air M1 ? Tout dépend de la patience qui est la votre. La perspective d’un nouveau design et de nouvelle(s) diagonale(s) appellent à patienter. Mais si vous avez besoin d’un ultrabook à court terme, on ne voit aucune raison de ne pas craquer !

Et après plus de 5 mois en compagnie de ces MacBook M1, force est de reconnaitre que ce sont les Mac les plus agréables que j’ai eu l’occasion d’utiliser. Leur silence sans pour autant sacrifier les performanceset leur autonomiesont la parfaite illustration de ce que doit être un ordinateur portable.

Acheter et configurer votre MacBook M1

Test MacBook Pro M1 / MacBook Air M1